Argh·Le quotidien

Le tableau n’est pas totalement noir [Insomniaque, un an plus tard]

3enfantsen3ans insomnietL’an dernier j’avais fait un article pour évoquer les insomnies de ma fille aînée. C’est un sujet personnel, qui fait surgir régulièrement pas mal d’angoisses en moi.

Je ne suis pas insomniaque.
Je suis fille d’insomniaque.

Jusqu’à devenir maman, j’ignorais totalement à quel point ne pas dormir pouvait être handicapant. Un article de ce jeune blog évoque les conséquences du manque de sommeil pour une maman. Mais manquer de sommeil pendant quelque mois ne ressemble pas à la résignation de ne pas dormir qu’ont les insomniaques.

Manquer de sommeil parce que son enfant souffre et a du mal à dormir est une horreur. Cependant on a l’espoir qu’un jour cela aille mieux… Que toute la famille puisse (re)prendre des nuits normales.Bébé dors

Un insomniaque n’a pas cet espoir.
Il sait que jamais ses nuits ne seront sereines.
Il y aura probablement des périodes plus simples que d’autres. Mais, l’un dans l’autre, une personne insomniaque doit apprendre à vivre avec cette particularité handicapante. Elle doit savoir gérer sa fatigue plus que n’importe qui d’autre, attendu qu’un insomniaque ne sait jamais à l’avance si sa nuit sera réparatrice.

Je dors peu, moins que la moyenne.
Je ne suis pas insomniaque.
Enfin, je ne pense pas l’être…

Parfois la nuit je me réveille, ouvrant grand mes yeux dans la nuit, le cerveau en alerte. Impossible de me rendormir. Je fais la toupie dans mon lit, me forçant à rêvasser pour ne plus cogiter dans le noir.
Des fois cela fonctionne.
Mais le plus souvent, je me relève et vais bouquiner dans la cuisine ou le salon, une tasse de chocolat chaud à portée de main. Au bout d’une heure (bien plus si c’est un roman de Joël Dickers), les bâillements arrivent enfin et je retourne au lit tenter de finir ma courte nuit.
Ces épisodes ne m’arrivent qu’occasionnellement, par périodes quand la lune est pleine ou mon cerveau saturé de données parasites (on n’évoquera pas mes grossesses ou chaque heure de sommeil était une victoire, ok ?).
Depuis une certaine opération qui a ôté mes douleurs abdominales permanentes, la plupart du temps je fais de vraies nuits.
Donc je ne pense pas être insomniaque.fillette dodo 1

Je ne suis pas insomniaque.
C’est ma fille qui ne dort pas.

Oh, il n’y a pas de diagnostic officiel de posé sur ses insomnies… Peut-être devrions-nous lui faire faire des examens médicaux poussés pour mettre un nom sur ses soucis d’assoupissement ?
Est-ce que savoir officiellement qu’elle n’aura jamais un sommeil facile l’aiderait à mieux dormir ?

Voir son enfant, particulièrement sa fille, avoir de véritable soucis de sommeil, s’endormant tard, se réveillant à l’aube, est une torture pour moi presqu’autant que pour elle.

Elle est toute mince. Elle est blonde. Son regard curieux hypnotise ses interlocuteurs. Elle a des yeux plutôt kaki, avec le contour de l’iris jaune et des paillettes dorés autour qui dansent dans la lumière.

Un regard type rayon laser, parfois difficile à soutenir.
Un rayon laser qui scanne en permanence le monde qui l’entoure.
Un rayon laser qui débusque de petits détails au milieu des grands ensembles.

  • Pourquoi on dit du monsieur qu’il est noir alors qu’il a la peau marron ?
  • Pourquoi il y a des marées ?
  • Pourquoi la mer change-t-elle tout le temps de couleur ?
  • Pourquoi tu boîtes des fois, maman ?
  • Est-ce que Mamie va devoir utiliser de nouveau ses béquilles si elle retombe ?
  • Pourquoi est-ce tu dis que les frelons sont méchants alors que les abeilles non : les deux piquent pourtant ?
  • La meilleure chose que la maîtresse n’ait jamais dit c’est qu’elle ne voulait voir aucun enfant jouer seule. Alors j’ai été jouer avec V. qui venait d’arriver et c’est ma meilleure amie maintenant.
  • N. ne fait pas bien son travail à l’école. Elle ne veut pas jouer avec nous.
  • Pourquoi a-t-on 12 côtes de chaque côté dans la cage thoracique ?
  • Est-ce que c’est une bonne nouvelle que le méchant monsieur soit mort ?

Toutes ces questions… toutes ces choses qu’elle voit, ne comprend pas toujours totalement. Un jour, Ririe avait 4 ans, elle a entendu une jeune adulte se plaindre de son propriétaire… Elle n’était pas sensée entendre cette conversation, alors il lui a fallu plusieurs jours pour me demander ce que signifie le mot « propriétaire » et comprendre que ce n’était pas un mauvais mot.

Le soir, quand vient le moment du coucher, après l’histoire, les chansons, les câlins, cela tourne dans sa tête. Un vrai tourbillon ou se mêlent les choses apprises durant la journée, celles qu’elle assimile et toutes les autres. Parfois elle arrive à faire taire ce tourbillon et s’endort rapidement, rêvant d’un monde juste où elle pourrait être médecin/infirmière/pompier/professeure.

fillette dodo 3

Souvent elle patiente courageusement, se racontant des histoires dans la tête, respirant profondément et lentement comme elle a apprit à le faire pour se calmer quand ses émotions ressortent trop violemment. Elle regarde les minutes qui s’égrènent sur son radio réveil jusqu’à s’endormir, hypnotisée par les chiffres lumineux.
Plus tard, lorsque je viens la border, au moment d’aller moi-même me coucher, elle est en travers de son lit, les bras en croix. Elle ronflote légèrement. Dans la pénombre son visage d’enfant est doux, vulnérable. Ses traits sont détendus, elle se repose enfin un peu.

  • Maman cela tourne dans ma tête.
  • J’aimerais tant ne plus penser.
  • Pourquoi est-ce que je ne dors pas ?
  • Je ne peux pas dormir, je n’arrive pas à dormir !
  • Je voudrais dormir !
  • Maman, cette nuit je n’ai pas dormi du tout.

Ririe est née comme cela : nouveau-né, elle dormait à peine 12h sur 24.

Je n’ai jamais vraiment su si c’était un problème de reflux ou sa génétique. Vers 1 an, quand elle a commencé à marcher, la situation s’est améliorée. Elle faisait de vraies siestes et dormait 12h la nuit.
Mais, régulièrement, elle faisait de longues crises au petit matin.
Rien ne la calmait.
Qu’on la prenne dans nos bras, qu’on la lève ou qu’on la laisse seule dans sa chambre : elle hurlait autant qu’elle pleurait pendant une longue demi-heure. Parfois plus.
On n’a jamais su pourquoi.
Elle hurlait ainsi tous les matins pendant une quinzaine de jours. Puis la crise passait, elle redevenait le bébé éveillé au regard curieux pendant le reste de la journée.
Un matin la crise redoutée ne venait pas et les nuits reprenaient leur cours normal pour quelques mois.
Vers trois ans, après la naissance de son second petit frère, elle a totalement arrêté ses épisodes matinaux.

Certains enfants n’aiment pas aller au lit, ils refusent de mettre fin à une journée qu’ils ont appréciée.
Ce n’est pas le cas des miens : nos trois petits ont toujours été d’accord pour aller au lit, sous condition d’avoir leur rituel du soir.

Mais être couché et dormir sont pour ma fille deux choses opposables.

fillette dodo 2Que faire quand on a un enfant insomniaque ?

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à me les donner. En attendant, nous la guidons, l’orientons vers toutes les pistes qui nous paraissent à tenter. Le tableau n’est pas totalement noir : depuis l’été dernier elle a énormément progressé. Les problèmes d’endormissement sont moins violents, elle arrive à gérer seule la plupart du temps, trouve une voie vers le sommeil.
Restent les accidents. Ces soirées où elle compte les minutes dans le noir en se demandant si ses paupières se fermeront avant le lever du jour.

Elle se repasse probablement mentalement ses vers de Jean Jacques Goldman qu’elle me réclame tous les soirs en dernière chanson du coucher :

« Dors, bébé, dors
Bébé, dors, il pleut dehors
Dors encore

Il n’est pas tard et le matin
S’est perdu sur son chemin
Il nous reste quelques heures
Avant que la nuit ne meure »

 

17 commentaires sur “Le tableau n’est pas totalement noir [Insomniaque, un an plus tard]

    1. Quand la nuit est très mauvaise elle chouine… beaucoup… à propos de tout.
      Comme c’est très désagréable pour tout le monde on travaille aussi là dessus…

      Bon courage pour les mauvaises nuits… d’expérience, je pense qu’on gère mieux quand on a malheureusement l’habitude… la force de la résignation peut être ?

      J'aime

  1. Oh la pauvre… c’est terrible ça.
    Je n’ai jamais été insomniaque, sauf durant mes grossesses, mais ce qui m’aide c’est de me raconter une histoire, et d’en inventer la suite, soir après soir…. cela fait un roman fleuve, avec des personnages que j’aime bien, et que je retrouve chaque soir pour un laps de temps plus ou moins long avant de sombrer…. un espèce de sas en quelque sorte où, même si je en dors pas, je passe un bon moment…

    J’espère qu’elle arrivera à apprivoiser son sommeil avec le temps…. 😦

    Aimé par 1 personne

  2. Pauvre petite puce… Elle a trop de choses qui tournent dans sa tête (les chiens ne font pas des chats, non ? 😉 ) Je ne suis pas insomniaque mais je trouve ça encore pire que les réveils à cause des bébés, car un bébé, on sait qu’un jour, il grandit, et qu’on pourra dormir ; alors qu’un enfant insomniaque, c’est dur pour lui, et cela ne s’arrangerai peut-être jamais complètement.
    Je n’ai pas ce souci avec Robin car une fois endormi, à part les terreurs nocturnes, il ne se réveille pas. Mais par contre il n’acceptait pas de se coucher, jusqu’à ce qu’on lui mette des comptines sur son post de CD. Depuis, c’est un miracle : il reste allongé, calme, et il écoute jusqu’à ce qu’il s’endorme, parfois au bout du CD, parfois avant, il ne se relève plus et ne réclame plus X choses (boire, une histoire, trop chaud / trop froid). Tu devrais essayer, peut-être que le fait de se concentrer sur une musique l’aiderait à ne plus penser sans cesse 😉
    J’en profite pour te remercier de ton lien vers mon article 🙂

    J'aime

    1. Elle a essayé la musique un temps… mais elle écoute et c’est pire
      Par contre Fifi met parfois la radio tout doucement pour s’endormir… il aime avoir un temps à lui une fois le rituel fini. Il joue, chante, lit, écoute de la musique ou que ne sais-je… mais jamais ne sort de sa chambre ou nous appelle.
      C’est très différent dans le sens où pour lui c’est volontaire, une envie de temps seul….
      Sinon concernant les chiens, les chats, toussa toussa, je ne vois pas du tout de quoi du parle 😉 O:)
      (y’a pas de quoi)

      Aimé par 1 personne

  3. Oh là là…encore un article qui me touche beaucoup. Malheureusement mon commentaire ne t’aidera pas, je ne sais pas quel est la solution…puis plus l’enfant angoisse d’arriver à dormir moins il dort, un vrai cercle vicieux. Ici de temps en temps à bientôt 8 ans on incite +++ à la sieste le weekend quitte à la faire avec moi. On ferme les yeux quand on voit de la lumière des 6h du matin…si elle lit, elle repose au moins sa tête de ce tourbillon de questions et d’angoisse. Courage à vous , j’espère que la situation évoluera au fur et à mesure du temps…

    Aimé par 1 personne

  4. Je ne pense pas que ma fille soit insomniaque, mais elle n’a pas besoin de tant de sommeil que ça et c’est souvent compliqué. Alors j’ai été voir les « médecines alternatives » et pour ses otites à répétition aussi. Le souci, c’est qu’il faut tomber sur les bonnes personnes aussi. Après, c’est un investissement en temps et en coût. Alors rien n’a été « soigné » miraculeusement, mais il y a eu quelques soulagements et quelques pistes alors je ne regrette pas d’avoir fait tout ça et je referais pareil si c’était à refaire. Car quelque chose me dit qu’il est possible d’apaiser ma fille.
    Visiblement la microkiné peut bien aider, encore faut, il tomber sur la bonne personne.
    Je compatis sincèrement, il n’y a rien de pire que le manque de sommeil chronique (enfin pour moi tout du moins).
    Bon courage à toi et ta fille.

    J'aime

  5. Ririe a bcp de similitudes avec Chupenn … 11h de sommeil nouveau-né, des crises de fatigue qui duraient jusqu’à deux heures, il était inconsolable. Un net mieux à l’arrivée de Wendoï. des yeux ronds qui dévorent le monde. De grosses difficultés à s’endormir et l’impression de n’avoir pas dormi de la nuit.
    Du coup, ton billet m’interpelle car je n’avais pas été jusqu’à poser le mot insomnie dessus.
    Sinon, on a essayé bcp des choses, les plus efficaces étant les huiles essentielles, la tisane de passiflore, baisser l’intensité lumineuse au repas du soir, humidifier la pièce. La prochaine tentative c’est la kinesthesie…
    Bon courage.

    J'aime

    1. Qu’est ce que la kinesthésie ? Sur FB une autre personne m’a aussi parlé de cela…
      Est ce que Chupenn arrive à gérer ? il a une bonne année de + que ma puce du coup je me demande si c’est plus simple en grandissant….

      J'aime

  6. Nous avons un enfant petit dormeur. Il est mnt grand (13 ans) mais il a régulièrement des difficultés à s’endormir depuis tout petit. Nous lui donnons de la fleur d’oranger avec un peu d’eau et je crois bcp à l’effet placebo de cette méthode qui fonctionne bien.
    De mon côté, qd il m’arrive d’avoir des insomnies, je fais de la relaxation sans me lever. J’imagine être ds un endroit que j.aime (plage, prairie…), j’essaie de me détendre et je visualise toutes les parties de mon corps comme si un fluide se déplaçait dedans. Là aussi cela fonctionne bien pour moi.
    Je crois que l’important est de trouver son propre rituel de lâcher prise…

    Aimé par 1 personne

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s