Criar Cuervos·Le quotidien

[Article invité] La « loi Blanquer » c’est quoi ?

3 enfants en 3 ans Blanquer0[Mardi 19 mars 2019, un quart des enseignants de maternelle et de primaire ont fait grève (estimation basse). A Toulouse, des enseignants se sont faits gazer car ils « gênaient l’accès au rectorat. Partout en France, les maîtresses et les maîtres de nos enfants ont laissé les classes d’écoles pour battre le paver et dénoncer (une fois de plus) la réforme Blanquer que l’on nous instaure aux forceps.
Fait peu courant : les familles soutiennent le mouvement, elles non plus ne veulent pas de cette réforme. Parce que derrière les drapeaux français dans les classes se cache une remise en cause totale de l’école telle connaissons (ça, fondamentalement, je suis plutôt pour), mais pour le pire (donc là, je ne suis pas d’accord).

Mercredi 20 mars 2019, à ma grande surprise aucun média n’évoque la mobilisation exceptionnelle d’une profession ayant eu lieu la veille. Alors j’ai demandé à une amie, passionnée de son métier de ‘maitresse’ de nous expliquer, encore une fois, pourquoi nous sommes tous concernés.]

3 enfants en 3 ans Blanquer HtLa « loi Blanquer » c’est quoi ?

Je m’appelle Jordanne*, j’ai 43 ans, je suis maman de trois enfants professeur des écoles. Avant je travaillais dans le secteur privé mais j’ai choisi de me reconvertir à 35 ans.

Ce mardi, avec tous les enseignants des deux écoles où j’exerce, j’ai choisi de faire grève et d’aller défiler dans la rue.

Ce mouvement a été suivi par beaucoup de mes collègues du primaire : il s’agissait au départ d’une grève de la fonction publique, pour l’amélioration de nos salaires et pour défendre un service public de qualité pour tous. Mais en février, à l’assemblée Nationale, a été votée la « loi Blanquer ». Les enseignants du primaire ont donc décidé massivement de se saisir de cette journée de mobilisation et de faire grève pour exprimer leur désaccord face à cette réforme. (Une première pour beaucoup de mes collègues !)

3 enfants en 3 ans Blanquer3Nous avons tous entendu parler dans les médias, de l’obligation d’instruction dès l’âge de 3 ans (c’est 6 ans à l’heure actuelle) et de mettre des drapeaux français et européens dans toutes les classes. Mais si nous avons choisi de faire grève c’est bien-sûr parce que cette réforme implique bien plus de choses dans le quotidien des familles. Ce que je vais tenter d’expliquer simplement (avec des centaines d’amendements, c’est un exercice périlleux). Je préfère prévenir, c’est un peu long.

Revenons sur la scolarisation obligatoire dès 3 ans

Pour les communes cela se transforme en une charge financière supplémentaire puisqu’elles vont désormais devoir financer également l’école maternelle privée. Comme le budget des collectivités locales n’est pas extensible, cela signifie aussi une baisse des budgets pour l’école publique (donc une baisse de moyens pour les classes et de la qualité de l’accueil des enfants et sûrement des charges supplémentaires pour les familles).

Pour nos enfants de 3 ans, cela implique aussi une obligation d’assiduité : les parents qui le souhaitent ne pourront plus laisser leur enfant à la maison l’après-midi ou chez une assistante maternelle. Ils devront obligatoirement faire la sieste à l’école et suivre une journée complète de classe (avec la cantine pour beaucoup d’entre eux).

Un des points majeurs de cette réforme et la possibilité pour les collectivités de créer des établissements publics des savoirs fondamentaux

(E.P.S.F. : l’éducation nationale adore les acronymes). Ces établissements regrouperont le collège et toutes les écoles qui lui sont rattachées.

En pratique, cela veut dire quoi ? :

– Les directeurs d’écoles disparaîtront.

3 enfants en 3 ans Blanquer2La gestion des écoles sera confiée au principal du collège de secteur avec pour le seconder, un adjoint unique pour toutes les écoles. On le sait, le directeur d’école joue un rôle d’échange, de confiance et de proximité auprès des parents d’élèves. Il connaît toutes les familles, leurs particularités et leurs difficultés. Imaginons que vous êtes à 20 km du collège de secteur, et bien il faudra faire cette distance si vous avez un point à discuter avec l’adjoint qui ne vous connaîtra pas. Et il n’y aura plus personne pour vous répondre si vous avez une information à faire passer à l’enseignant de votre enfant (que vous serez un peu en retard ce soir, par exemple).

– Cela signifie aussi la disparition des conseils d’écoles avec les parents élus.

Il y aura un conseil d’administration où siègeront l’ensemble des écoles du secteur, donc moins de représentants de chaque école et des difficultés pour aborder la spécificité de chacune.

– Et la carte scolaire ? On l’oublie !

Une autre des conséquences et pas des moindre, est qu’il n’y aura plus de carte scolaire.

Imaginons que vous vivez dans un village et que vous souhaitez inscrire vos enfants à l’école de celui-ci. Et bien s’il n’y a plus de place, il n’y aura pas d’ouverture de classe. On enverra votre enfant dans un autre village à plusieurs km. Les écoles rurales pourront fermer.

Qui voudra s’installer dans un village sans école ? Vos enfants ne créeront pas de liens avec les enfants de votre village.

Cela fonctionne aussi en ville : on pourra envoyer votre enfant dans l’école d’un autre quartier. Bien sûr, cela risque de surcharger encore davantage les classes.

– A terme, les CM1 et les CM2 pourront aussi être accueillis dans l’enceinte du collège. Il n’y aura plus de classes de cycle 3 dans les écoles. Il faut donc imaginer des enfants de 9-10 ans au milieu d’adolescents allant jusqu’à 16 ans.

Crise des vocations ? On a la solution !

3 enfants en 3 ans Blanquer1Un autre point est la possibilité d’embaucher des contractuels avec un BAC+2 (il est demandé aujourd’hui un BAC +5) pour faire face à une pénurie d’enseignants : des personnes qui n’ont donc jamais enseigné et qui ne seront pas formées.

Personne n’est oublié, la loi concerne aussi les enfants à besoins spécifiques

N’oublions pas les enfants porteurs de handicap qui sont fortement concernés par cette loi :

les élèves n’auront plus une AVS pour eux, mais elle sera mutualisée c’est-à-dire qu’elle s’occupera de plusieurs enfants en même temps.

– Des P.I.A.L (pôles inclusifs d’accompagnement localisé) seront créés avec pour objectif de diminuer les places en IME (instituts médico éducatif)  et en ITEP (instituts éducatif thérapeutiques et pédagogique -pour les élèves rencontrant des difficultés comportementales-). En pratique ce seront des pôles installés dans les écoles, avec des soignants sur place et avec des inclusions en classe ordinaire.
Sur le papier c’est extraordinaire, cela permettrait une vraie inclusion des enfants en situation de handicap en classe. Tous les parents de ces enfants en rêve, la plupart des enseignants aussi. Mais hélas en pratique, les enseignants ne seront pas formés, les élèves qui en ont besoin ne seront pas systématiquement accompagnés, les classes toujours à 30 élèves.

Ces conditions ne permettent pas une vraie inclusion des enfants, dans des conditions sécurisantes et bienveillantes. C’est mettre ces élèves dans des conditions de stress et d’échec.

L’évaluation même de l’école va être modifiée

3 enfants en 3 ans Blanquer4le CNESCO devrait disparaître : encore un acronyme, décidemment ! Le CNESCO est un organisme indépendant chargé d’évaluer l’« Ecole », c’est à dire les établissements scolaires et les programmes. Il est composé de
scientifiques issus de champs disciplinaires variés, de
parlementaires ainsi que de
membres du Conseil économique, social et environnemental. Le ministre veut le supprimer pour les remplacer par le CEE, dont il nommera lui-même les membres.

Fini l’indépendance ! Cela permettrait d’imposer ensuite des programmes dont personne ne pourra évaluer la pertinence.

Jusqu’à présent, un enseignant avait le droit de de dire ‘non’.

Il pouvait refuser une expérimentation.

Avec cette réforme, il ne le pourra plus.

Il pouvait dénoncer les incohérences

L’article 1 de la loi, ne permettra plus aux enseignants de critiquer l’institution. Ils ne pourront donc plus s’opposer aux réformes ni aux expérimentations. Ils ne pourront plus vous informer de ces dernières comme je le fais aujourd’hui.

Notre liberté d’expression est donc remise en question et plus aucun organisme ne pourra apporter un regard indépendant et impartial sur le contenu des programmes et la pédagogie mise en place.

 

Ce sont pour toutes ces raisons que les enseignants du premier degré ont massivement fait grève ce 19 mars. Nous voulons défendre l’école telle que la connaissons : moteur de la vie de nos quartiers et de nos villages, pour sa proximité, pour son rôle de lien social. Je suis aussi une maman et je m’inquiète de l’avenir de l’école de mes enfants.

Loi Blanquer Illustration Pa Wata.jpg

 

Illustrations : Pa Wata/Gégé pour les Stylos Rouges, Pixabay, 3enfantsen3ans.com et auteurs inconnus

*Le prénom a été modifié

 

3 enfants en 3 ans Blanquer Bas.jpg

30 commentaires sur “[Article invité] La « loi Blanquer » c’est quoi ?

    1. Nous sommes tous concernés…. mais les médias grands public n’ont pas l’air de penser que cela mérite d’en parler. Je suis outrée par cette orméta !
      Encore ce matin, on nous rabat les oreilles avec les GJ et on continue de tout mélanger à ce sujet… C’est fatiguant

      Aimé par 1 personne

    1. A terme je ne pense pas que cela fera des économies. Le problème principal, quel que soit le sujet, c’est justement qu’on pense à court terme sans réfléchir aux conséquences.
      Souvent en économisant 5€ aujourd’hui on se retrouve à en dépenser 50€ quelques années plus tard… et on accuse systématiquement les gouvernements précédents tout en menant à son tour une politique à court terme… un véritable cercle vicieux

      J'aime

  1. Hello! Lectrice de l’ombre, je sors de ma cachette pour te remercier de cet article. Je n’étais pas au courant non plus, alors que la maîtresse de ma fille aînée (en moyenne section) a effectivement fait grève mardi. Merci d’avoir éclairé ma lanterne et je suis également outrée de ce que j’ai lu. Je me suis permise de le partager sur FB.
    Et pour la petite histoire, je suis maman de 3 enfants en 2 ans puisque 1 an quasiment jour pour jour après ma fille, mes jumeaux (mixtes) sont nés. Ils sont donc en petite section. C’est la fête à la maison :-):-)

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, merci pour cet sortie du placard 🙂
      C’est assez effarant l’opacité médiathique sur cette loi qui va impacter la vie de beaucoup de famille, c’est pour cela que j’ai demandé à ‘Jordanne’ qui s’époumone sur facebook depuis des semaines, de nous expliquer le texte plus loin que les drapeaux dans les classes.
      3 enfants en 2 ans, chapeau, effectivement cela doit bien vivre à la maison ! Ce blog doit te parler du coup… on a des vies proches.
      Comment est ta vie de maman de 3 enfants en 2 ans ?

      J'aime

  2. Bonjour, merci pour cet article explicatif et détaillé, c’est assez hallucinant tout ça. J’aimerais faire quelque chose, je vais partager sur mon insta mais malheureusement je n’ai pas beaucoup d’abonnés donc ça n’aura pas une grande portée. Y a t il une pétition à signer ?

    Aimé par 1 personne

    1. C’est gentil de partager. Peu importe le nombre d’abonnés, en s’y mettant tous on parviendra à diffuser cette information importante.
      Pour la pétition, je ne sais pas, mais il y a d’autres rassemblements de prévus, le prochain étant le samedi 30 mars sur toute la France (rien à voir avec les GJ bien évidemment)

      J'aime

    1. L’argent pour les écoles privées concerne le ‘sous contrat’. Cela ne change pas grand chose au fonctionnement actuel vu que les mairies subventionnent déjà les écoles.
      Par contre, une telle loi peut faire baisser la qualité de l’école publique sans que les professeurs n’y puissent grand chose : on ne peut indéfiniment leur demander de payer pour enseigner (leurs Ordis, leurs imprimantes, leur matos pédagogique, etc.).
      Le soucis, c’est que si les écoles deviennent impersonnelles, les familles vont tenter de fuir vers le privé sous contrat… Or les effectifs du sous contrat sont bridés : au max 17% des effectifs peuvent avoir de la place (avec de grandes inégalités régionales). Donc les listes d’attentes des écoles s’allongent avec de fait de plus en plus de sélection soit par l’argent, soit par le niveau scolaire (quand ce n’est pas les deux). et puis cela risque d’en faire passer plus d’un vers des écoles hors contrat pas forcément qualifiées.
      Mécaniquement, on glisse vers encore plus d’inégalités entre les enfants. J’ignore quelle est la solution à terme, mais j’ai pas l’impression qu’on soit sur la bonne route…

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, c’est bien pour cela que mécaniquement, les enfants partiront vers le privé sous contrat, puis le hors contrat qui présente en même temps que de gros risques de dérive, des avantages : petits effectifs, créativité, encadrement personnalisé.
        Effectivement on se retrouvera avec encore plus d’hétérogénéité dans la qualité de la scolarité, selon les régions.

        Aimé par 1 personne

  3. Merci! Pour nos profs, nos enfants…nous sommes tous concernés. Par contre la loi banquer c’est aussi des lois liberticides pour l’Ief et les écoles hors contrat….rien n’est fait par hasard…..

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait… L’IEF va être plus encadré, mais je pense que c’est une bonne chose. En effet, pour connaitre le système IEF américain qui est très encadré, un encadrement bien fait permet d’aider les familles à bien avancer et de faire retourner de façon simple des enfants vers les écoles quand on le souhaite/le peux.
      Et puis, j’ai vu récemment une situation IEF qui m’a fait très peur (pour l’enfant concernée). Alors, si je ne suis pas hostile du tout à ce type d’enseignement (et pense que les parents qui se lancent sont super courageux), je crois que le suivi est important.
      Merci Charly de prendre le temps de passer par ici 😉

      J'aime

  4. Je tiens à spécifier deux choses: les AESH ne s’occupent JAMAIS d’un seul enfant. Actuellement, elles sont déjà écartelées entre deux, voire trois enfants. Et donc, les enseignants les ont une matinée par-ci, une aprem par-là, même quand l’inclusion est à temps complet. Autre chose: il me semble impossible, mais vraiment impossible, que des groupes scolaires à 20 classes fonctionnent sans directeurs. Je pense que la fusion ne concernera que les petites structures. Le plus grave, dans cette réforme, au delà de son contenu, c’est le fait qu’elle soit passée totalement inaperçue, même auprès de gens cultivés et aux prises avec l’actualité, parce qu’on a plus parlé des drapeaux et de la scolarisation à 3 ans (le moins pire dans l’histoire si je puis me permettre).

    Aimé par 1 personne

    1. Nous sommes totalement d’accord sur ton dernier point : l’orméta médiathique sur un tel sujet est inadmissible. c’est précisément ce qui m’a poussé à demander un article à ‘Jordane’.
      Pour tout te dire, mes enfants sont scolarisés dans une école sous contrat, ils ne sont pas concernés directement par cette loi. Par Jordanne, j’ai compris depuis longtemps toute l’absurdité de cette loi.
      C’est seulement avec cette grève passé sous silence que j’ai réalisé à quel point il est urgent/important de faire passer l’info.
      Concernant les AVS, ici il y a les deux, c’est selon les cas. Mais quand un enfant a un besoin permanent, il peut avoir une AVS à temps plein.

      Aimé par 1 personne

  5. C’est terrible de ne pas entendre parler de cette réforme ou du moins des points vraiment importants… Sans IG et les blogs, jamais je n’aurais eu connaissance de la disparition des directeurs notamment… J’espère vraiment que la mobilisation aidera à changer cette loi!

    Aimé par 1 personne

  6. Ça m’agace tellement. Je suis enseignante (chut!) et je suis dépitée. Il faut réformer l’Education Nationale. Il y a d’énormes progrès à faire, vraiment. Je suis en Angleterre et mes enfants sont clairement plus épanouis dans leur école anglaise (et que ça me fait mal de dire cela en tant que prof)… je fais une série de reportages sur l’expérience de Français dans des écoles à l’étranger (travail en cours, pour le site http://www.expatsparents.fr pour ceux que ça intéresse)… et vraiment, il y a beaucoup de choses à améliorer en France. Mais tant que les réformes ne seront qu’économiques, ce n’est pas prêt d’aller mieux. Après, et j’en sais quelque chose, nombreux enseignants (ne mentons pas… pas tous) tentent de réformer la machine de l’intérieur… mais c’est au prix d’un épuisement moral incroyable (j’ai fait un burn out perso). Je trouve tout ceci bien triste.

    Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s