Argh·Le quotidien

#Balance ton porc (suite et fin)

Hier j’ai été relayée par d’autres, et j’ai posté mon article sur une page féministe pour témoigner. La conséquence : les statistiques de mon blog se sont envolés et j’ai eu l’une de mes meilleures journées en nombre de lecteurs.

Cela devrait me faire plaisir.

Mais non.

Parce que, cela ne m’enchante pas de penser que mon article puisse concerner autant de personnes. Objectivement, je suis soulagée que cela ne soit pas ma meilleure journée en termes de statistiques de lecture (merci les coups de coeur de Hellocoton).
Parce que ce sujet ne devrait pas exister.
Parce que nous devrions être 3 à avoir vécu cela.
Que dis-je ?
Parce que personne ne devrait pouvoir écrire un article comme celui que j’ai pondu hier.

garbage-1482477_960_720.pngEcrire un article pour balancer mes porcs a été libératoire, facile : je l’ai tout simplement vomi. Cela ne m’a même pas fait mal. C’est sorti comme cela, d’un coup. Comme le petit machin blanc d’un bouton d’acnée que l’on presse, la douleur en moins.
Les histoires que j’ai relaté sont loin dans mon passé. Elles sont digérées.

Mais elles sont vraies.
J’ai choisi de ne pas donner de nom.
J’ai choisi de ne pas écrire tout ce que j’ai vécu.
J’ai choisi de n’écrire que des choses que j’ai vécues.

Cela me donne un peu le vertige de m’être livrée ainsi.

Je l’assume : il est temps que la honte change de camp.
Il est temps que les hommes comprennent que oui leurs femmes, leurs sœurs, leurs filles se font harceler.
Probable que leurs mères aussi aient vécu des situations qu’ils n’ont pas envie de connaitre.

Le plus incroyable dans le fameux #balancetonporc / #moiaussi /#metoo , c’est que les histoires que l’on lit sont vécues par des personnes comme vous et moi. Des filles pas plus provocantes, jolies, ou souriantes que les autres.

En lisant les articles des autres, j’ai l’impression d’être dans un rodéo, une foire aux violeurs et harceleurs divers.
En lisant les articles des filles, je me dis que j’ai de la chance, qu’il y a beaucoup de situations que je n’ai pas vécues.

En me disant que j’ai de la chance de ne pas avoir vécu telle ou telle situation… je me dis que je mets une échelle dans l’horreur et que ce n’est pas acceptable.

enfant salopette.jpgEntrelescailloux m’a écrit : « j’avais 8 ans, j’étais en cours de solfège avec un prof alcoolique et lubrique clairement. J’avais une salopette marron en velours de la marque cimarron que j’adorais porter. Un jour il a dégrafé mes attaches de salopette pour qu’elle tombe. Je les mettais, il les enlevait… Devant les deux autres personnes du cours de solfège hilares et adultes… »
L’histoire est anodine, simple, stupide. Si la personne avait été un autre enfant, on aurait pu penser à un jeu, trouver cela amusant (enfin presque). Après tout, qui n’a jamais tiré sur le maillot de bain d’un copain dans la piscine ?
Sauf qu’il y a un contexte : une petite fille entre 3 adultes, tous des hommes.
Non, ce n’est pas drôle.
Oui, c’est du harcèlement (je pense agression, même).
Une petite fille, qui remet son vêtement en place, encore et encore.
Un homme adulte qui lui enlève, encore et encore.

J’ai envie de pleurer : ma fille fait de la musique. Elle a cinq ans et demi.
J’ai envie de pleurer : Elle a 82% de risque de se trouver dans une situation de ce genre avant d’avoir 17 ans. Et encore : je ne sais pas si ce chiffre de 82% englobe le traumatisme de ma collègue Entrelescailloux.

troupeau de porc.jpgPicoubulle, avec l’esprit de réflexion qui la caractérise, synthétise bien : « Je vois tourner ce hashtag depuis quelques jours, je me suis dit quelques temps « j’ai la chance de ne pas avoir de « porc », et puis…et puis c’est faux, non je n’ai pas eu un porc identifié, mais des centaines de porcs aux commentaires déplacés, aux gestes douteux, aux regards lubriques. Des situations qui deviennent au final si banales qu’on ne les note même plus comme des agressions, juste comme une gêne, un mauvais moment à passer, et ce n’en est que plus terrible… »
Tellement banal qu’on ne relève pas.

J’ai lu le récit d’une jeune fille qui s’est fait plaquer contre un mur par deux ados (elle était collégienne). Le lendemain elle en parle à un copain de sa classe. Il devient tout blanc quand elle lui dit qu’elle a été agressée. Puis, quand elle explique, il lui dit qu’il a eu peur, il avait cru que c’était une vraie agression.
Comme si la peur, la honte que cette jeune fille avait ressentis était injustifiés. Cette remarque montre à quel point, dans notre société, on trouve ‘normal’ de siffler une fille dans la rue.

Ce n’est pas mon genre, j’écris un blog consensuel… mais cette semaine j’ai du mal à garder la neutralité que j’affiche en permanence sur les réseaux sociaux en général.

Les faits sont là, ils pleuvent par milliers, par millions même. Mais ils s’en trouvent encore beaucoup pour minimiser, nier, dire que c’est un coup des féministes.

Je ne suis pas une féministe dans le sens guerrier du terme. Je ne cherche pas à vaincre les hommes, ni même à les dominer : Je ne suis pas en guerre.
Je souhaite juste que l’on vive en harmonie.
Je souhaite qu’être une femme ne soit pas un handicap à la carrière, à la vie, à la possibilité de sortir le soir seule dans la rue. Tout comme je souhaite qu’un jour dans notre société une couleur de peau ne soit qu’une caractéristique physique, sans jugement ou valeur associée.
Je le souhaite.
Mais je ne suis pas sûre de croire pouvoir le voir de mon vivant. Je ne suis pas optimiste sur l’égalité de chance entre les hommes et les femmes.

tsunamiAujourd’hui, c’est un déferlement de témoignages et j’entends parler de délation, de mensonge, j’entends des hommes prétendre que ce n’est pas grave de se faire aborder dans la rue. J’entends des personnalités dire qu’il faut un contre hashtag : #balancetonmecsupercool.
WTF ?
Comme dirait l’autre : « Est ce qu’on applaudit un poisson parce qu’il sait nager ? »
Encore heureux qu’il y ait une majorité d’homme qui soient normaux. Qui ne harcèlent pas les femmes. Qui ne leur met pas des mains là ou il ne faut pas (flash info : on ne touche pas une personne sans un consentement clair). Qui ne forcent pas des femmes pour servir leur propre plaisir sexuel.
Ne retournons pas la situation : ces hommes sont la normalité. On ne parle pas d’eux.
On cause des autres : ces salopards qui vont faire des choses indécentes et/ou forcer une fille à faire des choses inacceptables avant de rentrer chez eux et faire la morale à leur sœur parce qu’elle ne s’habille pas décemment…

Mais où est la décence ?
Qu’est ce que la décence ?
Est-ce une longueur de tissu sur un vêtement ?
Est-ce une question de comportement ?

La palme revient à un certain Eric Z. Ce ‘polémiste’ (condamné récemment pour diffamation et pourtant toujours présent sur la scène médiatique) a atteint le point de Godwin sur Europe1 faisant un parallèle entre notre coup de gueule mondial et la page la plus sombre de notre histoire (je le cite) : « Ben moi, vous savez, dès que je vois une meute je me méfie, et là en plus c’est vraiment des méthodes étonnantes, de délation, c’est-à-dire pendant la guerre, on aurait dit de libérer la parole aussi : Dénonce ton juif, ça aurait été parfait ».
Il y a un truc qu’il n’a absolument pas comprit (mais c’est normal, ce ‘type’ ne comprend pas notre monde) : ce n’est pas un #balancetonjuif qui est lancé… c’est un #balancetonnazi !!!

Oui, des hommes aussi se font agresser.
Par d’autres hommes. Par des femmes aussi.
Pour ces hommes-là, c’est d’autant plus horrible qu’ils n’ont pas cette impression de banalité : ils pensent qu’ils ont étés agressés parce qu’ils sont faibles.
Parce que normalement ce sont les femmes qui se font agresser et violer.
Pas les hommes.
Parce que normalement ce sont les femmes qui sont faibles.
Pas les hommes.

Demain, je reprendrai ma ligne habituelle de bloggeuse blagueuse pas prise de chou, avec ses anecdotes, ses 3 enfants en 3 ans, sa petite vie qu’elle conte parfois dans l’unique but de vous arracher un sourire (un rire de vous et j’ai gagné ma journée).

Demain je ferais de nouveau des articles amusants.
Quand mon indigestion sera passée.

Demain.

into-the-tunnel.jpg

 

PS : le blog alloncontre résume bien mieux que moi les réactions innapropriés aux différents témoignages ici

23 commentaires sur “#Balance ton porc (suite et fin)

  1. Non mais la réflexion de Zemmour…. (déjà que le point Godwin, c’est un peu la mort de la réflexion tout court…)
    En plus, les 3/4 des témoignages que j’ai vu passer ne portait pas le nom de l’agresseur…
    L’histoire que tu racontes sur la collégienne qui n’a pas été « vraiment » agressée est hyper révélatrice…

    Ce quotidien est vécue par toutes, mais minimisé par tous (hommes et femmes aussi, nous même finissons par intégrer que ce n’est pas grave…)

    Beaucoup de travail en perspective….
    Merci pour ton article !

    Aimé par 2 people

    1. J’avais envie de vomir en l’écrivant… mais j’ai été au bout. j’ai hésité à citer ce ‘truc’. Il a été condamné pour diffamation, c’est un raciste comme on en voit peu. Pas le genre de nom que j’ai envie de voir su mon blog.
      Le problème c’est qu’il fait vendre et que dans la société actuelle c’est plus important pour les médias de faire de l’audience que d’avoir une conscience…
      Tant qu’on ne se posera pas les bonnes questions………

      Aimé par 1 personne

  2. Ouaich… Demain… Si seulement !!!
    Mille excuses, en ce moment je n’arrive pas trop à positiver les choses… Faut que je fasse un effort. Une pensée pour ma petite louloute d’amour que oui, ça va s’arranger !

    Aimé par 1 personne

  3. J’avoue que je n’avais pas entendu la réflexion de Zemmour mais elle est juste débile et abjecte… En même temps, tu parles tellement bien de ce sujet que cela serait dommage de nous priver de tes réflexions… Je n’ai pas grand chose à ajouter, je crois que tu as tout dis !
    Juste merci

    Virginie

    J'aime

  4. Encore meilleur que ton premier article sur la question…tu sais quand je l’ai partagé sur FB j’ai quand même réussi à obtenir une réflexion sexiste d’un monsieur que je ne connais pas…le monde n’est pas prêt de changer…

    J'aime

    1. J’ai vu, je lui ai répondu ce matin… je suis restée polie car c’était chez toi, que ma maman m’a bien élevée et qu’être agressive reste contre productif.
      Suis un peu soulagée que cette personne ne soit pas dans tes proches.
      Merci pour le compliment, je le prends dans l’espoir que si le texte est bon, il aura plus d’impact. Si à terme cela pouvait faire un peu changer les choses, ce serait tirer du positif d’un tas de déchet…
      Paix et amour…

      J'aime

  5. J’ai aussi lu ton article il m’en est arrivé aussi des sales moments comme ça
    Mais le pire pour moi c’est que j’ai 3 nénettes et j’espère sincèrement (mais je sais que ça reste peu probable) qu’elles ne vivent jamais ça ….

    Aimé par 1 personne

    1. On est toute pareilles : envie d’un monde meilleur pour nos enfants…
      La différence avec nos mères, c’est qu’on n’y crois pas trop…
      Croisons les doigts pour que l’espoir revienne un jour.
      Merci pour ce commentaire et bienvenue sur mon blog…

      J'aime

  6. Merci pour tes deux articles très bien écrit et qui reprennent bien la problématique actuelle. Et puis E.Z me fait vomir ce mec. Et dire que ma belle mère l’adore, pour elle tout ce qu’il dit vaut vérité ! Tellement fermé d’esprit et butté. Et peut importe les arguments qu’on peut donner en face. Enfin, c’est tellement plus facile de penser que c’est les autres le problème, ça évite de se remettre en question.
    Bref, j’arrête là sinon, je suis pas prête de m’arrêter.
    En tout cas, merci pour tes articles.

    Aimé par 1 personne

  7. Et bien, je devrais te dire merci aussi, grâce au lien que tu as mis dans ton article, j’ai une des meilleures journées statistiques depuis deux semaines environ.
    Mais est ce qu’un merci est approprié ? Comme tu dis… c’est dommage que ce soit à propos de ce sujet la.
    Allez aujourd’hui on repars sur des sujets un peu plus joyeux. Ce qui me fait penser a l’article que La carne a posté aujourd’hui justement…
    J’espère vraiment que tous ces articles auront pu faire bouger un tout petit peu l’opinion publique, qu’ils auront servis à changer quelques mentalités et autres…

    Aimé par 1 personne

    1. Ce matin j’ai entendu un sondage dire que 50% des femmes disaient avoir été victimes de harcèlement ou d’agression.
      A mon avis cela fait beaucoup de femmes qui n’ont pas encore ouvert les yeux sur le sens du mot harcèlement. 😦
      merci d’être passée ici, et on se suit pour de meilleurs jours 🙂

      Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s