Le quotidien·Logistique

Le matin

3enfantsen3ans cruisboatCe matin en ouvrant les volets, j’ai vu au loin un gros paquebot. Il était trop loin pour que l’on distingue clairement s’il était ferry ou bâtiment de croisière. Il avançait tranquillement vers la lande. Ririe et Monsieur-Mon-Mari étaient encore au lit. Fifi me tournait autour. Loulou appelait pour qu’on vienne le sortir de son lit.

7h15. Un matin comme les autres. La routine à cinq est bien installée. Les enfants vaquent à leurs occupations pendant que je me prépare et que leur père gratte quelques minutes de sommeil. Une fois prête, je trouve le moyen de convaincre Fifi de venir s’habiller. Ririe se prépare seule. Loulou tourne autour se son père qui finit, contraint et forcé, par se lever.

7h30. Le bateau est proche de son appontement. Il est de biais. C’est un paquebot de croisière. Celui de la semaine dernière avait des toboggans sur le roof qui le rendait identifiable de loin. Celui-ci est plus simple. Sa coque et sa cheminée sont bleu marine. Il avance lentement vers le quai. Fifi et moi descendons en cuisine. Toujours en grenouillère, Loulou nous suit, un air de Mickaël (le tout petit frère de Wendy -Peter Pan-) dans l’allure.

C’est souvent là que commence la sortie des rails…

Fifi va chercher son biberon dans le frigo pendant que je mets de l’eau à chauffer. Son pied reste coincé sous la porte du réfrigérateur (oui, c’est possible. Oui, moi aussi je ne le savais pas). Loulou a poussé une chaise contre le plan de travail. Il grimpe dessus et se penche au maximum vers un petit panier pour y saisir des œufs en chocolats reliquats de Pâques. Monsieur-Mon-Mari, descendu à sa recherche, le rattrape avant qu’il ne bascule et le remonte afin de le changer.

3 enfants en 3 ans petit dej 27h38. L’eau bout. Je sors les tasses, prépare café et chicoré, pose sur la table laits veggie et de vache ainsi que le fromage à tartiner, notre indispensable du matin. Coupant des tranches dans une miche de pain achetée la veille, je commence à faire les tartines. Fifi plante son doigt dans le pot de fromage : « Maman, ce matin je finis tout le Madame Loik ! » annonce-t-il. Il reste un quart de pot, il va enchaîner les tartines pendant la demi heure suivante.

7h43. En haut Monsieur-Mon-Mari babille avec Loulou. Ririe annonce, du haut de l’escalier, qu’elle est prête pour l’école. Au bruit de ses pas, elle a même pensé aux chaussures.
 Depuis un petit mois elle s’habille entièrement seule… y comprit pour le choix des vêtements. Samedi dernier, elle portait un leggings rouge, un t shirt vert pomme et des chaussettes fuchsia assorties à sa robe sans manche rayée blanche et rose… L’ensemble accrochait l’œil.
Ce matin elle donne dans le sobre : Leggings et gilet bleu cobalt et t shirt manches longues rose vif. Elle s’est même « coiffée », les mèches chargées d’électricité statique qui partent dans tout les sens en atteste.

3 enfants en 3 ans petit dej 17h46. Ririe demande une tartine de pain de mie sans croûte légèrement toastée avec du beurre… le pain de mie sans croûte a été terminé la veille par son frère. La maison est en panne de beurre suite à l’oubli par la logistique de réapprovisionnement (je n’avais pas prévu que du café soluble se renverserait sur mon dernier petit bout, le rendant immangeable).
J’ai le droit à une scène beaucoup moins sereine que ne l’a été la Cène (puisqu’on parle de pain…).

7h50. Monsieur-Mon-Mari cherche les chaussures de Loulou… il est déjà passé par le séjour, l’entrée, le placard à chaussures, la cuisine.
« Arrêtes de t’enquiquiner à chercher : il pleut » lui dis-je
« Quel rapport ? »
« Tu peux lui mettre les bottes, et je sais où elles sont ! ».
Problème résolu… Il va chercher son fils pendant que je reprends la tartinade de pain au fromage. A mes cotés, Ririe dépèce une belle tranche pour récupérer la mie. Elle me la tend. Pas envie de me battre, je lui tartine de fromage.

7h52. Là-bas, sur la lande, le paquebot est à l’arrêt, les matelots finissent de l’amarrer au quai. De chez nous les ponts semblent vides. Pas un passager ne semble admirer cette manœuvre que nous trouvons toujours fascinante.
Je fais la chose la plus déprimante un matin de printemps : j’allume le plafonnier de la cuisine. Monsieur-Mon-Mari prépare le biberon de Loulou. Le petit a découvert dimanche dernier qu’il pouvait avoir du chocolat dans sa boisson végétale… il chante en boucle « ‘ocolat, ‘ocolat ! ». Quand son père lui tend, il rit, attrape la bouteille et réclame son bavoir qu’il m’apporte. Je lui mets avant de le prendre sur mon genou avec un petit soupir résigné.

3 enfants en 3 ans petit dej 37h56. Loulou réclame un bout de pain… il ne veut pas de fromage frais, mais de la confiture de mures. Je lui prépare et lui donne pliée en deux en priant intérieurement pour que mon pantalon (gris clair) soit épargné. A ma gauche, Ririe voit la tartine et réclame la même, avec la confiture et pliée en deux. Je m’exécute…. A ma grande surprise elle la mange en entier, peau comprise.

8h02. Monsieur-Mon-Mari arrive enfin pour se restaurer. A sa place, Fifi boulotte toujours des tartines de pain au fromage. Son père va pour s’asseoir, mais se relève comme si il avait marché sur une braise incandescente « c’est quoi ça ?!? » demande-t-il, très contrarié. Au sol, une belle noix de fromage frais qu’il a écrasé et est entrain d’étaler dans toute la cuisine. Soupir résigné, il nettoie.

8h05. Monsieur-Mon-Mari entame son petit déjeuner. Tous les autres ont fini. Les enfants sortent de table pour jouer. Je tiens compagnie à mon amoureux. « t’as pensé au chèque pour le centre aéré ? » me demande-t-il.
Bon ben je n’ai plus qu’à fouiller pour trouver la facture… Bien évidemment, je trouve d’autres factures urgentes, mais pas celle du centre de loisirs.

8h15. Tout trouve ! Chèque, stylo et enveloppe ! Non loin de moi Ririe semble avoir rencontré la bonne humeur : elle rote puis éclate de rire. Je fais semblant de ne pas avoir entendu et lui demande de couper les talons des factures (une par enfant) du centre de loisirs. Elle est fière de m’aider.

8h17. Monsieur-Mon-Mari est prêt à partir. Je lui donne l’enveloppe. Il demande à Ririe de mettre son manteau, mais elle a une urgence pipi.

8h19. Les sacs sont ils prêts ?
‘On’ a oublié de préparer les sacs. Bien sûr ils ne sont pas en place… en cherchant celui de Ririe, je trouve la chaussure manquante de Loulou dans un coin du séjour : il n’aura pas besoin de mettre les bottes pour aller chez la nounou.

8h23. Fifi passe en courant « j’ai besoin de faire caca ! » Monsieur-Mon-Mari le regarde filer, l’air vaguement blasé. Il enfile ses chaussures à Loulou.

8h24. Monsieur-Mon-Mari ordonne à Ririe de mettre ses chaussures. Elle les avait pourtant aux pieds pendant son petit déjeuner.

8h26. Où sont les gourdes ? Mes enfants passent en ordre panique : le centre aéré sans eau privative est inimaginable pour eux. Je retourne la cuisine à la recherche des deux récipients… Fifi utilise une petite bouteille. J’en ai deux… mais aucun bouchon. J’empreinte la gourde de Loulou que je remplit et enfourne dans le sac.

8h29. Ririe redescend de sa chambre (apparemment c’est là qu’étaient ses chaussures), elle est fière d’annoncer que son sac était sous son lit.

3 enfants en 3 ans petit dej 48h31. La porte de la maison est ouverte, Loulou s’échappe sous la pluie. Monsieur-Mon-Mari l’attrape et le rentre. Ririe sort, démarche aérienne et sourire de princesse : c’est son Papa d’amour qui l’emmène. Fifi ouvre son sac pour vérifier que doudou blanc est bien là comme je lui ai annoncé. Manque de pot, il voit que la gourde n’est pas la sienne. Il commence à trépigner. Son père l’attrape à son tour, le prend dans ses bras sans faire attention à la crise existentielle et l’emporte. « Bonne journée ! » me lance t’il par dessus son épaule avec un petit sourire. « Bonne journée ! ».

8h34. Je ferme la porte sur eux. Loulou me regarde. Il a un livre à la main. Je lui fait un petit câlin, enfile mes bottes, récupère clés et sac à main. « ‘à lir’ ! » me demande-t-il, indifférent à notre retard. Je parviens à le convaincre d’emmener Petit Ours Brun à sa nounou…

8h37. Loulou et moi sortons de la maison. À l’abri du auvent, je ferme la porte à clé d’une main tout en tenant mon petit de l’autre.
A quelques centaines de mètres à vol d’oiseau de nous, un paquebot est à quai, tranquille, majestueux, remplit de vacanciers oisifs encore au lit.Tout semble calme à bord et autour. Les croisiéristes sont encore au lit, à la rigueur au petit déjeuner. Des cars de tourisme les attendent sur la jetée, le dévoué personnel va s’occuper de les occuper pendant la demi journée d’escale.

Et chez vous ? quelles sont les difficultés de la routine matinale ?

Enregistrer

6 commentaires sur “Le matin

  1. J’aime énormément les scènes de matin en famille, ça a toujours un côté paisible, si si même avec des enfants ! Chouette récit et très bonne idée les passages avec le bateau de croisière, donnant ainsi un vrai dépaysement dans une scène de vie quotidienne.

    Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'embellit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s