Le quotidien

[Sans titre] Il aurait 44 ans depuis 4 mois

rose noire

Aujourd’hui nous sommes le dernier vendredi d’août.
Aujourd’hui est un jour à part dans mon cœur. Il y a 5 ans, le fiancé d’une amie est décédé le dernier jour des vacances, un jeudi après-midi. Je l’ai appris le lendemain, le dernier vendredi d’août. Cet homme que je ne connaissais que très peu avait 39 ans. Il avait eu un enfant le même jour que mon homme. Il avait fait sa demande en mariage à son amoureuse la même semaine que mon mari. En cette fin août 2012, cet homme aimé et aimant laissait, entre autres, deux fillettes de 6 mois et 6 ans.

Aujourd’hui, ses 3 amours se sont reconstruites, malgré le manque de lui.

Tous les ans, je me rappelle que cette histoire aurait pu être la mienne.
Tous les ans, probablement toute ma vie, les derniers jours des vacances, je pense à cet homme disparu trop tôt, trop jeune, trop brutalement.

Le bonheur est une fleur fragile, prenons en soin.

10 commentaires sur “[Sans titre] Il aurait 44 ans depuis 4 mois

  1. Ma man est décédé en vacances quand j’avais 11 ans… C’est dur, on apprend à vivre avec mais on s’en remet difficilement. Comme toi, chaque jour, je pense à ma chance d’avoir ma petite famille avec moi et chaque jour, je pense au risque de tout perdre sans si attendre… Pas facile ces situations! Aujourd’hui, je penserai à ton amie et ses petites filles 🙂

    J'aime

      1. C’est effectivement très dur de s’en remettre. Ma maman est aussi « tombée » sous nos yeux et j’y pense encore souvent presque 20 ans après… Mon père a mis beaucoup de temps à s’en remettre. Merci pour tes pensées!

        Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ton article en la mémoire de « mon » Michel, Cécile. Je me suis reconstruite grace à nos enfants que je surnome mes « petits moteurs » mais même 5 ans après j’espère le voir revenir. Certains disent que la douleur s’attenue avec le temps … je dirais que on doit vivre avec car nous n’avons pas le choix mais non, la douleur ne s’attenue pas, elle est la, présente et ce 30 août 2012, une partie de moi s’en est aussi allée avec l’amour de ma vie, de notre vie.

    Aimé par 1 personne

    1. On apprend à vivre avec car on n’a pas le choix. Les personnes disparues de mon entourage me manquent tous les jours… Et pourtant c’est dans l’ordre des choses de perdre un grand père ou une tante. Alors je me refuse à imaginer ce que représente la perte d’un conjoint en pleine santé ou (là cela dépasse mon entendement, même si j’ai malheureusement une idée) celle d’un enfant.
      Merci d’avoir commenté Séverine, je t’embrasse bien fort ainsi que les filles.

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'embellit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s