Les jolies choses·Les livres

Ginie et moi

3 enfants en 3 ans ginie et moi ch

« Vous devriez prendre celui-là, les romans de cette auteure sont trop top ! »

Elle est blonde, ses cheveux longs sont relevés dans une sorte de chignon flou et ses lunettes de soleil lui servent de serre-tête. Dans ce supermarché de quartier nous sommes côte à côte devant le stand des livres de poche, une de ces PLV en carton qui proposent d’offrir un livre si on en achète deux.

9782253069843-001-TLa jolie jeune femme sourit jusqu’aux oreilles. Elle tient dans sa main un livre à la couverture coloré. Le dessin m’est familier mais je mets quelques instants à comprendre. Elle me montre un exemplaire de ‘Tu comprendras quand tu seras plus grande’, un roman de Virginie Grimaldi. Cette vacancière en quête de lecture est toute fière de me le présenter, certaine de m’offrir l’opportunité d’un bon moment livresque.

J’éclate de rire. Je pense à Ginie qui ne croirait peut être pas à cette scène si elle la vivait elle-même… je lui réponds : « Merci mais je l’ai déjà lu… du reste c’est mon préféré, vous pouvez y aller ».

Virginie Grimaldi.

Pour moi elle est Ginie, cette blogueuse originaire du sud ouest qui écrivait avec humour sur sa cuisson des surgelés Picard, nous émouvait au larmes en évoquant son mari-presque-tout-neuf. Il y a quelques années, quand son blog était encore en ligne, j’avais été voir ses premiers articles, écrits en 2009 ou 2010. Disons que le style n’était pas le même…

6 ans.

070317_1423_Etde1001.pngCela fait six ans que j’ai lu pour la première fois son blog ‘lifestyle féminin’. Son site est le premier que j’ai suivi régulièrement. J’ai accroché parce que son auteure, outre une plume enlevée, avait un enfant d’un âge proche du mien. Cette femme a mon âge (ok, je suis plus âgée de 6 mois), une vie similaire et des écrits qui jouent avec toute la palette des sentiments.

Ginie n’est pas partie pour avoir un Pulitzer ou le Nobel de littérature.

Elle a un rôle bien plus important : elle nous raconte des histoires qui embellissent notre vie, ouvrent notre esprit. Elle croque la vie dans ses récits. Elle nous fait rire et pleurer en même temps.

Au début de l’été, elle est passée en dédicaces à Vannes, ou vit une de nos proches. Cousine Roberte*, pour la première fois de sa vie, a fait la queue pour avoir une dédicace de Virginie Grimaldi.

Roberte lui a parlé, sont conjoint aussi. Je le savais par Facebook : elle m’avait fait bisquer en postant une photo de Ginie et elle.

070317_1423_Etde1002.jpgCe que j’ignorais, c’est qu’en même temps que la dédicace pour elle, ma cousine lui avait parlé de moi. Ginie sait qui je suis : une suiveuse des premiers jours. Je fais partie de ses premières fidèles qui ont battu le rappel pour le concours de nouvelle de Marie Claire, puis forcé invité tous ses proches à acheter son premier roman.

Il y a des cadeaux qui coûtent chers, et il y a des cadeaux qui sont vraiment précieux.

Pendant le repas d’anniversaire de Monsieur-Mon-Mari, au moment des cadeaux, Roberte m’a tendu un sachet avec son sourire taquin. A son regard, j’ai compris qu’il y avait une surprise pour moi.

Dans le sachet, mon exemplaire de ‘Le premier jour du reste de ma vie’, le premier roman dans sa première édition de Virginie Grimaldi… Avec une dédicace.

Elles m’ont émues toutes les deux, l’auteur de la dédicace et ma cousine qui s’est donnée toute cette peine pour faire signer un livre. D’après Roberte, ce n’est pas tous les jours que Virginie signe le premier roman de Ginie.

Comme un enfant je l’ai vite caché : ce livre n’appartient qu’à moi.
J’ai relu la dédicace.
Je ne l’ai pas montré à mon mari. Ni à personne d’autre.
J’ai rangé le bouquin en me moquant de moi-même et de l’importance que je lui donnais.

3 enfants en 3 ans ginie et moi 2.jpg

Ginie a fermé son blog.

Elle est désormais une écrivaine connue dont les romans sont affichés en tête de gondole et vendus dans les supermarchés.

A la caisse du magasin, la jeune femme s’est présentée en même temps que moi. Elle m’a redit son intérêt pour les romans de ‘Grimaldi’. Je lui ai expliqué que cela me faisait toujours quelque chose quand on me parlait de cet auteure, que je la connais avant tout comme une ex-blogueuse avec un enfant de l’âge de mon aînée.

Sur le tapis roulant, la jeune femme avait posé six romans du livre de poche. Elle ignorait totalement le passé de blogueuse de Ginie. Elle ignorait que ‘Grimaldi’ s’était un jour appelée ‘Ginie’. Elle m’a simplement répondu :

« C’est en découvrant un roman de Virginie Grimaldi que j’ai recommencé à lire… alors que j’avais arrêté depuis dix ans. »

3 enfants en 3 ans ginie et moi.jpg

*Le prénom a été modifié (non je ne sais pas pourquoi j’ai appelée ici Roberte la superbe marraine de mon dernier né)

 

4 commentaires sur “Ginie et moi

    1. Oui, ce roman a accompagné apparemment pas mal de monde. Je ne suis pas objective le concernant, j’avais deviné la chute avant même de lire la première page (à cause de la citation de Bob Marley). Mais je le trouve très beau et touchant. Roberte a beaucoup pleuré… son homme aussi il parait 😉

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s