Le quotidien

#10 du mois : La tête dans le guidon

090917_1755_Laleondepo1.jpgC’est la seconde fois que je participe au défi #10dumois… l’occasion de faire un article d’un genre différent, et de vous parler un peu de moi : une de ces femmes qui cherche à avoir à la fois le métier intéressant et la possibilité de voir grandir ses enfants. Si en plus mon compagnon de route aka Monsieur-Mon-mari pouvait découvrir le sens du timing, je pourrais aspirer à une vie parfaite.

#10 du mois

  • Si je vous dis que quand je tape ceci, le 10 du mois est déjà derrière nous, est ce que cela vous étonne ?
  • Si je vous dis que, non content d’avoir 3 enfants, j’ai un boulot complémentaire depuis la rentrée scolaire… un truc fun : enseigner.
  • Si je vous dis que je découvre dans la douleur, comme tout intervenant d’école supérieure, que pour préparer 1h de cours il en faut au moins deux et plus généralement 3…
  • Est ce que vous me voyez venir ?

La tête dans le guidon…

pont forestouHum.

A vrai dire, une partie de moi pense que j’ai déjà fait l’article en septembre avec la reprise du sprint du mardi soir. Mais je vais jouer le jeu et écrire un article spécifiquement sur le sujet : la tête dans le guidon, quand on est mère de famille, c’est tout le temps.

Non ?

Voyons voir…

Hier, j’ai présenté 4h de cours magistral à des premières années. J’ai du bol : comme disent mes collègues intervenants, mon ‘sujet est sexy’ (comprendre très attractif pour des jeunes de 18-21ans). Mais 4h de cours magistral, c’est plus que long… moi même, j’ai eu un peu de mal là.

Reprenons cette journée ordinaire depuis le début.

Je suis une maman

3ee3a enfant dodo.jpg6h30… En plein rêve, un turc grouillant grimpe sur mon lit, m’enfonce un coude pointu dans le ventre avant de me cogner la tête : Fifi est réveillé. Pour ne pas se faire gronder de m’avoir tirée des bras de Morphée obtenir un câlin, il me dit qu’il a fait un mauvais rêve. Puis qu’il a froid. Une fois bien installé sous la couette entre son père et moi, mon fils déclare qu’il manque de place. Monsieur-Mon-Mari grogne en allant se caler sur le bord du lit. Je n’ai plus qu’un tiers d’oreiller.

8h00… Tout le monde est levé, habillé, c’est le petit déjeuner.
Ririe a trouvé le sifflet en plastique.
J’ai ma Ricoré® dans les mains, et je pense à Ste Isabelle (Filiozat) et à Ste Elisabeth (Guégan) : est-ce qu’elles arriveraient à rester bienveillante entre les cris du petit dernier « rendez son doudou à Loulou ! », les question méta philosophique du second : « Fifi, le jus de fruit est fait avec des pommes que l’on écrase, c’est liquide, donc oui cela coule sur tes vêtements si tu renverses le verre », et les inquiétudes de mon aînée : « Ririe je te promets qu’on pourra trouver un cadeau pour ta copine Jasmine* et son anniversaire qui aura lieu dans deux semaines… mais pas pendant le petit déjeuner » ?
3ee3a enfant coiffure.jpgJe fais à ma fille une coiffure savante (tiers queue, demi queue, queue de cheval) sensé tenir toute la journée… Je tends la mains pour attraper le dernier élastique sur la table, il a disparu. A la place, j’ai une paire de yeux bleus rieurs qui me dit « ‘A’ p’u de cuche** Maman ! ». Quelle bonne blague… maintenant mon chéri tu me donne l’élastique s’il te plait.
Courir après le petit quand on a les cheveux de la grande dans les mains : pas à faire !

8h45… A l’école. Le petit est parti avec son père chez la nounou, les deux aînés sont dans leur classe. Je fais un check à Swatch* qui très gentiment tente ce soir d’emmener les 4 enfants (voir article cité en introduction) à la danse se soir pour me dépanner… Je l’admire cette camarade, je l’admire !

Je suis une entrepreneuse

092417_1833_Lerespectde4.jpg9h05… A mon bureau. Ma nouvelle collègue récupère les clés. Je relève mes courriels, réponds à un client. Je vérifie des détails sur un dossier. Puis je peaufine le cours du jour, fait des recherches pour celui de vendredi (autre matière). Pour une fois, je n’ai pas fini ma présentation à l’arrache (enfin pas trop, j’ai éteins l’ordinateur à 22h30 la veille). Du coup, je relis, prend le temps d’ajouter une diapo pour compléter mes propos sur un de mes thème.

10h30… Oups, j’ai cours dans 30 minutes.
J’ai une grande chance dans ma nouvelle vie d’intervenante : le campus est à 10 minutes. De la maison comme de l’agence.

10h48… Si on se trompe de chemin en voulant innover cela fait plus que 10 minutes de voiture.

Je suis une secouriste à la retraite

3 enfants en 3 ans auto ambulance.jpg10h50… « Madame, madame… vous la faites comment votre PLS ? ». Ce n’est absolument pas le sujet de mon module, mais me voilà bonne pour tourner mon étudiant en position lattérale de sécurité dans ma salle de cours… Joudain* semble anxieux de savoir si l’ex moniteur de PS (oui, mes étudiants savent des trucs sur moi que vous ignorez) met une personne en position lattérale de sécurité comme on lui a enseigné l’an dernier. Je suis rouillée, j’ai pas fait cela depuis… peu importe.
A priori c’est comme la bicyclette, ‘ma’ PLS est la même que celle de ses moniteurs de PSC1.

Jourdain est rassuré.
Mais j’ai craqué mon pantalon en m’accroupissant pour lui rapprocher les jambes.

Je suis intervenante dans l’enseignement professionnel

11h00… Ils sont là, ils sont beaux, ils sont jeunes : mes étudiants de première année. L’un d’entre eux est affamé… Malgré l’intercours qui vient de finir il n’a « pas eu le temps de se restaurer ». C’est ma quatrième séance avec ce groupe : je sais que ces encore-un-peu-ados sont bruyants et n’entendent rien d’autre que leur ventre quand il crie famine. « Edouard*, file te chercher un truc et reviens vite… je ne supporterais pas de te voir te tortiller pendant 2 heures » « Merci Madame ».
Il file…

old-lady-417174_640.jpg11h07… Leurs « Madame » me donnent l’impression d’être une adulte. Pire : j’ai l’impression d’avoir quarante ans !

11h08… Merde : j’ai effectivement quarante ans !

11h10… Second slide (le premier je l’affiche quand je me connecte à l’écran de ma salle de classe en arrivant) : le cours commence enfin.

12h00… Ils sont toujours là, la plupart d’entre eux suit comme elle peut (avec un sujet intéressant, on a plus de chance de les garder)… mais la fatigue intellectuelle les gagne.

12h38… Allez, courage : dans une demi-heure vous serez à table !

13h05… Je les lâche avec 5 minutes de retard. Je n’ai pas eu de scrupule à finir ma partie, eût égard aux 10 minutes qu’ils m’ont fait perdre au début du cours. Pile au jalon que je voulais atteindre dans mon déroulé pour la fin des 2h, je suis contente de moi. « Mince Madame, on n’a plus que 25 minutes pour déjeuner parce qu’on a une réunion à 13h30 avant de reprendre avec vous ».

Je suis une mère : je culpabilise…

13h08… Arrivée dans la salle des intervenants (comprendre salle des profs), je m’ouvre de leur manque de temps pour déjeuner à une collègue qui s’amuse de ma culpabilité. « Ils avaient cas te dire avant qu’ils avaient un rendez-vous, cela leur apprendra ». « T’as raison ma Brenda ! »

… Je ne culpabilise pas longtemps

14h10… En me dirigeant vers les sanitaires, je croise deux jeunes qui font du pingpong sans raquette… un concept. Mes jeunes à moi jouent au billard, ils font semblant de se cacher quand ils m’aperçoivent. «  Et votre réunion ? ».

children-808664_640.jpg14h30… Les autres étudiants sont de retour dans notre salle de cours, mais Yorick manque « il fait caca Madame ». Quelques minutes plus tard, Yorick est enfin là. Il colle ses crottes de nez sur l’écran du PC de Thomas*.
S’occuper d’enfants de moins de 6 ans ou de jeunes en première année : même combat !

15h15… Passage à vide de mon côté. Je fais une pause en leur posant une colle. Le temps qu’ils trouvent la réponse je pourrais me faire les ongles, aller prendre un café à l’autre bout de la ville, piquer un sommeStop aux fantasmes : la réponse à ma question n’est pas sur Google, elle est dans votre cerveau…
J’interviens sur un campus ‘zéro papier’, un concept nouveau pour moi. En 2017 les étudiants ne font plus des mots croisés pendant les cours magistraux. A la place, chacun sur sa tablette ou son ordinateur, ils font le tour des réseaux sociaux. Quand j’hésite sur un détail ou que je leur pose une question, ils vont chercher la réponse sur le oueb.
(Du reste, vu qu’ils m’ont probablement Googlelisée, il se peut qu’ils lisent ceci : coucou !)

15h55… J’ai repris du poil de la bête, mais maintenant c’est eux qui ont du mal. Cela fera bientôt 3h30 qu’ils m’entendent disserter, sur un sujet intéressant certes, mais remplit de données de toutes sortes qu’ils sont sensés absorber en direct.

climbing-to-the-top-2125149_64016h05… « Courage, il reste 25 minutes à tenir ».

16h18… J’en suis à la conclusion.
Ils se croient sortis d’affaire les naïfs.
« Chers étudiants, n’y aurait pas un point essentiel que j’aurais omis d’aborder dans mon cours ? »
Ils ont trouvé en ¼ de seconde (pourtant ce n’était pas sur Google) : j’ai la preuve qu’ils ont un cerveau réellement suivit mes propos des dernières heures.

16h29… Les gars on a repris à la bourre, vous m’avez dit spontanément que le prof suivant est absent, je prends le temps de vous poser des questions sur le devoir que vous devez me rendre la semaine prochaine. Contrairement aux apparences, c’est pour voir si je peux vous aider à faire un super boulot pour vous donner à tous des jolies notes.

16h40… Ils ont détalés depuis 5 bonnes minutes, j’ai fini de remballer. Un passage par le bureau de la scolarité pour des questions administratives.

Je suis en retard

16h51… J’ai une pensée émue pour Swatch qui est en plein sprint du mardi, avec des travaux en ville et 5 enfants dans sa voiture. J’essaie de joindre Monsieur-Mon-Mari pour qu’il pense à la remercier chaleureusement du service quand il récupèrera les deux « grands » à la danse à 18h.

16h52… 082117_1358_Lecoffredut1.jpgJamais il ne répond mon mari ?
Je passe mon tel en bluetooth, démarre le tank, et retente un appel.

16h53… Il me saoule à ne jamais répondre au téléphone.

16h54… Euh… Monsieur-Mon-Mari est en réunion de 16h à 18h, il me l’a dit ce matin

16h59… la maison de l’assistante maternelle de Loulou est à mi-chemin entre le campus et ma maison. Du coup je suis à l’heure pour récupérer mon fils.

Je suis la cuisinière de la maison

17h15… De retour à la maison avec mon petit grand, je m’attelle à la tâche : pelage de patates pour le dîner. Loulou tourne autour de moi. Mais assez vite il part jouer, profitant de la salle de jeu pour lui tout seul : le 4×4 chéri de son frère est à lui !
J’ai le champs libre pour bosser quelques minutes.

J’ai un mari

moon-landing-60582_640.jpg18h40… J’ai réussi à avancer un peu dans mon cours pour demain. Quand Monsieur-Mon-Mari rentre avec les deux aînés, il prend la maisonnée en main pour que je puisse finir suffisamment tôt pour avoir une nuit de longueur standard.

20h30… Quand il est seul à gérer, les enfants sont couchés plus tard. Mais pour cette fois je ne dis rien… il m’a rendu un fier service, mon cours est prêt à 80%. Je le remercie chaleureusement, puis sort le billlig** qu’il vient de ranger pour faire des galettes. Son sourire joyeux est mon plaisir de la journée.

Je suis une professeure

knowledge-1_640.jpg21h15… Sitôt le dîner fini, Monsieur-Mon-Mari se lance dans la vaisselle (ici chacun fait sa part), je me remets à la tâche. Mon cours avance bien… Oh si j’allais voir dans les bouquins de la bibliothèque universitaire (en ligne, accessible H24 : vive le 0 papier !) si je trouve des fiches complémentaires à donner à mes étudiants ?

22h10… Il est drôlement intéressant ce livre là

22h35… Oh, celui-là aussi…

23h12… Purée, faut que je rajoute ces deux fiches à mon cours de vendredi : elles sont top !

23h35… Argh, j’ai lu, je n’ai pas vu l’heure… et je n’ai pas fini !
Je me remets à mon diaporama

Je suis fatiguée

dog-2742326_6400h10… FINI ! Prête pour demain. Je range le PC, les câbles, mon antisèche dans le sac pour ne pas à y avoir à penser demain matin.

0h39… Je m’allonge dans mon lit douillet, pose ma tête sur l’oreiller, ferme mes yeux pour m’endormir au doux son des ronflements de mon homme.

Demain je recommence : J’ai cours avec des 3eme année à 8h30.

Ce n’est pas ma tête qui est dans le guidon : c’est ma vie tout entière qui file à l’allure d’un TGV !

* ces prénoms ne sont pas les vrais.

** En Brestois : Queue de cheval se dit « Cuche » et crépière se dit billig .

16 commentaires sur “#10 du mois : La tête dans le guidon

      1. Objectivement tu as l’art et la manière de le raconter ce qui en fait déjà une histoire qui sort de l’ordinaire 😉 C’est parfois dur d’arrêter le temps dans ces journées à vive allure…mais déjà écrire dessus c’est arrêter  » ce temps » et le coucher sur du papier. C’est peut être ça qui te permet de garder le sourire après de telles journées… L’écriture est salvatrice en plus d’être un plaisir. Au plaisir de lire ton prochain article 😉

        Aimé par 1 personne

  1. Si tu savais comment cet article me parle et en particulier aujourd’hui…
    J’en parlerai dès que j’aurai arrêté de pleurer 😉 😉 😉 dans quelques jours !
    Le temps ne devait pas avoir de Maman, sinon il aurait créé des journée de 36H 😀

    Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s