Les idées reçues·Les jolies choses

[Article Invitée] L’enfant tant attendu

C’est écrit dans la présentation de mon blog, Dame Nature a été très généreuse avec Monsieur-Mon-Mari et moi. Nous n’avons pas connu l’attente, l’angoisse de ce test de grossesse qui reste négatif, les calculs savants pour tenter d’optimiser les chances de procréer lors d’un rapport sexuel. Trois fois en 3 ans, j’ai arrêté de prendre la pillule et donné naissance à un enfant moins d’un an plus tard.

Marie, du blog celui qui manque  n’a pas eu cette chance. Son blog raconte son parcours de la combattante vers la maternité, je vous invite à le lire.
Aujourd’hui, elle a gagné : sa fille est née cet été, apportant beaucoup de bonheur et quelques nuits difficiles. Marie a accepté d’écrire pour vous ce que représente cette seconde maternité tant attendue.

pieds bébé« Maman, ma petite sœur elle a clignoté des yeux ! » Mon fils est tout fier et j’esquisse un sourire. Je regarde mes deux enfants, mon fils de 4 ans et demi et ma fille de 3 mois, et là, bim, j’ai un grand coup dans le cœur. Ces deux petits bouts de machin sont le fruit de notre amour, la chair de ma chair (sortez les violons). Il a mes cheveux, mes doigts fins. Elle a mes yeux, la forme de mon visage. Pourtant, une différence les sépare : ils n’ont pas eu le même parcours pour être conçus.

Mon fils a été conçu naturellement au bout de 9 mois, tandis que ma fille est arrivée après des injections hormonales quotidiennes et un suivi médical rapproché qui a duré un an et demi.

Une question brûle les lèvres de mon entourage : est-ce que le fait d’avoir eu recours à une assistance médicale à la procréation pour ma fille rend ma relation à elle particulière ? Lorsqu’on me demande cela, j’ai l’impression qu’on me demande si le fait d’attendre plus longtemps au restaurant rend le repas plus savoureux. La réponse est clairement que cela n’a rien à voir.

Alors oui, bien sûr que je me sens proche de ma fille, c’est mon bébé, mon petit amour, mon petit être fragile qui a besoin de moi chaque minute et chaque seconde. Qu’elle soit arrivé au premier cycle d’essai ou au vingtième ne change rien à cela.

10631241844_4ed34c4d0e_bC’est vrai, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps quand elle avait tant de coliques et que nous passions tant de nuits blanches au début, quand ses pleurs martelaient mes oreilles et que je ne trouvais pas 5 minutes pour manger ou prendre ma douche. Je me suis demandée si nous avions bien fait, si ce deuxième enfant n’était pas une erreur, si nous aurions les épaules pour assumer et si nous pourrions continuer à donner à notre fils aîné autant de temps qu’il en avait besoin. J’ai douté comme n’importe qui, comme j’avais déjà douté pour mon ainé, comme chaque parent, à un moment où a un autre, doute sûrement. Non pas parce que j’avais idéalisé ce petit être en l’attendant, mais car on tombe forcément de haut lorsqu’on est face à la réalité de ce qu’est un bébé.

Je ne pense plus une seule seconde au parcours que nous avons eu pour la concevoir, lorsque je la regarde. Ce qui est passé est passé, j’ai tourné la page de cette histoire. Ce que j’écris maintenant, c’est une nouvelle histoire à quatre.

Je lui en parlerai quand elle sera grande, quand elle posera des questions. Je lui dirai qu’elle est notre merveille, comme l’est aussi notre fils, et que pour rien au monde je ne regrette toute l’énergie que nous avons mise dans son arrivée, que la science fait des miracles et que des milliers (milliards ?) d’autres enfants sont et seront ses petits frères et sœurs de piqûre.

 

16 commentaires sur “[Article Invitée] L’enfant tant attendu

  1. Très joli témoignage 🙂
    Cela fait écho en moi qui me demande parfois si j’aimerais autant un petit 2e s’il arrive sans obstacle sur le parcours (même si au fond de moi je sais que oui, c’est une question difficile à effacer en ce moment, et pourtant je croise très très fort les doigts pour que cette fois un petit pois s’accroche très fort du 1er coup)

    Aimé par 1 personne

    1. Je vais te dire un secret : on se pose toutes un tas de question sur le sujet de l’amour et du second enfant…
      En fait, quand on attend un second, un 3eme ou un 7eme enfant je crois que l’on se pose systématiquement tout un tas de questions.
      La vraie différence c’est que pour le premier on se fait un tel monde de la logistique que cela prend le pas sur beaucoup d’autres appréhension.
      Vois tu mon idée ?

      Aimé par 2 people

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s