#10 du mois·Les livres

Roule Galette [#10 du mois]

aiguillle tourne disqueChanson populaire

Les rayons du soleil d’hiver baignent la platine d’une lumière vive. L’aiguille vient buter sur la fin du disque. Le bras se lève automatiquement pour aller se reposer sur le côté. La galette s’arrête de tourner.

retro-2237773_1280Hier, France Gall a perdu son match, elle a rejoint celui qui chante, redevenant la groupie du pianiste qui joue debout pour ne plus jamais partir. Sous le soleil exactement, j’imagine les volutes de fumée sortant de la gitane d’un homme intoxiqué qui, ému par leurs retrouvailles, regarde le couple d’amoureux avec bienveillance. Non loin d’eux, adossé à un arbre, je vois le mal aimé faire la tête, comme d’habitude.

Allongée sur un amas de coussins, insensible à ce lundi au soleil, je laisse passer un rêve avant de réaliser que la musique est débranchée. Toujours dans mes pensées, je me redresse, tends la main vers l’électrophone, soulève le bras, le fait pivoter, approchant l’aiguille du bord du disque vinyle.
La platine se met à tourner.
Je pose la pointe diamantée. Très vite, c’est la même chanson qui recommence : les premiers accords au piano de l’ouverture de Starmania résonnent dans la pièce.

Le piano est doux, lent.

J’écoute la musique. Cet air là m’évoque mon enfance, quand, vibrant au rythme des guitares, nous chantions une chanson populaire. Jouant avec ma poupée de cire poupée de son, j’étais une princesse des villes qui dansait la samba mambo au son d’une mandoline.

disque vinyle et platineDans mon paradis blanc, je reprends ma position alanguie. L’enfant dans mon ventre écoute la musique, balance ses pieds en rythme, me caressant de l’intérieur. Le tempo s’accélère, la musique prend de l’ampleur et envahit la pièce.
Je me concentre sur les mouvements superficiels et légers de mon bébé pas encore né.

Évidemment, je pense à son père. Les élans du cœur nous font faire des erreurs. Ce n’est pas important quand on arrive en ville, quand on n’a plus rien à perdre. Mais maintenant il y a notre Baby Pop.

Pour me comprendre il faudrait savoir qui je suis, connaître cet homme libre dans sa tête, aimant vivre toujours plus haut, toujours plus fort.
Notre rencontre avait comblé un insatiable besoin d’amour. Pour moi, il avait laissé tomber les filles. Comme un cœur qui éclate en deux, Dieu que c’était beau d’envisager l’avenir avec un amoureux ! Toi et moi contre le monde entier, faisant l’amour en ryhtme, nous vivions notre année érotique façon sea sex & sun.

A la fin de cette année-là tu m’as dit « Toi, sinon personne ! »
Nous avons fait cet enfant.

vinyl-records-945396_1280.jpgLorsque mon ventre s’est arrondit, le blues du business man t’est revenu comme un boomerang sans que tu ne lui résistes, pour ne plus jamais partir. Y’a pas de honte bien évidemment à aimer vivre à fond. Mais, il faut avoir en soi quelque chose de travers pour écouter tous les cris les SOS écrit avec de l’air et penser que l’on est un poisson dans la cage !

Nous sentant à la dérive, tu as voulu sauver l’amourUn dimanche au bord de l’eau, j’ai reçu la lettre . Elle était courte, juste quelques mots d’amours pour me dire à la lumière du jour ta peur de me voir devenir la Mamma. Un message personnel lancé telle une bouteille à la mer avant de partir.

Tu n’es même pas venu me dire que tu t’en allais : que l’amour est bizarre !

journals-1031563_1280Ce soir je ne dors pas.

Ça ne tient pas debout : vivre l’un sans l’autre ne va pas effacer les maux qui dansent en toi ! Comment te dire qu’aimer est plus fort que d’être aimé ?
J’ai essayé de t’appeler, pleurant au téléphone. Je t’ai laissé un message indulgent. « Je t’aime moi non plus. Viens, je t’emmène où les nuages tristes vont se cacher. Ne me laisse pas m’en aller. L’amour existe encore, mais quelques fois, ça balance pas mal quand on parie sur un avenir à trois ».

Tu n’as pas répondu à ma déclaration d’amour.
La porte est close.
La minute de silence dure une éternité. Les vendeurs de larmes sont venus depuis la banlieue Nord, inondant mes yeux de leurs gouttes salées.

record-1428003_1280.jpgDieu, que l’amour est triste.

Au Monopolis de la vie, je me suis perdue. Le monde est stone, je me sens comme une femme veuve qui s’éveille. Pourtant tu n’es pas un héros mort en légionnaire !

J’ai parlé à ma mère. Et là elle a dit : « bas toi ! Fais tes adieux au sex symbolTu n’as pas le droit de laisser tout pour la musique de ton rêve éveillé ! »

Si maman, si. Il faudra que je résiste. J’espère que plus tard mon fils rira du Rock’n’Roll, cette petite musique terrienne façon comic strip joué par son père.
Celui qui chante
pour ceux qui sont loin de chez eux a son histoire. Il se pose des questions comme nous, mais quelque chose l’emporte au-dessus de tout.
Alors je ne vais pas poursuivre la complainte de la serveuse automate. Je vais me faire un ego trip,  continuer à écouter la musique et avancer pour mon fils ma bataille.

La vie ne m’apprend rien.

Alanguie à même le sol sur cet amas de coussins multicolores, je ne peux cependant m’empêcher de me demander : « Seras-tu là pour notre enfant ? »Enfant tourne disque

 PS : cette histoire est vraie… mais ce n’est pas la mienne… et la roue a bien tournée depuis pour la personne qui l’a inspirée….

 

090917_1755_Laleondepo1.jpgLe #10 du mois est un défi blog. Il s’agit, à date fixe, de publier un article sur un thème imposé (les explications du concept sont ). Le #10dumois, est pour moi l’occasion de faire un article d’un genre différent, puis d’aller découvrir ce que les collègues, avec leurs blogs très variés, ont produit .
Ce mois ci  le thème est « roule galette »

16 commentaires sur “Roule Galette [#10 du mois]

  1. Wouaw ! Je suis partagée entre la nostalgie de tous ces morceaux qui ont aussi bercé mon enfance, la tristesse d’apprendre ton histoire, et l’espoir de te voir prendre le dessus et poursuivre ton chemin malgré tout, pour ton fils. C’est beau. C’est triste. C’est Wouaw !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou…. JE T’AI EUE !!!! (comme tu m’as eu avec la tête dans le guidon)
      Ce n’est pas mon histoire LOL
      A vrai dire, je me suis inspirée de l’histoire d’une amie que j’évoquais cette semaine et qui va parfaitement bien dans sa vie amoureuse aujourd’hui.
      L’histoire est sortie comme cela sans que je ne comprenne vraiment comment 😉

      J'aime

    1. Merci et bienvenue sur mon blog…
      Ce qui m’a frappée, c’est le parallèle entre les titres des albums de Balavoine, Berger et France Gall… ensemble ils racontent une histoire nettement moins Pop qu’on ne le pense en les écoutant séparément…
      Tant mieux si cela provoque des émotions derrière, c’est un énorme compliment du reste

      Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s