Le quotidien·Les idées reçues

On ne parlera pas de politique

voter-geek-1Avec mon blog 3 enfants en 3 ans, j’essaie d’apporter sourire et bonne humeur à ceux qui ont la courtoisie de me lire. Ma prétention n’est pas de changer le monde. Une personne seule ne peut pas changer le monde (certains ont essayés, ils ont eu des problèmes et/ou sont morts prématurément)Ma prétention, la même que dans la vraie vie, est d’apporter quelques petits grains de sables pour aider à construire les édifices de demain.

ob_387996_miss-casseroles-candidate-a-l-electiEn ce moment, en France, ce sont des élections présidentielles. La campagne du premier tour a été rythmée par les affaires financières ou la sexualité des uns et des autres candidats. Les médias « grand publics » ont fait la part belle à des petits mots, omettant de parler des grands maux. Pour une maman comme moi débordée par son quotidien, peu de chance de savoir ce que chaque candidat propose pour les cinq prochaines années en écoutant la radio (ou regardant la télé, ce que je ne fais plus beaucoup). Optimiste par nature, j’ai espéré jusqu’au bout pouvoir entendre un vrai débat politique ou s’échangeraient des idées contradictoires entre lesquelles je pourrais choisir facilement mon vote, avec l’espoir d’un avenir meilleur pour les cinq prochaines années dans mon cœur .

Dimanche soir dernier a eut lieu la proclamation des résultats, moins serrés que ce que la France, Monsieur-Mon-Mari et moi imaginions.
Certains ont eu l’air surprit.
Deux ont eu l’air heureux,
Deux autres n’ont pas eu l’air content du tout,
Quelques uns n’ont jamais été vraiment montrés,
Un a refusé de croire ce qu’on lui disait.

election-presidentielle-2017-1Désormais nous sommes officiellement entrés dans « la campagne de l’entre-deux tours ». François n’est plus tout à fait président, mais pas encore remplacé. Tout le monde donne Emmanuel vainqueur mais, comme ma fille pourrait vous expliquer (car, à cinq ans, elle s’intéresse aux sujets qui passionnent les adultes), « tant que le match entre Marine et lui n’est pas joué, personne n’a le droit de dire qui va gagner puisqu’il n’y a pas de gagnant vu que les gens n’ont pas encore voté ! » (CQFD).

Ririe n’est pas la seule à avoir tout comprit… En dix années de réseaux sociaux, je n’ai pas souvenir d’avoir vu une telle bataille à coup de « post » pour tel candidat ou contre tel autre. Chacun crie, le plus fort possible, ses convictions politiques. « Votez ceci, cela », ou « ne votez pas », les injonctions se multiplient. Certains propos sont fort intéressants car ils me permettent de lire des éléments marquant des programmes (ceux-là même que je n’entends pas sur les radios nationales). Certains sont drôles, ils me servent à illustrer cet article. Mais, à côté de cela, que de haine, que d’intolérance, que d’insultes !

J’ai la chance (oui c’est une chance) d’avoir des amis de tous les horizons, de toutes les mouvances politiques. Certains sont issus de milieux sociaux très favorisés, ou au contraire galèrent tous les jours pour payer la cantine ou le pain, ils sont célibataires, divorcés, mariés, jeunes, vieux, quelques-uns sont connus des médias nationaux voire internationaux. Cela rend mon mur Facebook très hétéroclite dans les propos que je lis. Un ami issu de ma vie associative va publier un article de fond sur l’un des candidats. Un membre de ma famille va parler des difficultés pour aller voter lorsque l’on est Français expatrié. Un ancien collègue fait l’apologie du vote blanc (par lui je sais qu’il est arrivé en 7eme position avec 651 407 non voix soit 1.78% des suffrages exprimés… j’en parle ici car les médias n’en ont soufflé mot).

Et puis il y a la bile.
Il y a tous ses torrents de colère, frustration, de refus d’autrui pour ses idées différentes des siennes.
En lisant mon mur Facebook depuis lundi, je lis tellement de mots désagréables que j’en ai les yeux qui piquent.

silenceHier, j’ai posé une simple question sur mon mur Facebook : « croyez-vous vraiment que poster à profusion pour l’un ou l’autre des deux finalistes peut faire changer le vote de quelqu’un ? ». Les commentaires ont été nombreux et intéressants. Des personnes de sensibilités opposées politiquement m’ont aimablement répondu. La plupart n’ont pas besoin de changer les votes de « leurs amis » parce que leurs amis ont les mêmes idées qu’eux… donc ils échangent sur ce qu’ils aiment ou pas avec des gens qui pensent comme eux. Certains ont un vrai besoin de sortir tout ce que représente pour eux l’un ou l’autre des candidats car, soyons clairs, la peur est là… dans tous les camps. D’autres ont l’espoir de faire au minimum réfléchir leurs contacts, et idéalement de faire évoluer leurs idées pour changer leurs bulletins de votes. Espoir validé par une de mes amies qui a avoué que tous ces posts l’ont aidé à prendre sa décision pour le premier tour. Elle continue à lire les propos des uns et des autres, mais surtout les articles qui lui sont proposés et font montre d’un certain sérieux. Enfin, une copine « amie » avec des ultras de tous poils m’a raconté que, tous les cinq ans, le tri se faisait naturellement.
L’unanimité étant que les périodes politiquement fortes permettent d’apprendre à qui l’on a affaire sur la toile.

Aujourd’hui, j’ai lu les propos d’une jeune femme de bon sens. Elle a refusé de dire à un proche pour qui elle votait, parce que cela la regarde. Elle ne veut pas avoir de discution politique avec cette personne, non parce qu’elle ne partage pas ses idées, mais parce qu’elle sait d’avance que le débat sera stérile. Elle étudie les programmes des deux finalistes afin de savoir à quoi s’attendre pour les cinq prochaines années. Elle se refuse à prononcer des propos politiques en public faisant valoir l’importance du principe de Neutralité qu’elle a appris à respecter (tout comme moi) par son engagement associatif. Ses proches lui reprochent son intérêt pour la politique (un comble !) et son besoin de réserve, lui enjoignant de voter pour l’un des candidats car : « peu importe son programme, il faut que ce candidat soit le plus haut possible ! »

premier-tour-élection-présidentielleComme ma jeune amie, je déclare mon droit à la neutralité politique en ligne et dans la vraie vie ! Continuez de vous écharper si cela vous défoule, mais essayez de le faire loin de mes yeux et de ceux de mes enfants. Mon parti est pris, et je le soutiens avec mon blog : Nous élevons nos enfants avec des principes de respect, tolérance et amour du prochain. Nous semons des graines en eux pour que pousse le mieux possible la société de demain… celle qui se construit aujourd’hui. Je suis militante aussi. Plutôt que de dire aux autres ce qu’ils doivent faire, j’essaie d’évoluer, de faire tous les jours ce qui me parait juste, de ne pas cautionner par mes achats certains modes de fabrication ou de consommation.

Il y a longtemps que je suis neutre politiquement face à tous ceux qui ne me sont pas proche. Mes engagements parlent cependant pour moi : je pense que c’est à chacun de nous de réfléchir à la société qu’il souhaite… Puis d’agir tous les jours en tendant vers son idéal par ses actions. Petite en apparence (je refuse de manger des fraises hors saison, même bio), chaque action compte (la culture des fraises en hiver se fait dans des serres aux Pays Bas qui sont chauffées le plus souvent au fioul à 18° quand il neige dehors). Si chacun met un peu de bon sens dans ses achats (les fraises d’hiver n’ont aucun goût et coûtent cher), alors je crois sincèrement que nous obtiendrons vite des résultats (comme la culture des fraises ne sera plus rentable, on plantera différemment, Dame Nature s’en portera mieux). A vous je le confesse : si je choisis mes amis en fonction de leur personnalités et non de leur choix politiques, il y a une catégorie qui me faire sortir de mes gongs : les écolos qui roulent en bicyclette en fustigeant mon monospace familial (Bouh, le vilain Diesel) et s’en vont acheter des fraises en décembre, mettant en avant le logo bio sur le paquet plastique… tout en oubliant (parfois volontairement) la facture énergétique de leur achat.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

4 commentaires sur “On ne parlera pas de politique

  1. Je suis egalement effrayee de la violence des echanges sur les reseaux sociaux, de la violence des prejuges et de la violence des attaques. Comment est-ce que tout ca a bien pu commencer?… Les gens sont-ils vraiment si malheureux?… (Ce n’est pas des questions oratoires, c’est des vraies questions… comment a-t-on pu changer a ce point?…)

    J'aime

    1. C’est une bonne question. Je me la pose également. Je pense que c’est lié au contexte, ou l’instabilité est permanente.
      Qu’on le veuille ou non, la France est en guerre sur son propre territoire, face à un ennemi dont on ignore où et quand il frappera la prochaine fois. Cela aussi rend probablement les gens plus vindicatif aussi. La peur influence probablement les comportements je pense.
      Qu’en pensez vous?

      J'aime

      1. Je ne suis pas tres sure de ce que je pense, ayant quitte la France depuis dix ans. J’ai le sentiment que la crainte d’avoir moins que son voisin, alors qu’on merite plus, enfle d’annee en annee. Et j’ai l’impression que cette idee est si largement relayee par les medias de tous poils qu’il est difficile de s’en defaire. Quant a l’ennemi qui menace la France, je n’arrive pas du tout a mesurer l’ampleur du phenomene. J’ai le souvenir qu’en Chine, il y avait aussi des ennemis invisibles qui terrifiaient les gens (les voleurs, les etrangers et les musulmans surtout) mais que, coupee du gros des medias locaux, j’y etais beaucoup moins sensible que mes collegues ou que mes voisins.

        J'aime

Un commentaire et ma journée s'embellit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s