Argh·Les idées reçues

Le respect de son public

Un soir de la semaine dernière, alors que je m’apprêtais à relire l’article sur Loulou prévu pour ce matin, j’ai été interpellée (via Messenger) par une camarade bloggeuse… « Suis-je susceptible ?» m’a t’elle demandé. Ne la connaissant pas dans la vraie vie, je n’ai pas osé me prononcer de but en blanc… Assez remontée, elle m’a expliqué qu’elle vienait de lire, sur un des nombreux blogs qu’elle suivait, un article qui lui avait profondément déplu. Intriguée, je lui ai demandé le sujet traité.

Il s’agissait d’elle, en tant que lectrice. L’article, que j’ai lu moi aussi, émanait d’une maman bloggeuse (j’ai découvert cela par hasard : nous sommes des milliers). Une comme nous : elle était ni plus originale, ni plus parfaite que nous, avec en particularité une plume très acérée (ceci est un euphémisme). Son papier du jour interpellait son « petit lecteur » une bonne dizaine de fois en 1500 mots. Je vous passe les détails pour rejoindre l’essentiel : la jeune femme (elle a 31 ans) évoquait un groupe de bloggeuses dont elle faisait partie. Elle s’étonnait d’y lire quotidiennement des filles ‘parler’ de leurs stats, comment les améliorer, comment attirer plus de lecteurs. Elle expliquait qu’elle n’avait aucune idée de ses statistiques de lectures, de son nombre d’abonnés, du profil de son lectorat. Elle racontait à ses « petits lecteurs » que, bien que son blog soit public, elle était toujours surprise d’être lue et commentée. Elle s’interrogeait sur les raisons qui font écrire sur un blog, disant clairement que bon, ses lecteurs, elle s’en moque un peu… vu qu’en fait elle n’écrit pas dans le but d’être lue.

Du coup, pour ne plus la déranger, ma copine s’est désinscrite.

092417_1833_Lerespectde3.jpgJe ne pense pas que ma collègue soit susceptible. En fait, je ne comprends pas vraiment la bloggeuse dont il est question. En effet, après une visite générale, je trouve que son blog, et particulièrement l’article que je vous ai résumé, sont pleins d’incohérences :

  1. Il existe effectivement des groupes d’entraide entre bloggeurs sur les réseaux sociaux. Ils n’ont rien d’obligatoire. Pour ma part, j’ai intégré l’un d’entre eux pour la première fois il y a une dizaine de jours. Le groupe dont je fais partie ne ‘parle’ pas de statistiques de lecture, ni de comment se faire sponsoriser. Il encourage les échanges sur les travaux en cours et les moyens de progresser dans l’ergonomie de son blog.
  2. Quand un bloggeur ouvre son tableau de bord (la page de gestion de son site), les statistiques sont la donnée qui apparait par défaut, que ce soit sur CanalBlog ou WordPress (l’article qui m’a choquée émanait d’un blog WordPress).
  3. Le nombre d’abonnés de ce blog était affiché dans sa barre latérale droite… comme le mien en ce moment. (j’ai fait une fausse manip la dernière fois que j’ai voulu savoir combien j’avais d’abonnés). Il suffit d’un simple clic pour qu’il disparaisse, tout comme les deux boutons « s’abonner à ce blog »
  4. Le blog était inscrit sur 4 réseaux sociaux, dont HelloCoton (HC). La bloggeuse semblait mécontente que l’un de ses articles ait été mis en avant par HC où elle « ne poste jamais rien »… Quand on inscrit un blog sur HC (site regroupant tous les blogs volontaires) les nouveaux articles se publient automatiquement sur notre page du réseau social (c’est même sa raison d’être). Consécration suprême, de temps en temps (je ne connais pas les critères), un article est mis en avant dans la rubrique « coups de cœur » du site internet HelloCoton (et là les fameuses statistiques s’envolent).
  5. Pour information, il est possible de tenir un blog « secret » non référencé, accessible uniquement par un mot de passe… A tout moment il est possible de rendre un blog, ou l’un des articles y figurant « secret ».

Peut-être que la personne qui a écrit cet article ne se rend absolument compte de l’impact qu’il peut avoir. Peut-être qu’elle n’a pas du tout réalisé que son blog était ‘vraiment’ public et donc susceptible d’attirer des lectrices/eurs. Si c’est le cas, je pense qu’elle ferait mieux de passer sur un journal offline, voir reprendre un de ces cahiers que beaucoup d’entre nous remplissions jour et nuit à l’adolescence, commençant chaque entrée par « cher journal » en se rêvant Anne Franck contemporaine (sans la même fin, l’héroïsme a ses limites).

Il y a quelques temps j’ai lu un article de Picou Bulle sur ce qu’elle n’aimait pas lire chez les autres. Picou se/nous pose de temps en temps des questions intéressantes sur les raisons qui nous font écrire, pour certaines jusqu’à tous les jours, notre « journal en ligne ». Plus récemment, Toutazimutine s’est amusée à faire un portrait de la bloggeuse accroc à ses stats, forçant le trait à l’extrême pour nous montrer certaines dérives.

Lire l’article d’une bloggeuse se plaignant d’être lue a un côté paradoxal.

Pourtant depuis je m’interroge.

Pourquoi est-ce que j’écris ?

Pour moi c’est clair depuis le moment où j’ai pressé le bouton ‘valider’ et crée mon blog sur WordPress : « J’écris ce blog pour travailler mon style, ma plume. Je nourris depuis avant de savoir lire l’envie de raconter des histoires par écrit, de voir nom au-dessous du titre d’un roman à gros tirage. » Alors oui, évidemment, je souhaite être lue. Pas pour obtenir des compliments sur mon style (même si cela me fait plaisir) : je souhaite être lue parce que je souhaite transmettre des choses, des histoires, distraire mon lecteur de son quotidien. Exactement comme je suis distraite de mon quotidien, je découvre des histoires, je reçois des idées ou des connaissances quand je lis les autres.

Que ce soit sur un blog, dans un journal ou un roman : j’aime lire, autant que j’aime écrire.

L’avantage du blog est que les retours permettent d’évoluer, d’apprendre, de grandir jour après jour. C’est un support souple, qui s’adapte à chaque auteur. L’ergonomie se modèle aux gouts de l’utilisateur, c’est simple (la preuve, j’y arrive), ludique, sympathique… et un peu addictif.

Blogger c’est partager son univers… Et assez rapidement, être bloggeur c’est aussi découvrir l’univers des autres. Parce que la plupart d’entre nous faisons des rencontres en chemin. Souvent on va juste passer chez la voisine. Parfois on va devenir une fidèle. Si on a de la chance, on va occasionnellement nouer des liens qui vont plus loin.

Et l’égo dans tout cela ?

J’ignore la réponse. Il y a quelques années, avec une amie nous avons voulu lancer l’antenne nord Bretonne d’une association nationale. Certains médias ont accroché à notre idée. Cela nous a valu quelques articles dans les journaux et, consécration, une interview dans les conditions du direct pour une émission de télévision locale. Mon amie et moi nous sommes faites en sortant cette réflexion : « à 20 ans on espère passer à la télé, être interviewée pour raconter sa vie que l’on juge passionnante… A trente et quelques, lorsque la télé vient à nous, on accepte par curiosité/pour promouvoir un projet et on croise les doigts pour répondre aux questions de façon sinon intelligente, au moins intelligible… avec pour ambition suprême de ne pas dire trop de c*nn*ri* ».

Je ne pense pas chercher la notoriété.

Pourtant, j’admets volontiers que :

  • J’aimerais que l’un de mes articles un jour face le buzz : j’écris pour être lue.
  • J’aimerais que mon blog ait des centaines d’abonnés : j’aurais l’impression que mes histoires intéressent suffisamment pour être régulièrement lue.

Alors, en effet, je vais voir mes statistiques régulièrement, même si j’essaie de m’en détacher et que je n’écris pas en fonction d’elles. Lorsqu’un de mes articles est relayé par le Huff Post ou par Hello Coton je me fais égoïstement plaisir en regardant la petite barre du jour monter indéfiniment. Quand je constate que je n’ai eu que peu de lecteurs, mais que chacun d’eux a lu en moyenne plus de 5 pages, je me sens flattée par l’intérêt porté à ma prose.

Cependant, que les personnes qui me lisent sachent qui je suis est moins important à mes yeux que l’idée qu’ils retirent quelque chose de positif de mes propos. Ce qui m’amène à une contradiction apparente :

J’écris sous mon vrai nom

En 3 blogs et deux sites internet en tant que rédactrice, c’est la première fois que j’écris sous ma véritable identité. Il s’agit d’un choix délibéré, en accord avec mon mari (c’est lui qui l’a suggéré au départ. Je ne l’aurais pas exposé -ou nos enfants- sans son accord). J’ai pris cette option quelques semaines seulement après la mise en ligne des premiers articles. Ecrire sous mon identité m’oblige à assumer chacun de mes propos. A réfléchir aussi à ce que je suis prête (ou pas) à raconter de mon quotidien.

Ma maman suit occasionnellement ce blog.

Ma belle-famille connait l’existence de mon blog, Belle Maman sait même qu’un article parle d’elle (ce qui l’a inquiétée de prime abord).

Des personnes que je côtoie quotidiennement lisent mes articles (probablement pas tous). Récemment mon papier sur la reprise de la danse m’a valu quelques commentaires amusés ou compatissants (et un coup de cœur HC).

Malgré les apparences, 3 enfants en 3 ans n’est pas un blog sur mes enfants. 3 enfants en 3 ans est un blog sur la parentalité d’enfants rapprochés et, de plus en plus, sur la famille et la parentalité en générale. La règle, validée par mon mari, est simple : je n’écris rien qui pourrait (aujourd’hui ou demain) blesser/faire de la peine à mon conjoint ou à mes enfants. Parce qu’ils n’ont pas choisis d’apparaître dans ce blog, qu’un jour ils seront ados/adultes et que ce qui est posé sur la toile du Net ne s’efface jamais. J’essaie de les ‘anonymer’ un peu en n’écrivant pas leurs prénoms et n’affichant pas de photos de leurs visages complets. Si je raconte beaucoup de choses sur eux, il y a aussi pas mal de choses que j’omets volontairement de dire.

Ma règle s’applique aussi aux articles parlant de quelqu’un pouvant être reconnu dans ma « vraie » vie. Lorsque quelqu’un est concerné directement par un de mes textes, il me parait normal de lui soumettre ma feuille pour validation avant de la publier.

092417_1833_Lerespectde7.jpgMerci de me lire

Parce que, si vous me lisez, mes phrases ne partent plus dans le vide : elles vont jusqu’à vous.

Si j’ai bien travaillé, elles vont vous intéresser, vous divertir, éventuellement vous apprendre quelque chose : vous trouverez mes futiles mots utiles. En les lisant vous leur donnez une raison d’être.

Je ne sais pas tout de vous, formidable lectrice/eur. C’est un peu étrange pour moi de penser que des gens dont j’ignore tout tombent sur mes propos. Probablement que, parmi eux, certains les trouvent insipides, stupides, plat et/ou niais. Ce n’est pas bien grave, on ne peut pas plaire à tout le monde. Peut-être même qu’un jour j’ai indisposé suffisamment un/e de mes lectrice/eur(s) pour qu’il consacre un article entier sur les raisons de son blogging (horrible terme), s’éloignant de sa ligne éditoriale pour verser son fiel sur moi.

J’espère que, parmi les autres, certains trouvent mes articles suffisamment intéressants pour avoir envie de revenir me lire régulièrement.

Merci de me commenter

Parce qu’en commentant mes articles, vous montrez de l’intérêt pour ce que j’y raconte. Depuis quelques temps déjà, chaque article publié ici suscite des réactions. C’est pour moi déjà un aboutissement en soi. Une grande partie des commentaires émanent de compagnes bloggeuses, mais il y en a aussi de membres de ma famille, d’amies ou de personnes qui viennent me lire par hasard (ceci malgré que je n’ai toujours pas trouvé comment bien me faire référencer par Google). C’est la meilleure des récompenses à mon travail.

Parmi les observations, je lis régulièrement des mots qui me touchent. Certains d’entre vous me font parfois des confidences pas forcément évidentes, ou me remercient d’avoir tenu des propos qui leur ont apporté du positif. Ces messages me renforcent mon envie de travailler, évoluer, écrire et progresser.

Maintenant, si un éditeur lit ceci et me propose une avance pour que je puisse consacrer mon temps à l’écriture de mon roman bloqué depuis fin juillet au chapitre 10 : il y a un formulaire de contact dans la barre de menu en haut de cette page.

Et vous pourquoi blogger vous et/ou lisez-vous des blogs ?

43 commentaires sur “Le respect de son public

  1. Super article qui mériterait que je me pose bien pour y répondre correctement ! Un vent de « remise en cause » pèse en ce moment sur la blogosphère…j’aime beaucoup te lire en tout cas! Et je pense que quelque soient les stats, on veut toujours plus (je veux plus que ce que j’avais l’an dernier). En tout cas il faut aussi comprendre (pour moi ca reste difficile), que la blogo reste un monde à part, un monde ou certains sont honnêtes, d’autres non, et certains ne montrent qu’une infime partie de la réalité (ou non!!). C’est complexe, mais il faut garder le cap, l’envie et rester vrai (note à moi-même). Contente de t’avoir ici, copine blogueuse 🙂 —

    Aimé par 3 people

    1. Merci Colombes Mum.
      J’ai pas envie de partir 😉 même si je ne suis pas certaine de pouvoir garder le rythme en automne.
      En effet, est ce la saison, les jours qui raccourcissent ? Nous sommes nombreuses à nous questionner ces temps ci. Je viens de lire Quatre Enfants qui a fait un article sur un sujet proche juste là…
      C’est pas simple de rester vrai quand on ne veut pas tout dire. Mais je pense tout de même qu’il est impossible de jouer un personnge indéfiniment.
      Bonne journée

      J'aime

      1. Tu penses? Moi le réseau social que je préfère mais qui me fait le plus de « mal » paradoxalement, c’est Insta. On peut vite avoir l’impression de vies parfaites (et y contribuer) et ca me met la pression et me gène . Prends ton temps, publie à ton rythme, t’es chez toi ici 🙂 — ce qui compte à mon sens c’est de garder l’envie (et de trop lire de blogs peut démotiver parfois, j’en ai fait les frais). J’avais aussi prévu un article sur le blogging, griffonné dans un carnet il y a deux semaines environ!

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne suis jamais sur Instagram… je poste un peu dessus pour que cela apparaisse sur mon blog et FB, mais je ne m’y balade pour ainsi dire pas
        Par contre dis toi qu’en général quand on est la merde on nettoie plutot que de prendre une photo 😉
        Maintenant au travail pour finir tes articles 😉 (j’ai un retard énorme en lecture moi)

        Aimé par 1 personne

      3. Oui c’est vrai tu as raison…mais y’a vraiment des « comptes témoin » sur Insta qui m’impressionne ! À croire qu’ils vivent chez Ikea, et encore!! Yes j’ai du retard d’articles! Mais peu de temps d’affilée! Ou plutôt je devrais arrêter FB et Insta, c’est hyper chronophage!!

        Aimé par 1 personne

  2. Ah ah tu aiguises notre curiosité sur ce blog là!
    Je comprends ton coup de gueule. Je conçoit tout à fait qu’on puisse vouloir rester dans sa bulle, ne pas attirer de lecteurs, mais comme tu dis à partir du moment où l’on écrit sur un support public, et qu’en plus on le référence dans des réseaux sociaux, il faut assumer cet aspect public, et même le chérir.
    En ouvrant mon blog, j’ai été surprise – de moi même, déjà, j’ai fait ça sans arrière pensée, sur un coup de tête – et des autres, car je n’avais pas réalisé que des gens pourraient VRAIMENT venir me lire d’eux mêmes. C’est justement quand je l’ai réalisé, que je me suis laissée prendre au jeu – à mon sens, c’est à ce moment là que mon blog a débuté, quand j’ai eu des lecteurs, et non à mon premier article.
    Je me suis sacrément prise au jeu, comme tu as pu le constater, mais c’est justement cet aspect « public », le fait que j’ai un retour, qui est un moteur principal de ma motivation – de par les échanges, les partages, évidemment, mais ce serait aussi malhonnête, comme tu le soulignes, de dire que c’est juste par amour du geste – je regarde mes stats (bien moins souvent maintenant, mais quand même), j’aime les voir croître, j’aime décrocher une une, et j’aime quand de gentilles copines glissent une référence à l’un de mes articles (merci!!!). Ca me fait plaisir, ça me booste, et évidemment, c’est grisant. J’écrirais sans doute toujours si j’avais uniquement 10 lecteurs, mais peut être moins souvent.
    J’ai choisi un anonymat, au départ, sommes toutes relatif puisque j’ai depuis montré mon visage et parlé de mon blog à quelques proches ; j’en montre plus que je ne le pensais au départ, mais par envie, et puis j’assume sans problème tout ce que j’écris (avec parfois une certaine gêne de sentir la « lumière » un peu braquée sur moi, c’est pour ça que j’ai choisi l’anonymat, pour attirer l’attention vers mes mots, plutôt que vers ma personne dont on se contrefout).
    Bref. Encore un commentaire pavé, mais je suis bien d’accord avec le fond de ton article : être lues, c’est un incroyable moteur, c’est une chance, et renier ça c’est bien dommage et plutôt antynomique avec le fait de bloguer. Ca va à l’encontre total du partage, et c’est bien dommage. Ce blog dont tu parles, du coup il ne me donne pas envie de le découvrir, car à quoi bon – comme tu le dis, il ne voudrait pas trop de moi, visiblement!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai hésité à le mettre en lien ce fameux blog… mais pas longtemps. A quoi sert de pointer du doigt la personne qui m’a déplu ?
      Certes nous sommes dans une cour de récré, mais je pense que nous sommes aussi des adultes. Ce qui est important, c’est le fond. Comme tu le dis, à partir du moment où l’on blog c’est public : donc c’est logique que des personnes viennent voir poussée par leur curiosité.
      A chacun de décider ce qu’il veut faire… mais ce qui ne passe pas, c’est se plaindre d’être lue. Un peu comme la personne qui se mettrait nue au milieu de la rue et qui s’étonnerait/se plaindrait qu’on la regarde : il y a un gros paradoxe.
      J’ignore totalement jusqu’à quel point cette bloggeuse est sincère. J’avoue que j’ai de gros doute et c’est une des raisons de mon coup de gueule. Quand au blog lui même… comment dire. Ma douce Picou, le ton est totalement opposé au tien en tous point. J’ai surtout lu des billets peu constructifs/aimables.
      Ma camarade m’a dit que l’auteur ne répondait pas toujours à ses lecteurs. Cela nous arrive à toute de ne pas voir un commentaire… ou de mettre un like à une réponse à notre réponse sans ajouter un mot. Mais ignorer régulièrement des commentaires ne me parait pas des plus polis. Surtout qu’on peut les bloquer je pense
      Pas de quoi pour le tag, je n’en ai mit qu’un je crois finalement, mais tu as fait une série d’articles sur le sujet du blogging qui est intéressant 🙂

      J'aime

  3. Tu as bien raison de te poser ces questions. Ici, je me suis lancée tête baissée sans vraiment y réfléchir… en me disant que je serais lue par 2-3 personnes… puis finalement, j’ai de plus en plus de lecteurs, et de gens qui interagissent et cela fait plaisir. Sans avoir des stats qui crèvent le plafond, j’ai obtenu ce que je voulais, des échanges, toujours intelligents et bienveillants… N’est-ce pas là l’essentiel ?

    Merci pour ton billet qui me fait réfléchir une nouvelle fois, à la finalité de tout ça !

    Virginie

    Aimé par 2 people

  4. Eh bien, quel super article né de quelques échanges sur Messenger… !
    Tu as complètement dépassé mon irritation du moment à lire l’article de cette blogueuse, pour déboucher sur une réflexion structurée et qui pose beaucoup de questions intéressantes….

    Au final, pourquoi bloguons nous ?
    La réponse est forcément propre à chacune, mais on peut quand même dégager des généralités, liées au support d’expression choisi : le blog.
    En effet c’est un support public. Et quand on le relie à d’autres réseaux sociaux, comme Hello Coton ou Facebook, on accentue encore plus la notion de « public » (et la blogueuse dont tu parles est également présente sur Twitter et Instagram….)
    Ce choix de support n’est pas anodin. Si vraiment on ne veut pas être lue, ou alors que par nos proches, il suffit de choisir comme tu dis un bon vieux carnet (moleskine si on veut se faire plaisir 😉 ) ou de ne donner l’accès à son blog qu’à son seul entourage…
    A partir du moment où l’on publie sur un support ouvert, c’est que l’on cherche forcément à être lue.

    Prétendre le contraire est au mieux un peu bête, au pire un peu hypocrite.
    En tout cas, en tant que lectrice, lire ce texte m’a vraiment fait me sentir indésirable, voir voyeuriste…. un peu comme si quelqu’un m’invitait chez lui pour ma faire visiter sa maison, et me reprochait 5 minutes après de regarder la déco…

    Au delà de ça, j’aime beaucoup ce que tu résumes : oui j’aime être lue, car ça veut dire que mes mots ne tombent pas dans le vide… oui les stats sont intéressante, pas juste le nombre de personnes qui passent sur le blog, mais combien de pages elles lisent, et les commentaires et interactions que ça génère…
    On peut être surprise de voir que tel ou tel texte « marche », tourne sur les RS et rencontre un écho parmi les lecteurs… mais qualifier ça de « gênant » ou de « dérangeant » c’est un peu dur à avaler… et un peu méprisant… !!

    Aimé par 2 people

  5. J’ai découvert ton blog récemment et j’aime beaucoup 🙂
    Effectivement c’est un peu curieux de s’inscrire sur les réseaux sociaux mais ne pas souhaiter être lu. C’est pas un peu hypocrite?
    Après, certaines personnes sont tellement à la recherche de succès qu’elles sont prêtes à n’importe quoi. C’est dommage. Bon et puis cette personne est peut être sincère mais à juste sous estimé l’impact des réseaux sociaux. Enfin ça reste très curieux!
    En tout cas ton article résume bien les choses et je me retrouve assez. A la base je blogue pour partager et échanger et puis j’aime beaucoup lire les blogs des autres. Et c’est toujours un plaisir de faire une belle découverte. Parce que bon, clairement j’ai pas le temps de lire tous les blog mais je temps à autre je vais voir d’autres horizons.
    Concernant cet histoire de star, c’est sûr que c’est assez faveur quand on est lu mais il est vrai que je préfère être peu lu mais « appartenir à une communauté  » plutôt que mes statistiques s’envolent et repas avoir d’interaction. Et puis il faut être lucide aussi, pour ma part, je n’ai aucun tallent d’écriture mais c’est vrai que de blogger me force un peu à m’améliorer.
    Bon, voilà pour le pavé 😉

    Aimé par 2 people

    1. « our ma part, je n’ai aucun tallent d’écriture  » -> rien que ton commentaire prouve le contraire 😉
      Ce qui compte, c’est l’envie. Si on a envie, on finit toujours par y arriver. par contre cela prend je pense des années à la plupart d’entre nous pour accepter de se dire : mon texte suffit tel qu’il est, même si c’est toujours perfectible un texte 🙂
      Merci pour tes commentaires et pour tes encouragements.
      Comme toi, ce sont les échanges qui me boostent au quotidien.

      Aimé par 1 personne

  6. Hé bien, quel débat ! J’avoue que créer un blog et puis râler qu’il soit lu a quelque chose de surréaliste !! Moi perso, j’écris d’abord et avant tout pour moi (j’écrivais mes retours de lecture depuis plus d’un an avant d’oser me lancer), ensuite pour le partage avec d’autres passionnés comme moi ou juste des quidams qui flânent à la recherche d’un avis sur une éventuelle future lecture… Mais il est évident que ça fait plaisir d’être lue et d’échanger des commentaires ! Je pense qu’on n’a pas à en avoir honte ! J’en profite pour te confirmer que j’aime ta plume qui traite de tout à fait autre chose que mon propre blog, ce qui est justement l’un des plaisirs qui découlent de mon entrée dans l’univers des bloggueurs ! Longue vie à nos blogs ! 😊 et si tu trouves un éditeur, tu me files son numéro ?? 😁

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire. C’est amusant, vous êtes pas mal à me dire avoir crée vos blogs sans penser réellement au lectorat potentiel… ce qui était mon cas également pour le blog précédent.
      Pour l’éditeur, pas de souci, j’espère juste que tu n’es pas trop pressée 😀

      Aimé par 1 personne

  7. Je me retrouve beaucoup dans ton article. L’envie de bloguer pour soi, pour travailler, pour réfléchir etc..
    C’est évident qu’à partir du moment ou on voit les stats sur notre page d’accueil, on s’y attache. On n’y peut rien, c’est comme ça. Mais je crois qu’il faut l’assumer. Oui j’aime être lue et j’aimerais l’être plus. Mais faut pas etre prêt à tout, à mon sens. Je vois des blogueuses qui sponsorise des posts, des articles, mais juste pour avoir du chiffre.. et ça j’ai du mal.
    En tout cas, j’aime la profondeur de ta reflexion et de ton article.
    À très vite.

    Aimé par 2 people

    1. Merci pour ton commentaire. a lire mes amies non bloggeuses, je pense que les filles qui font cela pour être sponsorisées ou obtenir des sous perdent des lecteurs en route…. et pas qu’un peu.
      Comme toi, j’aime quand me stats montent (du reste, le présent article a bien plus intéressé que je ne le pensais), mais je fais de mon mieux pour ne pas en être prisonnière.
      Par contre, je suis toujours étonnée de voir quels sont les articles qui attirent des lecteurs ou des commentaires… Parfois un article très long à écrire ne va pas déchaîner les foules tandis que d’autres, rapides à sortir (je pense à un des miens écrit en une heure) vont attirer HC et être beaucoup lus

      Aimé par 1 personne

  8. Merci Picou, qui de fils en aiguilles me fait tomber sur cet article, que je trouve très juste… Je suis contente de ne pas être tombée sur ce blog, cela m’aurait très certainement agacée aussi. Cela dit, il nous arrive à toutes de douter, d’autant que le lectorat n’étant pas immense, on est souvent surprises d’être lues. Pour ma part, je n’ai pas non plus opté pour l’anonymat, c’est quelques fois dérangeant mais ça oblige à mesurer et assumer ses propos, ce qui n’est pas un mal non plus. De toutes façons, objectivement, ce n’est pas notre entourage le plus proche qui lit nos divagations 😀 !
    Au plaisir de te lire alors, 😉
    Bises

    Aimé par 2 people

      1. Il lit très rarement, plutôt quand je veux lui demander un conseil 😊. Mais c’est pourtant également mon plus grand fan, c’est lui qui rêve de me voir faire les Une sur Hellocoton alors que moi je suis encore timide haha! C’est bizarre pour le Blog, peut-être parce que je suis passée en https? J’ai tjs des soucis avec gravatar il faut que je m’en occupe. Sinon c’est simplement mon nom tout attaché .com 😉 Bises

        Aimé par 1 personne

  9. J’aime beaucoup tes articles changeant au gré de ton humeur…
    Je comprends que ce blog te fasse réagir et je trouve ça un peu hypocrite et individualiste de dire qu’on écrit que pour nous sur un blog public et en plus inscrit sur les réseaux sociaux…
    Je me pose souvent la question de pourquoi j’écris sur ce blog et la réponse est souvent la même: pour partager. Ca implique donc d’être lue un minimum pour avoir des échanges. Je n’ai pas de stat extraordinaires mais quand je vois le nombre de personnes qui passent en laissant un commentaire, ça me plait bien plus. Car finalement, la une HC, apporte beaucoup de vue mais très peu d’échange. Contrairement à toi, je n’écris pas sous ma vraie identité mais pourtant j’assume pleinement mes écrits car cet anonymat souhaité peut très vite disparaitre par hasard et bien des blogueuses en ont fait les frais.
    Bon et j’espère que tu trouveras un éditeur pour ton roman 😉

    Aimé par 1 personne

  10. Et bien je viens de découvrir ton article grâce à Picou (qu’elle est gentille hein !) et je dois dire que je suis d’accord avec toi, il est évident que lorsque l’on se met à créer un blog, bien que cela soit avant tout pour soi, c’est aussi pour partager avec les autres, créer des liens et bien évidemment être lue sinon cela ne sert à rien de bloguer, qui plus en est, en public…autant créer un journal intime et l’enfermer à clé dans un coffre sous son lit. Bref, j’ai trouvé l’article en question (oui ou on m’appelle Sherlock Holmes), que j’ai lu, et je dois avouer, que même si je veux bien comprendre qu’on puisse se moquer des statistiques, il y a un minimum de respect envers le lecteur, on ne peut pas dire qu’on s’en fiche des commentaires, si la personne commente c’est qu’elle espère avoir une réponse en retour et si la blogueuse concernée ne souhaite pas être lue, alors il ne faut pas mettre tous ces liens vers les réseaux sociaux qui par définition accroissent la visibilité et par conséquent le nombre de vus…voilà voilà, j’ai fini mon laîus 😉

    J'aime

    1. Ah ah…. Picou m’a avoué avoir trouvé l’article grâce à une amie 😉 c’était donc toi 😀
      Bienvenue 🙂
      Tu as soulevé un point que j’ai omis dans mon article, tellement il est évident : on blogue avant tout pour soi. On blogue parce que l’on a envie d’écrire et que l’on a des idées que l’on souhaite partager.
      Et partager des idées, c’est devoir accepter que d’autre nous lise… nous commentent… et ne soient potentiellement pas d’accord avec nous.
      Du reste, c’est un peu pareil dans la vie en général .

      Aimé par 1 personne

  11. Moi j’avoue être un peu dopé aux stats 😀
    Je suis au début de mon blog, j’ai fait la une 2x et j’avoue que ces deux jours la je n’ai pu m’empêcher de cliquer sur rafraichir toutes les 10 minutes 😀

    Je ne bloggue pas pour faire le buzz.. J’ai fait un article ou je demande un chanteur en mariage lol je lui ai envoyé et dans le message que je lui ai envoyé j’ai marqué « ceci est de l’humour et je ne veux pas faire le buzz… merci de ne pas le partager »
    (Bon, j’ai un peu rêvé, il a même pas ouvert mon message 😀 )

    Par contre j’aime être lue, j’adore les commentaires et avoir des retours sur ce que j’écris.

    J’avais un blog familial avant, sous mon nom, avec ma photo, j’étais en 3 ème position quand on cherchais « blog famille Belge » mais j’ai fini par écrire par rapport à ça et j’ai fini par ne plus écrire par plaisir. Ma meilleure amie me disait même « quand on te lis maintenant on ne retrouve plus ce petit truc qui faisait que c’était drôle »

    Maintenant j’ai choisi d’être anonyme, je n’ai pas osé ouvrir d’autres réseaux sociaux, j’ai peur d’être découverte et de de nouveau être lue par ma famille/amies.
    J’écris beaucoup sur le plaisir féminin, la sexualité, l’ouverture d’esprit. J’ai eu un commentaire qui disait « merci, grâce à toi j’ose m’assumer et mon opinion change beaucoup » Je lui ai répondu que j’avais tout gagné 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. C’est difficile dans le sens ou il n’y a pas d’échanges sur Facebook, instagram, etc Ca enlève une part de je ne sais pas trop comment le dire… « humanité » ? Je sais pas si le terme est bien choisi.

        Mais contrairement a ça je me sens super libre, donc c’est juste top 🙂

        Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s