Les idées reçues·Les jolies choses

10 raisons d’avoir des enfants rapprochés

3 enfants en 3 ans points + 1Lorsque Loulou est né, Ririe approchait des trois ans. Un écart classique entre deux enfants n’est-ce pas ? Sauf qu’entre ma fille et mon bébé, il y a eu Fifi, mon enfant du milieu qui a un an et demi d’écart avec son petit frère et ‘seulement’ un an de moins que sa sœur.

Il est effarant de constater à quel point des inconnus peuvent manquer de tact (entendre politesse de base) et se permettre des réflexions surprenantes (entendre jugeant sans chercher à savoir) face à une famille dite ‘nombreuse’ à enfants rapprochés. Même s’il pourrait être distrayant de vous en parler, je manque encore de recul pour résumer avec humour les réactions des personnes que l’on croise.

Et puis d’abord : des enfants rapprochés c’est quel écart d’âge pour vous ?

Nous n’avons pas tous le même regard sur l’écart d’âge permettant d’utiliser le terme ‘enfants rapprochés’. Il m’arrive régulièrement d’entendre des parents parler de leurs « enfants rapprochés » et découvrir qu’ils ont plus de deux ans d’écart…

Où mettre le curseur ?

3 enfants en 3 ans points + 3En effet, personne ne contestera ce terme pour un écart d’âge inférieur à 18 mois -ceux qui ont priés pour que leur premier enfant marche avant la naissance du second savent-. Mais est-ce que deux ans est ‘rapproché’ ? ou trois ? Monsieur-Mon-Mari et moi considérons nos aînés comme ‘rapprochés’ : à la naissance de Fifi, Ririe marchait depuis presque un mois, ne parlait pas, mangeait des petits pots et avait une autonomie de jeu proche du néant.

Par opposition, nous avons trouvé la logistique nettement plus simple à la naissance de Loulou : nos aînés marchaient, jouaient parfois seuls. Surtout, ils savaient exprimer des idées simples concernant leurs besoins de base. Pour nous, 21 mois est un écart simple et royal, à tous les stades de développement que nous connaissons (mes frères ayant 22 mois d’écart, j’appréhende un peu l’adolescence).

Élever trois enfants est un marathon permanent, un parcours de montagne russes sur lequel on pédale en tong.

Posons-nous une seconde (les enfants sont couchés) : est-ce que cette course perpétuelle est réservée aux parents d’enfants rapprochés ?
En regardant les familles autour de moi, j’ai régulièrement l’impression que cette sensation de tête dans le guidon est courante. Peut-être est-ce pour cela qu’en 20 mois de blogging je n’ai jamais pensé à lister les points positifs inhérents à l’élevage en série de trois enfants en trois ans.3 enfants en 3 ans points + ch

Il y a des avantages à élever trois enfants rapprochés

On ne va pas se mentir : quand on a deux bébés en même temps, trois enfants qui portent des couches, c’est sport. Les premières semaines, quand le nourrisson n’est pas le seul à se réveiller la nuit, c’est particulièrement difficile physiquement.

Avoir des enfants rapprochés est à la fois plus simple que d’élever des jumeaux
(les petits ne prennent pas le biberon en même temps, l’aîné peut être un peu moins cocooné que le second/troisième)
et plus compliqué car les enfants ont des cadences opposables. Heureusement pour notre santé mentale, le rythme se cale assez rapidement. Les premiers mois passés, Monsieur-Mon-Mari et moi avons trouvé notre situation plutôt sympathique

1. Ils se voient comme des alter égos.

3 enfants en 3 ans points + 7La relation entre Ririe et Fifi est sur certains points assez proches des idées reçues sur les relations entre (faux) jumeaux. Mes deux aînés ont un rapport fusionnel. Ils se comprennent à demi-mot, sont cash entre eux, sans aucune pudeur d’aucune sorte.

Notre aînée n’a aucun souvenir d’avant la naissance de Fifi. Entre 3 et 5 ans, elle disait avoir un frère et un petit frère. Elle n’a intégré l’idée que Fifi était lui aussi son petit frère qu’en dernière année de maternelle, quand ils se sont retrouvés dans la même classe mais pas au même niveau (moyenne et grande section). Pour Ririe, être la grande sœur de Fifi signifie principalement qu’elle est en CP chez les grands de primaire… De son côté Fifi est ravi d’être seul en maternelle dans sa classe : il peut faire du vélo dans la cour.

2.Ils apprennent l’un de l’autre naturellement par infusion

Nous sommes régulièrement surpris par les connaissances des deux garçons. Pourtant, ils ne posent pas beaucoup de questions. En général, ils laissent faire leur sœur véritable moulin à ‘Pourquoi ?’.

L’émulation est souvent là. Nos deux aînés ont laissé tomber la couche nocturne à quelques semaines d’écart : Ririe, voyant que son frère parvenait à être propre la nuit, a compris qu’elle était capable d’en faire autant. Nous ne comptons pas les fois où l’un des enfants ressort le savoir que lui a transmis son frère ou sa sœur. Ce n’est pas toujours l’aînée qui transmet : assez régulièrement le petit dernier, fort imaginatif, offre aux deux autres ses idées créatives…

3. Ils ont les mêmes horaires

3 enfants en 3 ans points + 2Loulou fait encore la sieste même si nous sentons que ce sont les derniers mois. Nous imposons un temps calme en début d’après-midi à Ririe est Fifi. A part cela, ils ont les mêmes heures de lever/coucher, ils vont dans la même école. L’an dernier, Ririe et Fifi étaient inscris au même cours de danse.

4. Ils aiment les mêmes choses

Organiser une sortie familiale est simplifiée par le fait qu’ils ont les mêmes intérêts tous les trois : ceux d’enfants de 3 à 6 ans. C’est le vrai plus des enfants rapprochés : les activités que nous proposons plaisent généralement à tous les trois.

Nos deux aînés sont en apprentissage de la nage. Loulou les observe, commence (enfin) à vouloir évoluer seul dans l’eau. Les trois enfants ont commencé le piano ensemble : Loulou a demandé à avoir lui aussi sa leçon. A deux ans et demi, assistant à la séance d’éveil bien calé sur ses genoux, mon enfant était l’an dernier le plus jeune élève que Mélodie a eu dans sa carrière.

5. Ils s’occupent seuls

3 enfants en 3 ans points + 8De façon générale, ils sont faciles à occuper : une plage de sable, une pelle et on est tranquille. C’est pour nous un grand confort de pouvoir les laisser vivre leur vie. Très complémentaires de caractères, chacun amène dans le pot de jeu commun ses passions.

Les écouter jouer ensemble est passionnant : la maitresse de l’école a un accident de voiture qui nécessite l’intervention d’une dépanneuse quand elle part en voyage au loin en moto. Ou alors le chef des cuisines du restaurant a besoin d’un médecin pour ausculter son serveur. Ou enfin, il faut faire une potion magique pour guérir la méchante sorcière et en faire une gentille petite fille. Nos trois enfants se créent leur monde à eux, avec ses histoires, ses aventures et ses activités.

6. On se découvre des supers pouvoir

Avant je pensais n’avoir que deux bras et deux jambes… la maternité m’a fait découvrir qu’il est possible de donner le sein à un enfant tout en faisant prendre sa compote au second et en lisant une histoire au troisième.

Avoir trois enfants en bas âge, c’est donner et recevoir beaucoup d’amour. N’étant pas montés avec trois genoux, nous avons trouvé un mode ‘câlin à 4’ qui fonctionne parfaitement : le parent s’installe au milieu, un enfant contre lui de chaque côté, le troisième sur les genoux. Chacun a sa place, toujours la même, qu’il a choisi une fois pour toute.

7. On peut travailler à la chaîne

3 enfants en 3 ans points + 4Beaucoup de parents disent avoir du mal à recommencer à zéro à l’arrivée d’un nouvel enfant. Lorsque l’aîné est déjà scolarisé, qu’il s’exprime et sait mettre ses chaussons seul, il n’est pas évident de se remettre dans les couches. C’est un souci que nous n’avons pas connu.

Chez nous c’était plutôt embouteillage autour de la table à langer et maternage en série. Bains, repas, changes, couchages : les trois enfants ont souvent les mêmes besoins matériels. Le plus difficile avec trois tout petits a était de caler des moments de tête à tête quotidien avec chaque enfant.

8. On profite des prix de gros sur les couches

Trois petits à gérer en même temps, c’est pas mal de logistique (le récapitulatif sur le sujet est par ici). Cependant qui dit âge proche signifie taille proche… et dépannage possible sans achat si vous avez oublié la valise de l’un des enfants dans l’escalier en partant en vacances quelques jours (toute allusion aux vacances de printemps, etc.).

En charge du linge, Monsieur-Mon-Mari a tendance à mélanger les sous-vêtements de ses fils (pour sa fille, c’est avec les miens qu’il mélange). Qu’importe, de toute façon quand l’un est en panne de chaussette, nous pouvons piocher dans le tiroir de l’autre.

9. On est pardonné quand la maison n’est pas parfaitement ordonnée

3 enfants en 3 ans fete des meresAvoir trois enfants et les accessoires qui vont avec, cela remplit une maison. Nous sommes en perpétuelle recherche de la meilleure façon de nous organiser, notamment en ce qui concerne les jeux et jouets (j’en parle dans cet article). Depuis plus d’un an, nous essayons de vider la maison du superflu… c’est un travail de longue haleine.

Seuls nos proches savent que nous sommes bordéliques peu ordonnés de nature : avec trois enfants jeunes, tout le monde trouve logique que la maison est en désordre. C’est de la faute de nos enfants si :

  • Du terreau et des morceaux de fleur de lavande décorent la table à manger,
  • Des chaussettes dépareillées jonchent le couloir,
  • Un bout de pizza sèche sous le canapé,
  • Doudou se retrouve dans les cendres de la cheminée,
  • La cabane des enfants atterris chez la voisine,
  • Une paire de chaussure nage dans la baignoire…

-Seule une de ces actions n’est jamais arrivée (à ma connaissance), à vous de deviner laquelle-.

10. On va à l’essentiel

La période actuelle met beaucoup de pression aux parents. Nous croulons sous les conseils pour devenir des parents parfaits. Même ce blog n’est pas totalement exempt d’avis sur les questions d’éducation.

Avec des enfants rapprochés, le temps consacré à chercher des réponses aux problèmes pratiques est très limité. Alors Monsieur-Mon-Mari et moi avons pris le parti de choisir systématiquement la solution la plus simple à un problème donné.

Et vous savez quoi ? Nous n’avons pas l’impression de nous tromper plus souvent que les autres parents. Au point que je me demande si ce n’est pas pour cela qu’on a fait 3 enfants en 3 ans tout compte fait…

Alors, vous ai-je convaincu des plaisirs d’une fratrie d’enfants rapprochés ?

3 enfants en 3 ans annie

37 commentaires sur “10 raisons d’avoir des enfants rapprochés

  1. C’est bien résumé et bravo. J’ai deux filles rapprochées (19 mois d’écart) et j’ai trouvé cela sport par moments mais actuellement je suis plutôt contente, même si elles se chamaillent beaucoup, qu’elles puissent vivre les mêmes choses au même moment. Et pour les parents, c’est bien aussi. Par exemple en vacances, elles ont le même rythme et peuvent jouer ensemble.

    Aimé par 1 personne

      1. Les gars (en général, pas mon Fifi) ont tendance à vite se mettre dans le physique… les filles c’est plus en paroles, mais tellement plus long…
        C’est l’impression que j’ai, mais autour de moi il n’y a pas beaucoup de fratrie de filles. Enfant je les idéalisais (j’ai grandit avec des frères et des cousins, pas de cousine de mon âge), mais j’ai réalisé que leurs relations étaient bien plus ambivalentes que les notres (on gueule un grand coup et c’est fini, pas de grief ad vitam eternam)

        Aimé par 1 personne

  2. mes 2 derniers ont 21 mois d’écart, tout le monde m’avait prédit que ce serait atroce, surhumain, infernal… et au final, ben… rien, ça roule pas mal ! alors certes quand les 2 étaient malades la nuit, c’était dur. Mais de toute façon, comme parents on fait une croix sur un sommeil profond pendant qq années. Et maintenant qu’ils sont scolarisés, je me réjouis de ne pas avoir mis plus d’écart, ils sont très complices même s’ils se castagnent pas mal, et je n’aurais plus le courage de m’y remettre !

    Aimé par 1 personne

    1. Cette forte complicité est clairement un +
      Pour les malades en série, je compatie… j’ai eu le privilège en sortant de l’hosto (chirurgie) de devoir gérer 4 gastros en simultanée….
      Plus le temps place, plus c’est un bonheur… enfin, jusqu’à ce qu’ils soient ado LOL

      Aimé par 1 personne

  3. J’adore ta liste pleine de positivité !! Je la transmettrai aux parents qui se posent la question de ‘l’écart d’âge idéal ». Même si c’est un choix très personnel, ça n’empêche que de lire des témoignages comme le tien peut être d’une aide précieuse 🙂

    J'aime

  4. Mes trois fille sont nées tout les 2 ans, les 2 premières 18mois de différence…. c’est un concentré de loyauté, de coalition, de soutien, solidarité et d’amour pur… elles ont mtn 25,23 et 21. Oui j’ai eu droit aux regards de coin, aux messes basse a ma 3eme grossese, mais le résultat??? Il me met en dessus de tout ça…. Je suis si fière du travail accompli, qui ne m’a rien coite en plus… que du bonheur !!
    Je suis presque émue…..

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne crois pas à l’écart d’âge idéal. On fait ce que l’on peut avec ce que la nature nous donne et notre mode de vie.
      C’est un énorme confort de la vie : on peut controler notre taux de maternité… (même si on n’a pas toujours celui que l’on souhaite)

      J'aime

  5. Entre mon frère et moi, on a 19 mois d’écart et c’était bien car mes parents ont de la chance de pouvoir nous voir grandir de façon optimale (pas de nounous, de crèches etc). Pour mes enfants, j’étais comblée par le maternage donc le discours (couche, allaitement une fois pour tout, ça ne marche pas sur moi… )j’aime tout chez mes enfants (chaque période a des avantages et inconvénients et c’est très bien comme ça), recommencer tout à zéro et pourvoir profiter VRAIMENT d’un enfant est un luxe extra. Presque 5 ans avec l’aînée, à voyager, à s’amuser, à la voir vraiment grandir (elle est hyper sociale, sait jouer toute seule), c’était superbe et au moins j’ai eu ces années là de magnifique (parce qu’avec l’arrivée du suivant, on ne peut pas prédire l’avenir)… ah les enfants rapprochés vont pouvoir jouer ensemble (ah bon ? on est les parents ou des voyants ?) et pour nous, la politique du ping pong (un coup on surveille l’un puis l’autre etc) c’est pas cool du tout. Par chance (ou parce que l’on a le temps de « se reposer »/discuter/préparer la grande), l’arrivée du petit frère s’est bien passé, ils jouent très bien ensemble, ils n’ont pas toujours les mêmes activités et je trouve que c’est justement ça qui est génial (la grande avec papa, le petit avec moi, ou vice versa et puis les deux en même temps), si c’était facile, ça ne me tenterait pas. Dans mon entourage, je connais plein d’enfants rapprochés qui se disputent sans cesse : non seulement personne n’a pu profiter de la petite enfance de l’aîné mais le suivant c’est pas mieux (et on se console/se voile la face: chez les autres ça doit être pareil)… pas forcément ;o)

    J'aime

    1. Bonjour,
      Merci pour ce long commentaire. Je ne crois pas à l’écart d’âge idéal dans l’absolu.
      Ma conviction concernant l’entente entre les enfants est que rien n’est jamais acquis, mais que l’on peut, en tant que parent, faire pencher la balance.
      Votre point sur profiter de la petite enfance de l’un ou l’autre est très intéressant et me touche car mon aînée était un BABI et de fait je n’ai pas pu savourer mon second comme je l’aurai souhaité. Notre relation a mis du temps à s’équilibrer et aujourd’hui nous profitons à fond l’un de l’autre.
      J’ai grandi avec un fort écart d’âge face à mes frères proches en âge… j’ai toujours détesté être la petite dernière… être toujorus trop petite pour une chose ou une autre… avoir des enfants rapprochés gomme énormément ce travers dans la fratrie de mes enfants… encore une fois chaque situation a des avantages et des inconvénients.
      Je suis proches de mes frères quoi qu’éloignée en âge, je connais aussi des jumeaux qui ne sont pas/ n’ont jamais été vraiment proches…
      Dans certaines familles les enfants s’insultent et se battent… dans la mienne il sont plutot bienveillants entre eux, même si les disputes fusent régulièrement.

      J'aime

      1. Et « malheureusement » non 😉
        J’ai joué quelques années dans la même catégorie que toi avec 3 Pilous en 3 ans… Mais en suite, il m’a fallu un an pour avoir l’accord du Papa et un an de plus pour avoir l’aval de Dame Nature… Du coup Nous avons eu Nos 4 Pilous en 6 ans 😀 😀 😀 et on s’en tire pas trop mal. Et je pense surtout que si Pilou4 était arrivé plus tôt par inadvertance, j’aurai peut-être perdu le géniteur !!!

        Je n’ai pas le sensation de « rater » des choses parce que la petite enfance se chevauche à une autre et j’adore cette effervescence qu’apportent les enfants rapprochés ❤
        Chaque écart d’âge apporte son lot de confort et les inconvénients qui l’accompagnent.
        J’ai 13 ans d’écart avec ma petite sœur même si il y a deux frères entre nous et c’est une relation complètement différente mais très enrichissante aussi. Ce n’est pas vraiment une relation sœur-sœur ni une relation maman-fille. C’est une espèce d’hybride entre les deux qui est également très inintéressante ❤

        Aimé par 1 personne

      2. Merci pour ta réponse copine… j’avais un doute 😉 on s’y perd dans tous ces enfants… ici c’est mon mari qui m’aurait perdu pour un quatrième dans la foulée : ce n’était physiquement pas envisageable, même si ce petit #4 est niché au fond de mon coeur

        J'aime

  6. Rien d’autre à ajouter :). J’ai des jumeaux de 3 ans et un petit dernier d’un an. J’ai le droit à des regards gênés quand je suis dans la rue, ou dans les files d’attentes. Et alors ? J’adore le fait qu’ils soient rapprochés ! Ils forment un vrai trio, ont une vraie complicité. Les grands sont toujours attentionnés envers leur frère, qui ne peut plus se passer d’eux !

    Et puis on avait déjà vécu le tsunami des jumeaux alors un bébé seulement c’était trop facile

    Aimé par 1 personne

    1. C’est clair qu’un tout seul après des jumeaux, cela a du passer à l’aise 😀
      Aujourd’hui je suis dans la même situation que vous puisque 85% des personnes qui nous rencontrent pensent nos aînés jumeaux…
      Profitez bien de leur jeunes années 🙂

      J'aime

  7. Ca fait du bien de lire du positif 🙂 Ici mes enfants ne seront pas rapprochés… J’aurais aimé qu’ils aient 2 ans d’écart ou en tous cas moins de 3 ans… Ca ne sera visiblement pas le cas puisque Tess aura 3 ans en février et qu’il n’y a toujours pas l’ombre d’un BB2… Mais on ne lâche pas l’affaire, certes, on aura pas des prix de gros sur les couches mais ça sera bien quand même ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Une amie proche voulait 3 ans d’écart… elle a obtenu 5 ans… à l’arrivée elle est contente de cet écart.
      Le témoignage de Wow ci dessous dans les commentaires est très positif sur les écarts plus importants.
      Je ne pense pas qu’il y ait un écart d’âge idéal dans l’absolu

      J'aime

  8. J’ai beaucoup aimé votre article! D’autant plus que nous partageons la même configuration de fratrie (13 mois entre aînée et cadet, 21 mois entre cadet et benjamin). Par contre j’ai trouvé le commentaire de Wow assez dur! Très souvent lorsque je croise des parents qui ne partagent pas notre engouement pour les fratries rapprochéee (et c’est leur droit!) j’entends cet argument de vouloir profiter VRAIMENT de chacun. Et je ne suis VRAIMENT pas d’accord avec. Déjà parce que personnellement j’ai toujours eu le sentiment de profiter pleinement de mes enfants malgré leur faible écart d’âge et surtout parce qu’à partir du moment où on veut plusieurs enfants on peut faire une croix sur l’idée de donner exactement la même attention à chaque enfant. À part l’aîné, les enfants n’auront jamais deux parents VRAIMENT disponibles pour eux, quelque soit l’écart d’âge.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire.
      Wow s’exprime en fonction de ce qu’elle vit. Elle me parait plus dans le questionnement que dans le jugement.
      Je crois qu’elle aurait eu le sentiment de passer à coté de quelque chose en ayant des enfants rapprochés, et je peux le comprendre. De mon côté je pense paradoxalement que la maternité m’aurait plus pesée si j’avais eu des enfants « écartés » et ce sentiment est amplifié par mon enfance de petite dernière loin en âge des aînés.
      Oui les gens nous jugent… mais en fait ils jugent tous le monde. Quand j’étais trentenaire sans enfant on me jugeait aussi, et mes amis qui ont un seul enfant sont souvent jugés aussi.
      Apparemment, d’après une amie qui a 2 enfants d’écart ‘raisonnable’, avoir un garçon et une fille avec entre 2 et 3 ans d’écart est le seul portrait qui rentre à peu près dans le cadre… mais il faut que les enfants soient parfaits sinon on s’en prend aussi dans la t^te :p

      J'aime

  9. Ah l’écart! mes enfants ont 3 ans et des poussières entre chacun, c’est ce que me convenais, je n’étais pas prête avant (le papa aurait bien remis le couvent plus vite). Ma deuxième a été plutôt attendue par #lesgens. Ils ne sont pas des enfants rapprochés. La troisième a le même écart d’age, mais, mystère et boule de gomme, maintenant, #lesgens trouvent très fréquemment que les enfants sont rapprochés (avec la petite lueur d’admiration/reproche qui va bien dans l’oeil, of course). Bref, #lesgens.

    J'aime

  10. Bon pour moi, jusqu’à quatre ans, c’est rapproché XD
    Les miens ont un peu plus de deux ans de différence (et trois en années scolaires) et j’ai trouvé ça très très sportif au départ, faut dire que le papa était absent. Et au vu de ma matinée, c’est encore sportif XD Le « petit » a 21mois maintenant et quand son grand frère avait cet âge, j’étais enceinte, et je me demande ‘mais comment c’est possible?! ». Bref, je crois que s’il y a une prochaine fois, je testerai un grand écart (entre les enfants, pas en gymnastique).

    Aimé par 1 personne

    1. C’est amusant, mais 21 mois j’ai trouvé cela tellement cool après les 14 des aînés 😉
      Comme quoi tout est relatif.
      Ce qui est important, c’est qu’on construise sa famille selon ses critères.
      Enfin, confiance : bientot tes enfants joueront ensemble et te laisseront tranquille !

      J'aime

  11. Merci pour votre article, j’ai 2 garçons rapprochés (18 mois d’écart) et je me sent très souvent épuisée. A la base on voulait un 3ème qui soit proche aussi, mais voilà le 2ème a déjà 18 mois et on est toujours pas décidé. C’est vrai que c’est pratique qu’ils aient les même besoins, mais il faut aussi penser à se reposer 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Peut être qu’il faut savoir aussi ralentir pour arriver à se reposer sur le chemin ?
      Le comportement des enfants aussi influe sur la fatigue. Ici ils nous ont permis (la plupart du temps) de dormir la nuit par exemple
      Merci pour ce commentaire et votre blog est superbe ! (manque un peu de finistère à mon gout mais bon 😉 )

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s