Le quotidien·Les jolies choses

Le mercredi est à nous

3 enfants en 3 ans Loulou 1Le matin, c’est moi qui le dépose. A midi, je le récupère chez son assistante maternelle. Les premières fois, nous rentrions pour enchaîner sur son déjeuner. Cela ne fonctionnait pas : soit cela décalait trop son repas, soit il était tellement content d’être seul avec moi qu’il jouait, riait, se levait ou chantait… mais ne mangeait pas.

Alors maintenant Tata le fait déjeuner et je le récupère juste après.

Le mercredi souvent je finis mon travail à l’arrache. Je saute dans ma voiture, et je roule aussi vite que possible pour être à la porte de chez la nounou pour les douze coups de midi. La tête encore un peu à mes clients (est ce que le dernier courriel est bien partit ? Untel va-t-il me répondre pour demain ?), je frappe à la porte bleue, celle du paradis des tout petits. Très vite j’entends le rire de mon enfant, sa Tata qui lui répond d’une voix douce. Puis des petits pas, la clé qui tourne dans la serrure et la porte qui s’ouvre.

Mon petit dernier a le sourire jusqu’aux oreilles, sa marque de fabrique. Il est fier de lui car son assistante maternelle l’a autorisé à ouvrir la porte. Brune, gracieuse, élancée, le visage souriant, Tata est derrière lui. L’assistante maternelle et moi parlons quelques instants. Mon fils a son sac sur le dos, il me demande d’aller à la voiture.
« Non mon chéri, je parle avec Tata. »
Mon petit trépigne, il est pressé. Tata et moi sourions de son impatience. Loulou fini par m’attraper ma main. Il tire de toutes ses forces pour que nous partions.

Il aime beaucoup sa nounou. Mais le mercredi est à nous.

La porte bleue se referme sur un dernier salut de la main. Parfois loulou envoie des bisous vers sa nounou jusqu’à ce qu’il soit dans son siège auto. Je le boucle dans son harnais 5 points, lui faisant des bisous sur tout le visage au passage. Puis je monte dans la voiture et démarre le moteur.
« Musique Maman ! »
La radio, sa passion. Il préfère Nostalgie aux débats d’idées. Il a deux ans et demi et écoute en hochant la tête les chansons qui ont bercées la petite enfance de sa mère.

Un air de Joe Dassin sortant un peu trop fort des hauts parleurs (même pas honte), nous prenons la route. Nous avons une petite heure avant que sonne celle de la sieste.

Parfois nous allons faire une course urgente…

3 enfants en 3 ans Loulou 2Par exemple un tour au magasin de bricolage pour acheter un clou. Dès que l’on s’approche du parking, mon fils chante de sa petite voix « on va aller là ? On va aller là ? On va faire des courses ? ». Oui mon petit chat. Sitôt la voiture stationnée, mon fils a du mal à ne pas traverser tout le parking en courant. Il trépigne, tire sur ma main, pressé.

Devant la porte, des caddies magiques : la partie avant est une petite voiture dans laquelle il peut rentrer. Il y a même un klaxon qui fait « pouet pouet » quand on appuie dessus. Je laisse mon fils courir sur les derniers mètres pour qu’il choisisse sa monture. Il est seul avec moi, il sait qu’il pourra conduire pendant tout le temps où nous serons dans l’entrepôt. Je néglige de l’attacher et commence à pousser le charriot-voiturette.

Le sourire de mon petit va d’une oreille à l’autre. Il salue de la main toutes les personnes que l’on croise. Si quelqu’un néglige de lui répondre, il dit « BONJOUR ! » un peu fort de sa voix flûtée. Mais cela n’arrive pas souvent : en général, face à son minois avenant, les gens sourient spontanément.

Notre tour de magasin fini, je passe à la caisse régler le clou… Mon fils appuie frénétiquement sur le klaxon pour profiter encore un peu du manège improvisé avant de reprendre la voiture pour la maison et la sieste.

Aujourd’hui nous sommes rentrés directement.

Garés devant notre maison, j’ai détaché Loulou et la voiture. Depuis deux semaines, il sait sortir lui-même ses bras du siège auto, puis se retourne et se laisse glisser jusqu’au plancher de la voiture avant de renouveller l’opération pour sortir du Tank. Avec son ‘aide’, je rentre la poubelle de ma voisine nonagénaire dans son jardin. Puis j’attrape la nôtre pour la faire glisser jusqu’à notre garage. Loulou babille pendant toute l’opération, manquant de glisser sur les fesses car le poids de notre poubelle (pourtant vide) l’entraîne dans la descente de notre garage.

3 enfants en 3 ans Loulou 3Nous remontons l’allée. D’un coup il tourne la tête et s’arrête, appelle « ‘Enie ‘Enie !» avec du rire dans la voix. Ma voisine mère de famille est à sa voiture dont le coffre est bien remplit. Elle se retourne, un beau sourire à l’adresse de Loulou qui court vers elle. Eugénie* craque sur mon Loulou… Mon fils fait un câlin express à mon amie, puis se recule et regarde autour de lui. « ‘l’est ou ‘cha’ha ? » demande-t-il. (Y’a pas que moi qui craque sur Tchachacha*)… mes deux fils sont fans de la petite voisine de 4 ans. Ma grande est plus intéressée par Tango*, la fille aînée. On papote quelques instants, contentes de se croiser (quel grand bonheur que celui d’avoir des voisins que l’on apprécie). Les enfants courent autour de nous. Tango montre à Loulou comment lancer des cailloux sur le trottoir. Tchatchacha sort de la maison, appelle mon fils qui cours la rejoindre… je le récupère dans le hall, sous le regard étonné de Mambo*, dix mois, qui rampe dans l’entrée (oui, ma voisine a trois enfants elle aussi).

Dans mes bras, ses jambes de grenouille battant dans le vide, Loulou proteste bruyamment : il voulait jouer avec Cha’cha’ah ! Je salue Eugénie et porte mon petit jusqu’à l’entrée de mon allée. Je le pose pour pouvoir ouvrir la boite aux lettres et récupérer le courrier.

Mon fils pleure bruyamment, mais décide d’arrêter sa scène de désespoir quand je lui tends une lettre à porter dans la maison. Il attrape la missive d’une main décidée, puis montes les marches du perron en chantant « C’est pour Papa ? C’est pour Papa ! ». Je déverrouille la porte qu’il ouvre, non sans difficulté, avant de courir poser l’enveloppe sur la table du séjour. Sa mission remplie, il retourne dans l’entrée pour tenter une évasion vers la maison voisine. Trop tard (Niak Niak Niak) : Notre porte est fermée, il est prisonnier.

C’est un peu tôt pour la sieste,

Mais il est fatigué. Alors je lui enlève les chaussures, et nous montons à l’étage. Passage rapide sur le pot « Bravo mon fils, c’est un beau pipi ! », une couche et au lit. Son lit à barreau devient obsolète, mais nous n’avons pas encore trouvé celui qui l’accompagnera durant son enfance. Je lui fais un gros câlin avant de l’allonger au milieu de ses doudous. « Musique Maman ! ». Je le reprends dans les bras le temps qu’il tire sur le cordon de la boite à musique. Une mélodie douce envahit la pièce. Le volet fermé quasi totalement, je sors sur la pointe des pieds, envoyant des bisous avec ma main.

Ce moment est à moi

3 enfants en 3 ans Loulou 4Les deux grands sont au centre aéré le mercredi, pour toute la journée. Monsieur-Mon-Mari est à son travail. Loulou est dans son lit. Je suis seule et tranquille pour au moins les deux prochaines heures. Je me prépare un déjeuner rapide que je prends, plaisir régressif, devant la télévision et une vidéo en replay (qui peut regarder cousu main le samedi après midi ?). J’entends loulou chanter et rire dans sa chambre.

Un grand bruit, comme quelque chose qui tombe à l’étage. Un éclat de rire de mon fils. Il a probablement encore attrapé quelque chose depuis son lit et l’a jeté au sol.

Un second grand bruit, suivit par un troisième. Encore des éclats de rire. J’en suis au fromage. Pour le dessert, j’hésite entre un yaourt grec et une paire de prunes.

« Crack bam niiiiiye ! »

Ce bruit-là, c’est celui de la porte de sa chambre ! Je saute sur mes pieds, grimpe l’escalier quatre à quatre. En haut, Loulou m’accueille d’un grand rire : « Coucou Maman ! »

En couche et t-shirt, mon monte en l’air est sorti du lit ! Il est tellement content de lui que je n’arrive pas à me fâcher… je n’arrive même pas à faire semblant. J’éclate de rire et je le prends dans les bras (Oui monsieur le Juge, je n’arrive pas à éduquer mon fils : il est trop mignon). Il me regarde, tout heureux : « Pipi Maman ! ». Je fais semblant de croire que c’est à cause de sa vessie qu’il est sorti de son lit et l’emmène jusqu’à la salle de pot ou trône son pot. On baisse la petite culotte, ôte la couche, sa majesté s’assoie sur son pot, attrapant quelques jouets au passage.

Bien évidemment, l’opération prend du temps. « J’ai pas fini Maman ! » me répond-il lorsque je l’interroge à intervalle régulier. Lorsque mon impatience dépasse ma bienveillance, je l’attrape et l’allonge sur la table à langer pour remettre la couche. Il n’est pas très content… mais un jouet qu’il retrouve lui rend sa bonne humeur.

De retour dans sa chambre, je constate que les boums entendus depuis le séjour provenaient de livres, jouets et doudous éjectés de son lit et des meubles de sa chambre. Je rangerais plus tard… si j’ai le courage.

J’attrape la turbulette.
Loulou me regarde goguenard.
Je lui souris et lui enfile à l’envers : la fermeture dans le dos.
Mon petit monte en l’air aura plus de mal à sortir de son lit si ses jambes sont coincéees dans le duvet. Quelques câlins et bisous, on tire le fil de la boite à musique, et je le laisse vaquer à ses occupations.

Il fait dodo

3 enfants en 3 ans Loulou 5Après encore un bon moment de chansons, je n’entends plus de bruit provenant de sa chambre. Mon petit cœur s’est endormit. Mon déjeuner et la vidéo de cousu main terminés, j’allume l’ordinateur portable pour une session de travail à la maison (mon client a bien reçu mon courriel, il a même répondu, modifications de projet à faire).

Deux heures et quelques plus tard, les babillements reprennent à l’étage. Les chansons aussi. Je feins quelque minutes de ne pas entendre le temps de finir mon ‘en cours’. Puis je monte en catimini les marches, glisse jusqu’à sa chambre.
J’ouvre la porte le plus doucement possible.

Il m’accueille d’un éclat de rire

Je m’approche en sautillant pour que le rire se prolonge. Il me dit « ai bien do’mit Maman ».
Comme je m’approche, il se rallonge, tend son petit corps aussi fort qu’il peut en souriant. Mes doigts frétillent en s’approchant de lui… Il rigole par anticipation. Quelques chatouilles, je relève un peu sa tête pour ouvrir un peu la fermeture éclair de la turbulette. Puis je tire dessus, comme on tire sur une chaussette pour l’enlever de son pied  (ou comme on dépouille un lapin, c’est selon). Ses jambes toutes raides montent légèrement dans les airs, puis retombent d’un coup sec sur le matelas quand elles sont libérées, provoquant un grand éclat de rire de mon fils. Je lui demande de se redresser pour pouvoir l’attraper. Il me fait non non non de la tête en riant, se trémousse pour être difficile à saisir.

La suite appartient à notre jardin secret.

 

*Les prénoms ont étés changés…

22 commentaires sur “Le mercredi est à nous

  1. Quel magnifique récit, beaucoup de bonheur en savourant ces instants de vie…vivent les mercredis alors 🙂 — et je note pour la gigoteuse a l’envers!! Mon petit de deux ans et demi ne veut plus dormir et sort de sa gigoteuse et de son lit!! Chez nous la fiesta dure toute l’aprem et après vers 17-18h il lache, exténué, mais ça doit bien en l’air notre rythme!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci. C’est un truc de Tata 😉
      Cela marche plutôt pas mal… Du reste le soir maintenant je la mets dans le bons sens pour qu’il puisse se lever seul le matin… et hier soir il s’est relevé une fois le rituel du couché terminé !
      Donc ce matin il a du attendre :p

      Aimé par 1 personne

  2. Ah ah j’y reconnais un peu mes mercredis…Sauf que le matin, je ne « travaille » pas mais je fait les courses et autres tâches ménagères, puis je file récupérer la grande à l’école, on passe prendre la petite chez sa nounou, je fais manger la grande (et le papa des fois), pendant que Bouclette joue (elle aussi mange chez sa nounou), puis sieste pour la petite, temps calme pour la grande, et un bon café pour maman devant son ordi ou à la sieste. Et puis pour la suite, c’est du temps avec elles, pour elles, et du bonheur! Mais la journée reste quand même épuisante!!

    Aimé par 1 personne

  3. J’aimais beaucoup aussi mon mercredi matin avec le petit dernier ❤ Faut en profiter comme pas permis !
    Ici la reprise de la semaine de 4 jours a fait que ça n’arrivera plus avant les prochaines vacances et le centre aéré…
    Du coup le mercredi Je suis avec tous mes Pilous mais ceux sont des olympiades 😀

    Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s