Argh·Le quotidien

Elle m’a dit : « Ma fille a adopté une petite éthiopienne »

3 enfants en 3 ans ethiopienne.jpgLe mois de juin est plutôt creux pour mon activité professionnelle. Comme toute mère de famille, je ne m’ennuie pas pour autant : c’est l’occasion de faire des travaux dans la maison. L’an dernier, j’avais repeint les toilettes de l’étage et fait la salle de jeu (Monsieur-Mon-Mari dirait « nous avons fait la salle de jeu »… ce qui est vrai si l’on considère que coller 2 lés de papier et appliquer l’une des 3 couches de peintures au plafond suffit à égaliser les responsabilités). Cette année, j’ai refait les toilettes du rez de chaussée (façon homestaging bas de gamme) et me suis attaquée hier à la chambre d’amis  (au sens propre du terme : j’ai arraché du papier peint couleur corail à fils d’origine de cette maisons années 70).

Le mois de juin est aussi pour moi l’occasion de multiplier les moments privilégiés avec mes enfants. Ces derniers mercredis il n’y a pas eu de centre aéré pour tout ou partie de la fratrie. Pouvoir ainsi me libérer une journée afin de la passer en tête à tête avec l’un de ses enfants est un privilège. Le principe pour moi est faire des petites choses ensemble comme se promener ou acheter de nouvelles chaussures.

fruit-2367029_1280Mercredi dernier, le report d’un cours de danse a été le prétexte utilisé par Ririe pour passer la journée avec moi (Fifi ayant préféré le piquenique du centre aéré avec la visite du musée des Goémoniers). Après un début de matinée au calme et un cours de danse, avec Maman dans la salle, ma fille m’a demandé, un sourire séducteur aux lèvres, d’aller déjeuner chez Ronald*. A ma grande surprise, je me suis entendue répondre « oui » sans qu’elle n’ait besoin d’argumentation. Ririe a bondit de joie, m’a redemandé histoire d’être certaine qu’elle n’ait pas rêvé… Puis nous sommes montées dans la voiture garée en zone verte et avons roulé jusqu’au fastfood le plus proche.

Lorsque nous avons passé la porte, j’ai entendu des cris « RIRIE ! Ririe ! ». Léandre et son frère Dorante étaient là. En classe avec mes deux aînés, Léandre nous a suivies jusqu’à la borne de commande, me racontant que c’est Papou et Mammig qui les avaient amenés.

Ririe a choisi son repas puis a filé avec les copains dans l’aire de jeu. Mon sourire le plus ultrabright (BCBG) aux lèvres, Je me suis présentée aux grands parents de Léandre et Dorante. En charge d’eux pour la journée, ils les avaient amenés au Mc Do. C’était visiblement une grande première pour eux. La tête du serveur quand le grand père a demandé des couverts pour manger son hamburger valait son pesant de cacahouètes -oui, il est possible de manger un hamburger avec des couverts-. Je me suis installée à une table non loin d’eux, patientant pendant que ma puce se défoulait.

A côté de moi se trouvait une femme d’une petite soixantaine d’années accompagnée de deux enfants. « Mercredi est la journée des grands parents » pensais-je en regardant distraitement cette famille. Vêtu d’un T shirt et d’un short en jean, le garçon semblait avoir une dizaine d’année. La fille portait une robe vichy rose qui lui allait à ravir et des soquettes à volants dans des chaussures blanches à boucles. Elle se tenait très droite et mangeait ses frites une à une avec application.

orange-1792233_1280Ririe m’a rejointe pour attaquer sa boite enfant servie à table. Assise de travers sur la banquette, ma fille a attaqué son repas tout en me parlant la bouche pleine. Ses yeux pétillaient de plaisir et d’excitation à être là, seule avec moi.

A un demi mètre d’elle sur la banquette, le contraste avec la petite fille sage était saisissant. Cette petite fille était nettement moins grande que ma puce, donc certainement plus jeune que son regard doux la faisait paraitre. Quatre, cinq ans tout au plus. L’un à coté de l’autre son frère et elle semblaient un îlot de calme et de bonne tenue au milieu de l’excitation de l’endroit un mercredi à l’heure de pointe. Ils étaient assis face à leur grand-mère avec laquelle ils discutaient posément.

Le garçon avait le teint pâle et des cheveux bruns souples un peu longs qui bougeaient au gré de ses mouvements de tête. La petite fille avait le teint ‘foncé’, ‘marron clair’ comme dirait ma fille. Ses cheveux étaient parfaitement nattés en de multiples tresses tenues par des élastiques multicolores. Le frère et la sœur n’avaient pas la même couleur de peau. Cependant, de profil les deux enfants se ressemblaient. J’ai pensé, amusée, que la maman avait probablement changé de Papa (ou le papa changé de maman) entre les deux naissances.

lemon-3303842_1280.jpgEn face de moi, ma Ririe se tortillait sur la banquette en mangeant son sandwich. Elle se penchait régulièrement pour voir ce que Léandre faisait ou le narguer avec son nouveau livre. J’ai demandé à mon enfant de prendre exemple sur la petite fille à côté d’elle en commençant par de retirer son pied de la banquette pour s’asseoir normalement.

La petite fille a levé ses yeux sages vers moi, je lui ai souri. Ririe lui a jeté un regard mauvais. Puis elle m’a demandé pourquoi elle n’était pas en jolie robe pour aller au Mc Do. « Excellente question… je crois que c’est parce que tu as choisi ce short trop court ce matin ma puce. »

La dernière bouchée avalée, les deux enfants de la table voisine ont demandé, toujours très poliment, à leur grand-mère s’ils pouvaient aller jouer. Elle a acquiescé. Ils sont partis tout joyeux dans l’aire de jeux. Léandre aussi avait fini son repas et est repartit jouer. Ririe a englouti ses dernières frites aussi vite qu’elle pouvait pour le suivre.

Je suis restée seule à côté de la grand-mère aux deux enfants polis. Je lui ai souri. Elle m’a souri en retour.

« Vos enfants sont vraiment sages » lui ai-je dit, « votre petite m’a épatée, c’est rare de voir un enfant se tenir aussi bien à table. Elle a quel âge ? Cinq ans ?

Cinq ans oui, Madame », a-t-elle répondu, ajoutant spontanément, « c’est une petite éthiopienne que ma fille a adopté quand elle avait dix-huit mois ».

M’aurait-elle fait la même réponse si j’avais eu la peau foncée, ou si sa petite fille avait eu la peau claire ?

Web

 

*Article non sponsorisé, c’est une évidence, mais je la rappelle quand même

Nota : Cet article n’a pas été évident pour moi à écrire… En le mettant sous presse, je réalise qu’il n’est pas évident à illustrer. Alors j’ai choisi des images rafraichissantes en rapport avec le temps et non avec le texte ci dessus.

 

4 commentaires sur “Elle m’a dit : « Ma fille a adopté une petite éthiopienne »

  1. En effet, c’est un peu étonnant de parler de son adoption alors que tu n’avais rien demandé… J’espère qu’elle saura être elle et pas simplement « la petite éthiopienne adoptée à l’âge de 18 mois » 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Dans mon entourage il y a des familles ou les enfants ne sont tous de la même couleur. du coup je n’ai pas du tout pensé à la possibilité que cette enfant ait été adoptée. Comme je suis très ‘sensible’ aux questions d’adoption, je me suis pris cette réflexion en pleine tête comme un déni de (grand)maternité alors qu’il est plus probable que cette femme ait au contraire ‘défendu’ le choix de sa fille d’avoir une fille de couleur.
      Et puis, en y repensant, il est probable que cette grand mère entende régulièrement des questions indiscrètes/impolies…

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s