Criar Cuervos·Le quotidien·Les idées reçues

L’angelot enjôleur

Monsieur-Mon-Mari et moi sommes tous deux issus d’une fratrie de trois enfants. Lui est l’ainé. Je suis la plus jeune. On sent parfois des parallèles l’un et l’autre avec Ririe et Loulou. Une de mes amies a faibli pour un set de trois T-shirts pour ses enfants : « je suis l’aîné, je suis les règles », « je suis le second, la raison pour laquelle il faut des règles », « je suis le troisième, les règles ne s’appliquent pas à moi ». Tout un programme qui résume pas mal la vie de des fratries de trois…

Ririe, par nature, semble toujours inquiète. « Est-ce que je vais me faire gronder ? Est-ce que c’est grave si je renverse mon verre/ne mange pas tous mes choux de Bruxelles*/ne me lave pas les dents pendant 2 minutes ? ». Notre aînée semble avoir toujours besoin d’évoluer dans un cadre. Si elle n’a pas de consigne, elle va nous en demander. Si on la laisse libre, elle reposera la question plusieurs fois « ai-je le droit de… ? ». Par ailleurs, quand on crée un précédent, par exemple si, à titre exceptionnel, je lui permets d’avoir une tartine de beurre en arrivant à la maison bien que le goûter soit passé, on s’expose à de bruyantes conséquences : grosse crise les soirs suivants parce que je ne suis pas d’accord pour renouveler l’exceptionnel. Entre son caractère, son besoin de cadre fixe et de stabilité, il devient extrêmement rare avec elle que nous fassions exception à une règle établie.

Fifi, fait sa vie sans un bruit (moi qui croyait que les garçons sont bruyant, ici ce n’est pas le cas) et l’on va découvrir, parfois trop tard, un arrangement de scoubidous autour de la roue avant du vélo, un échafaudage improbable lui ayant donné accès au sommet du réfrigérateur (faut que je trouve une meilleure cachette pour mes bonbons), trouver au sol la commode et son contenu (là cela a fait du bruit, et il a eu beaucoup de chance de ne pas se blesser). Fifi suit les règles connues. Mais si on ne lui a pas spécifiquement signifié qu’il ne doit pas trancher la tête de la poupée de sa sœur avec l’économe**, il décidera qu’il peut le faire. Par ailleurs, il sait par instinct trouver le moment et les mots pour obtenir tout ce qu’il souhaite de sa maman.

Enfin, il y a Loulou. Son sourire et ses grands yeux qui pétillent. Oh, il connaît bien le principe des règles. Mais pour lui c’est uniquement de la rhétorique. Il a bien compris que Ririe et Fifi ne doivent pas mettre le porteur sur la table basse. Mais lui c’est Loulou, donc il peut le faire. Alertés par un grand éclat de rire, Monsieur-Mon-Mari ou moi auront un coup au cœur en le voyant rouler d’avant en arrière, risquant à tout moment de tomber la tête la première dans la cheminée. Comme il s’exprime moins bien que les deux « grands », et qu’il est trop jeune pour être réellement réprimandé, ses aînés en profitent : c’est Loulou qui a déroulé le rouleau de papier toilette/vidé le shampoing dans le bain/cassé le vase de Soisson… Un petit dernier, c’est pratique pour ses aînés, n’est-ce pas ?

La tâche de chaque parent est de faire de son mieux pour élever ses/son enfant(s). Pour Monsieur-Mon-Mari et moi, l’objectif ultime est qu’ils deviennent de belles personnes, à l’aise dans leur baskets et bien intégrés dans notre société. Nous souhaitons qu’ils aient chacun un métier qui leur convienne et leur plaise. Qu’ils soient laveur de carreaux ou politiciens nous importe peu, même si l’une des deux professions ne m’emballe pas du tout dans le principe : je souhaite que mes enfants aient de l’éthique et deviennent des adultes honnêtes.

Cet objectif lointain passe par un travail de tous les jours… la répétition sans se lasser de « on dit bonjour/au revoir, s’il te plaît/merci » et de tant d’autres petites phrases inédites « on ne met pas ses feutres dans le bain, ni la voiture de Ouioui » fait, à mon sens, partie de l’objectif global de tout parent : que mon enfant devienne quelqu’un de bien. Mais éduquer des enfants charmeurs n’est pas si simple. Quand on a un petit toujours souriant, de bonne humeur, comment le gronder ? Certes il a mis en marche le lave-linge à vide, programme long… mais il est tellement mignon, il a voulu aider, non ? (Ben, non… il a juste joué avec les boutons)

Avec mes enfants, plus particulièrement avec ma gueule d’ange de dernier né, j’ai un vrai souci. Même son assistante maternelle lui passe certaines facéties qu’elle n’aurait pas acceptée d’un autre de mes enfants. Quant à moi, faible mère, je lui donne ses repas à la becquée alors que ses deux aînés mangeaient seuls depuis longtemps à cet âge-là. Quand, dans la rue ou un magasin il bouscule une personne, il est rare qu’il ait besoin de s’excuser… à chaque fois que je lui demande de dire pardon, la personne va lui faire un grand sourire en disant : « mais ce n’est pas grave, il est trop chou ! ».
Comment lui apprendre à faire attention s’il n’y a pas de conséquences à ses maladresses ?
En quoi être chou atténue la douleur d’une personne qui vient de se prendre un coup de bâton de mon fils ?***

En attendant, mon Loulou, grand sourire et yeux qui pétillent, a pris l’habitude de saluer chaque adulte qu’il croise sur la digue de Saint Malo les jours de beaux temps. Il dit bonjour, serre les mains, reste face à chacun jusqu’à ce qu’il obtienne un regard ou une réponse. Un moment de bonne humeur dans ce monde de brutes.

Peut-être est-il fait pour la politique finalement ?

Et chez vous ? Pensez vous que la place dans la fratrie influe le comportement d’un enfant ?

*C’est une blague ?! Personne ne peut finir ses choux de Bruxelles, tout le monde sait cela… sauf elle.

** Rassurez-vous, il ne l’a pas fait. Pas encore en tout cas. Mais je sens qu’un jour la poupée Elsa risque de perdre la tête.

*** Oui, ce sont des questions de parent heureux. Mais elles sont réelles. Si vous avez une idée de réponse, je suis preneur !

Enregistrer

Enregistrer

8 commentaires sur “L’angelot enjôleur

    1. Merci… demain j’en prévois un autre qui fera peut être moins envie 😉
      Plus sérieusement, dans la plupart des fratries de 3, le second est le buldozer de la bande… Ici ce n’est pas trop le cas, ou alors il est un buldozer silencieux 🙂

      J'aime

      1. Dans ma fratrie, celle de mon mari, celle de ma meilleure amie c’est vérifié. Pas dans celle de mes enfants, ni dans celle de leurs meilleurs copains (3 à chaque fois)
        a moins que cela ne se concrétise en grandissant ?

        J'aime

  1. En tant qu’enfant du milieu un peu délaissée, et tellement envieuse des privilèges des petits derniers, je suis restée sensible à la cause des enfants du milieu !! Enfants du milieu, tous avec moi !! Lol
    Et du coup, je veille beaucoup à ce que ma petite dernière ne soit pas trop gâtée. Mais je suis contente pour elle qu’elle soit dernière. J’ai beaucoup étudié les fratries et clairement la place du petit dernier est la meilleure de très loin.

    Mon mari était l’aîné et c’est aussi clairement la place la plus difficile.

    Donc oui je crois que la place joue beaucoup dans le caractère de l’enfant, même s’il y aura plein d’autres facteurs.

    Aimé par 1 personne

    1. Ici, je crois que c’est partiellement biaisé du fait que Fifi a un an d’écart avec Ririe… On a clairement un petit dernier, mais l’enfant du milieu n’a pas le comportement typique que je retrouve dans beaucoup de fratrie.
      Je pense aussi qu’être l’ainé est la place avec le plus de pression… mais en temps que dernière, je crois que c’est une place où les frustrations sont extrêmement nombreuses. Par ailleurs, c’est pas simple d’être l’enfant qui laissera les parents seuls à son départ du nid

      Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s