Argh·Le quotidien·Logistique

La pédale du tank

Je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises : je conduis un tank. En plus des quatre roues et du moteur, il a des portes arrières coulissantes électriques (mes vieux copains jouent au TGV avec), un radar qui permet de stationner dans des places prévues pour des Smarts, et un coffre dans lequel tout, absolument tout rentre. Monsieur-Mon-Mari est fan des portes arrière. J’adule le coffre au point de faire une collection de photos de son remplissage.

3 enfants en 3 ans pedale tank MayaA chaque fois que je monte à bord de ce bijou de technologie (bluetooth, ordinateur de bord -sans GPS, ne charrions pas-, clim modulable), j’ai une pensée pour ma première voiture, une Polo VW 3 portes de 1990 que j’ai conduit de 1996 à 2009. La Polo s’appelait « Maya », comme Maya l’abeille oui (c’est mon frère qui l’avait baptisé). Elle était célèbre par sa vétusté auprès de ma bande de copains. Régulièrement, ils me demandaient si je comptais l’offrir à un musée. Régulièrement, quand l’un d’entre eux avait sa voiture en réparation je lui demandais ce que c’était d’être « en panne ». Maya roulait, fière, fidèle, sur toutes les routes et par tous les temps. 700kg de rustique efficacité.
Un jour, après un changement de batterie, je l’ai regardé, les yeux dans ses phares et je lui ai dit : « Maya, cela fait 10 ans toi et moi. Je dois t’avertir que si tu tombes en panne un jour il faudra que je choisisse entre remplacer tes pièces cassées et te remplacer toi ». Elle a tenu bon plus de deux ans après cet avertissement… jusqu’à ce samedi soir de novembre 2009.

8b396e70f5383ffb30f263aa121f2985A 20h, en plein périph, j’ai fait le coup de la panne à l’épouse de l’un de mes meilleurs amis. Maya a tout coupé : son et lumière. J’ai réussi à me rabattre sur le bord de la chaussée en profitant d’un faux plat. Iphigénie et moi somme descendues, je lui ai prêté mon unique gilet jaune (n’ai pas osé mettre ma chasuble d’uniforme orange fluo) et j’ai été faire coucou au téléphone de la borne sur le bord de la chaussée. Un gentil gendarme m’a promis une dépanneuse. Iphigénie et moi avons attendu derrière les glissières, devisant tranquillement dans le bruit et la fumée des pots d’échapement… Sur la chaussée, ralentissement lié à la porte d’Italie, les voitures passaient au pas, me klaxonnant ou me criant de mettre les feux de détresse.
Sauf que y’avait plus de courant dans la voiture.
En partant du parking une demi-heure plus tôt, j’avais entendu un bruit bizarre, mais ne m’en était pas soucié. La brusque panne électrique m’a fait immédiatement penser à un souci d’alternateur. Lorsque le dépanneur est arrivé, je lui ai fait part de mon idée. Il a eu un regard éloquent (« ouais, c’est cela ouais, cause toujours »), m’a fait un sourire ironique, a ouvert le capot, plongé la main dans le moteur… et sorti un bout de la courroie d’alternateur (Bibi est fille de mécano, mais cela il l’ignorait).
Maya a été hissée sur la dépanneuse. Iphigénie et moi avons été recueillies par un ami qui nous a amené à destination. Quelques jours plus tard, Maya était sur pieds pour un montant de 69€, chargement de la batterie comprit.

Mais une promesse est une promesse, j’ai vendu ma Polo (au prix d’une poussette 3 roues) et, pour mon trente-troisième anniversaire, je me suis offert une Peugeot 206.

206Un véritable changement de vie ! La voiture possède la climatisation, des vitres électriques et, comble de la modernité (pour moi) un mange disque ! Un glacial soir de décembre 2009 ma bande de copain a fait la « holà » quand elle l’a vue pour la première fois, puis ils ont tourné autour, avant de monter par une portière arrière (une 5 portes, mazette !!!), et tester l’un après l’autre la banquette (oui, ils sont bizarres, mais je les aime : ce sont mes copains à moi). Ils ont fini leur rite initiatique en secouant la voiture dans tous les sens pour m’expliquer le principe des amortisseurs des années 2000 (ils étaient de mauvaise foi : ceux de Maya avaient étés changés en 2001). Lorsque l’immatriculation définitive de la voiture est arrivée (AK-*47-**) son doux prénom s’est imposé : Gun.

Six mois après le changement de voiture, je rencontrais Monsieur-Mon-Mari et changeait réellement de vie.

Lorsque Ririe est née, je me suis félicité d’avoir des portes arrières. Le cosy rentrait parfaitement dedans. Gun est une voiture de 900kg facile à conduire, puissante, maniable. Mais la poussette prenant littéralement toute la place dans le coffre (voire un peu plus), il n’était pas envisageable pour moi de continuer à conduire la 206 au quotidien avec deux enfants.

Pour le premier anniversaire de ma fille aînée, alors que j’étais très enceinte de mon second enfant (donc bourrée d’hormone et influençable), nous avons, en plus d’investir dans ses cadeaux, offert à notre famille un nouveau char… un C8 que j’ai immédiatement appelé le Tank (besoin d’un dessin ?).

3 enfants en 3 ans pedale tank tank2J’ai toujours détesté les monospaces

Je m’étais toujours promis de ne jamais en posséder.
Lorsque nous avons choisi cette voiture j’ai eu une pensée pour mon Papa (le mécano cité plus haut). J’avais 8 ans quand il s’était offert son premier monospace, et c’était pour lui le Graal. Il bichonnait sa voiture, passait des heures à monter et démonter des trucs à l’intérieur pour l’aménager (son premier monospace avait un couchage pliant 2 places !).
Il passait des heures à m’expliquer telle manœuvre, telle réparation, tel détail qui rendait sa voiture unique. Ado, j’aurais aimé un Papa au volant d’une porshe, pas d’une navette spaciale mal carénée. Pour moi un monospace représentait une énorme masse, lourde, longue, haute, j’allais devoir conduire ce truc au quotidien. Monsieur-Mon-Mari a récupéré Gun (la 206), s’amusant à la conduire mais omettant de nettoyer son admirable carrosserie (avant j’avais une voiture grise, mais ça c’était avant… que les mousses ne poussent dessus).

Très vite, j’ai compris que le tank et moi pourrions cohabiter sans soucis sur les longs trajets (sauf l’autoradio qui a des basses pourries : Meat Loaf et AC/DC n’est pas écoutable à bord), mais que nous aurons des soucis avec les rues étroites de notre quartier et du centre-ville. Ma propension à saluer les trottoirs (en granit, ils ne pardonnent rien) a entraîné un abonnement chez un vendeur de pneumatiques.
Lorsque Loulou est né et que nous nous sommes retrouvés avec trois très jeunes enfants à charrier en voiture tous les jours, j’ai accepté de suivre mon destin de mère de famille et d’assumer le monospace.

Pour son premier contrôle technique, un peu avant les deux ans de Fifi, le tank sortait de chez le garagiste. J’étais tranquille, il avait fait le tour… et n’avait pas remarqué que le bras de l’amortisseur avant droit était en train de céder ce qui, selon le contrôleur et le nouveau garagiste, se voyait à l’œil nu ! Réparations faites (il n’y avait malheureusement pas que cela que l’ancien garagiste n’avait pas vu), quelques centaines d’euros plus tard le Tank est reparti sur ses roues pour deux belles années de route.

L’an dernier, le déménagement de mon bureau loin du centre de la métropole pour un centre-bourg de périphérie (entouré de trois parkings gratuits) a réduit ma facture pneus de moitié, me permettant de prendre enfin un peu de plaisir à la conduite du Tank de 1750kg sur la voie rapide qui y accède. En mars, pour son second contrôle technique, j’ai croisé les doigts et invoqué Ste Rita. La patronne des causes désespérée m’a entendu : passage du premier coup… mais freins à revoir. Comme de par hasard, le voyant des freins s’est allumé pour la première fois le weekend qui a suivi l’examen*

Disques « ventilés », plaquettes neuves, on en profite pour faire la révision…. « La note est payable en deux fois si cela vous arrange Madame Dupont ».

Début mai, j’ai donc récupéré un Tank avec des freins neufs. Quelques jours plus tard, je suis rentrée chez moi en même temps que super voisin. Il m’a salué en me disant « j’entends un genre de toc toc toc quand vous manœuvrez». « Ah bon ? ». Vérification faite, pas de bruit suspect… jusqu’à aujourd’hui. J’ai démarré le tank, comme tous les jours, et j’ai senti que cela frappait dans le mollet gauche quand j’appuyais sur l’embrayage à fond. En relevant un peu, le « Toctoctoc » s’arrêtait… mais au ralenti, sans vitesse enclenché, le claquement était clairement audible.

Direction le garagiste, les enfants à bord… tout le trajet j’ai espéré que c’était une vis quelque part qui avait été mal remise lors de la révision. Je suis allée dans le bureau, j’ai expliqué le souci. Un grand gars est venu écouter… je suis monté à bord et j’ai démarré. Sur leurs sièges, mes enfants ne pipaient mot, conscient qu’un drame se jouait sous leurs yeux. Le mécanicien a fait une grimace et ouvert le moteur. « Ploc Ploc Ploc » le bruit et la frappe s’entendent plus fort.

Ce n’est pas une vis mal vissée.
Ce n’est pas lié au contrôle technique qui ne vérifie pas ce point mécanique.
Mais, si je peux garder la pédale, le reste de l’embrayage du tank est à changer. « La note est payable en trois fois si cela vous arrange Madame Dupont ».

(l’histoire continue )

Et vous ? Vous arrive-t-il de regretter la rusticité de votre première voiture ?

*Le garagiste m’a expliqué qu’un freinage d’urgence à pleine vitesse fait partie des points de contrôle… et que freiner brutalement à 130km/h bouffe de la plaquette

Enregistrer

Enregistrer

15 commentaires sur “La pédale du tank

  1. Oh ma pauvre, tu as LE TANK!… Moi j’ai resiste! Mon mari a le tank et moi j’ai une « ecocar » dixit mon mari. C’est parfait, petit, facile a garer meme quand on n’est pas precis comme ca! Je l’adore!!!
    (Dire que mon mari voulait m’acheter un pick-up cinq place… Brrr!)
    PS: le code de la route en Thailande fait que je peux mettre un enfant en siege auto a l’avant du vehicule… du coup pas de tank pour moi, youhou 😉
    PS2: Non en fait le code de la route en Thailande me permettrait d’avoir les trois enfants pas attaches dans le coffre… mais je reste attachee a leur securite 😉

    Aimé par 1 personne

    1. MDR pour le PS2… Mais bon à savoir en cas de crise majeure sur la banquette arrière 😀
      A cause de cette fameuse pédale, nous avons fait un long trajet en 5 à bord de Gun… j’ai donc pu découvrir qu’en fait, en débit de ce que je pensais, on peut mettre 3 sièges auto à l’arrière d’une 206…
      Donc il devient probable que ce soit mon mari qui récupère le tank en septembre prochain quand Loulou commencera l’école… enfin je commence à y croire

      Aimé par 1 personne

  2. Le Tank ! Ce n’est pas le même, mais il a le même nom ici aussi 😉
    Par contre avec 3 poussins, Nous avions conservé notre 308, les 3 sièges auto y rentraient pile poil et pour le coffre, une règle de base : tout ce qui n’y rentre pas n’est pas indispensable ! 😀
    Mais j’en ai souhaité/voulu/désiré hardament/imposé un quatrième… Bye la 308 adorée !
    Place à un bijou de technologie et d’électronique !
    * Pour bien prendre en compte les proportions du monstre, je l’ai légèrement embouti dans le mur du garage au bout de 3 jours chek
    * Ne pesant que 2 tonnes, il n’a peur que des plus de 3,5 tonnes.
    * Ils nous a laissé en rade sur un trottoir juste pour une pile bouton un WE prolongé de jour férié. Depuis j’ai plusieurs piles boutons dans mon sac au cas ou.
    * Le dernier passage au garage nous a coûté un mois et demi de salaire !
    * A l’état neuf, il vaut le prix d’une demi-maison…
    Mes élèves me parlent de Maserati, de Subaru et moi je leur parle de panzer allemand…
    Mais non, aucun regret !
    J’en ai déjà parlé à Monsieur qu’il nous reviendra bien moins cher dans le futur de changer tout le bloque moteur que d’acheter un nouveau Tank :p sauf si un jour au détour d’un loto, un vendredi 13 bien en veine…

    J'aime

    1. Le notre a couté 20 poussettes 3 roues en occasion (et c’était un excellent prix, cela aide d’avoir des proches dans l’automobile). Le cumul des réparations (article à venir) fait 3 poussettes et a bouffé le budget vacances (entre autres).
      Pour la pile bouton j’ai peur de demander, mais la curiosité prend le dessus : que s’est il passé ?
      Argh pour le mur au bout de 3 jours. C’était une de mes spécialité en ambulance (vérifier le positionnement des bords de portails ou le bout du mur du carport où je la garais)… Mais elle, elle n’avait jamais une égratignure, par contre le mur :p.
      Le tank lui a embrassé un poteau en voulant entrer dans une place trop petite au supermarché… depuis j’ai retenu : jamais le long des rangements à charriots.
      Merci pour le partage et vive les VW (ma voisine est équipée en touran et ravie)

      J'aime

      1. Tu peux demandé 😉 Houhouhou la pile bouton !!!
        Nous avons une clé, avec une pile comme la plus part des clés maintenant, mais notre merveille de technologie ne possède AUCUN trou pour mettre cette clé !!! Tout fonction par capteur. Donc quand il n’y a plus de pile ben… ben voilà quoi 😀 Un dimanche, suivi d’un lundi férié et hop les réjouissances commencent !
        Le par-choc arrière a été changé depuis et ce n’était pas de ma faute cette fois-ci 😀
        Pour ma VW, il est méconnu du grand public mais il existe un truc un gros truc eu dessus du fameux Touran que tout le monde connait… Mais ça reste une excellente voiture. Elle va partir en camping cette année pour la première fois !!! Mission à voir 😉

        J'aime

      2. J’aime pas quand il faut de l’électricité même pour ouvrir une porte… et à ta place moi aussi je collectionnerais les piles boutons.
        Bon camping, je sens que cela va être intéressant 😀

        J'aime

  3. Aahhahahah que de péripéties…. j’aurai bien aimé voir la tête du dépanneur lorsqu’il s’est rendu compte que oui, c’était bien l’alternateur 😀
    Chez nous, seul mon mari a le permis (oui oui je suis en train de potasser mon code…ouh la vilaine !!) et résiste encore farouchement avec son break saab (il fait l’entretien quasiment lui même et a bidouillé pour que la bête roule avec de l’éthanol…je ne veux RIEN savoir !)
    Si un jour on a un 3ème enfant, il étudie déjà les options pour ne pas avoir à investir dans une « cathomobile » comme il les appelle si élégamment…. -_-

    J’ai bien ri en te lisant en tout cas!!!!!

    J'aime

    1. Merci… Après l’article invité j’ai voulu être plus légère… m’enfin 1.7tonne, cela pèse pas mal quand même LOL
      La tête du gars valait son pesant de cacahouètes 🙂

      Ton mari a raison de résister : je regrette encore ma Polo… et le Ford explorer coupé boite manuelle de ma belle soeur qui avait le même âge 🙂

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s