Argh·Bienvenue en absurdie·Le quotidien

Mon enfant est passé à la télé !

« Bonjour Ririe ! J’ai appris quelque chose sur toi l’autre jour en regardant la télé ! »

Ma puce regarde Agnès* d’un air surprit. La directrice du centre de loisirs lui sourit, l’œil rieur. Ririe ne comprend pas. Elle tourne ses yeux vers moi.

 

3 enfants en 3 ans enfant télévisionMon enfant est passé à la télé.

Comme pour beaucoup de mes camarades blogueuses, tout a commencé par un courriel presque semblable à tous les autres : « Chère WonderMaman, … ». Là, cela ne partait pas terrible : JE NE SUIS PAS UNE WONDERMAMAN !

Curieuse comme je suis, j’ai quand même lu la bafouille en entier. Je le fais toujours, par politesse par la personne qui a fait le copié collé à 50 blogs en vue d’un partenariat pour un produit que je n’utilise pas qui a pris le temps de venir me lire. Ben figurez-vous que cette fois-là, la personne avait lu mon blog. Plus précisément, elle avait fait des recherches en vue pour une émission télé et était tombé sur l’un de mes articles. Une petite fille avec une phobie, voilà une bonne cliente pour son reportage.

horror-clown-1999740_1920La phobie des boutons est peu connue, les personnes qui en sont atteintes ont généralement honte d’en parler. J’ignore pourtant ce qu’il y a de honteux ou stupide à être totalement dégouté par ce type d’attaches de vêtements : cette phobie n’est pas plus irrationnelle que celle des clowns (je suis coulrophobe) ou des espaces ouverts !

Normalement, j’évite d’exposer mes enfants directement (oui, c’est paradoxal de dire cela quand on tient un blog qui traite essentiellement d’eux). Mais je trouve intéressant que ce sujet tabou en dehors de la famille soit abordé de façon médiatique.

Pour que ma fille soit libre plus tard d’en parler, j’ai envie que sa phobie soit la plus connue possible.

Après avoir consulté Monsieur-Mon-Mari sur le sujet, j’ai sondé ma fille qui a tout de suite accepté : depuis le temps qu’elle voulait passer à la télé, enfin je le lui proposais ! Au vu de son enthousiasme, j’ai répondu favorablement à la journaliste… tout en lui expliquant que je ne suis pas une wondermaman (je laisse cela à d’autres).

51593565_1965042806928254_7182929079929143296_o.jpgRapidement, nous avons fixé un rendez-vous téléphonique. Le contact a été facile, chaleureux. La jeune femme m’a mise à l’aise très rapidement, montrant un réel intérêt pour ma fille, sa phobie et son comportement général.

Mais il y avait un hic. Notre fille peut toucher des boutons tant qu’ils ne sont pas sur elle. Elle peut les regarder sans problème « même si c’est trop moche ! ». Depuis deux ans elle accepte de porter des vêtements avec des boutons pression, si possible à des endroits qu’elle ne voit pas (dans le dos).

Lorsque nous avons compris que ce n’était pas un caprice, nous avons cessé d’imposer des boutons à notre fille. Ayant agis rapidement avec succès, la phobie de Ririe est stabilisée, voire moins violente qu’il y a 3 ans. L’été dernier elle a même occasionnellement porté un T-shirt sur lequel j’avais oublié de retiré les deux boutons de décoration, un sur chaque manche. Pour que sa phobie reste un non sujet, je la laisse totalement libre de tenter un bouton de temps en temps afin qu’elle dompte sa réaction de dégout**.

fibula-detail-bouton-traine01

Ririe n’est pas suffisamment atteinte pour justifier un reportage sur sa personne.

En soit, c’est une excellente nouvelle pour nous, mais rend notre puce peu intéressante pour la journaliste. Cela m’ennuie un peu, car j’ai très envie qu’elle parle de la fibulanophobie dans son reportage sur les phobies insolites.

Maiwenn un matin sur la luneMe vint alors une idée de génie. Parmi les personnes qui m’ont aidée à comprendre le dégout de ma fille, il y a une amie de la vraie vie… qui a accepté de témoigner, offrant une journée de son temps, dont pourtant elle manque, à la médiatisation du sujet. C’est ainsi que j’ai pu découvrir l’existence de son cimetière à vêtements et sa technique d’enfer pour boutonner son bébé fille (#ahahah).

La journaliste propose de compléter son reportage en présentant Ririe via webcam pour parler de l’aide que peuvent apporter les réseaux sociaux aujourd’hui à toute personne se questionnant sur le sujet des phobies.

Monsieur-Mon-Mari a fini par réaliser que c’était pour une chaine nationale.

Certes, il ne regarde pas plus que moi l’émission en question. Mais je lui avais précisé dès le départ pour quelle chaîne le reportage était tourné. Monsieur-Mon-Mari est un diesel, il n’a pas réalisé le volume du public potentiel durant les démarches pré-reportage. Monsieur-Mon-Mari ne l’a compris qu’en lisant le formulaire de consentement pour la diffusion : « j’accepte, à titre gracieux, que [la société de production, et tous pleins d’autres personnes] […] exploite l’enregistrement de ma prestation, en tout ou partie, [sur tout type de support][…] et ce, sans aucune limitation de durée et pour le monde entier. »

man-1202405_1920.jpgL’idée que l’on puisse diffuser ces images durant les vingt années à venir (au moins) lui déplaît fortement. Il craint que notre enfant soit stigmatisée plus tard à cause de sa phobie (là je ne vois pas pourquoi). Plus enquiquinant encore à ses yeux, pour lui : comme dit plus haut, chez nous la fibulanophobie est un non sujet (comme les beaux yeux bleus de mon Loulou), et il craint que notre fille décide de lui donner de l’importance à cause du reportage. Clairement, mon homme ne souhaite pas que son enfant se définisse par une particularité à tendance négative.

Et il a raison.

La vie, c’est une affaire de choix… et de compromis

Suite à ses remarques, j’ai rappelé la journaliste. Habituée à ce type de revirement, particulièrement quand l’image d’un mineur est en jeu, elle propose de nous envoyer les images du reportage nous concernant avant que nous ne signons l’accord de diffusion.

« Ok », répond Monsieur-Mon-Mari, « je veux bien qu’elle témoigne, mais pas plus de vingt secondes ».

3 enfants en 3 ans enfant télévision03.jpgDonc acte. L’appel en vidéo a bien lieu le jour du tournage. Mon amie et la journaliste m’ont posé toutes sortes de questions pendant quelques minutes. Attirée par le son de la webcam, Ririe a fini par me rejoindre dans la cuisine (j’avais trouvé un super endroit pour être tranquille/avoir un fond neutre derrière moi). Voyant sa tête dépasser, mon amie s’est adressée directement à elle. Elle a répondu aux questions avec son sourire édenté et le naturel qui la caractérise même si elle ne savait pas « comment dire qu’en fait c’est le toucher qui la dégoute ».

A la fin du tournage, la journaliste nous annonce une diffusion prévue pour la seconde partie du mois d’Avril… Avant de nous contacter la semaine suivante en urgence pour signer les formulaires car il est programmé pour fin février.

Ma fille dans la télé

Comme souvent quand il y a urgence, nous sommes alors en vacances. Je trouve quand même moyen de télécharger le master brut de la séquence du reportage nous concernant. La journaliste a tenu parole : si on me voit quelques secondes (pour meubler), ma puce prend la parole exactement vingt secondes. Monsieur-Mon-Mari a donc signé le papier.

Le reportage a été diffusé quelques jours plus tard. Sur la route (du retour de vacances)non seulement nous avons raté l’émission, mais en plus nous avions totalement oublié que c’était le jour J.

Un message… puis plusieurs.

3 enfants en 3 ans enfant télévision 04.jpgA ma grande surprise, beaucoup de mes contacts regardent cette émission. La plupart ont été tellement étonnés qu’ils ont un peu douté que ce soit Ririe et moi dans le poste. Mais oui, c’était bien nous. Et oui, ma puce est une mignonne avec un petit peu d’humour.

Les retours ont été unanimement positifs. La plupart des personnes ignoraient tout de cette phobie. Certaines d’entre elles, qui côtoient régulièrement ma fille, n’ont jamais remarqué quoi que ce soit. C’est le cas d’Agnès*, du centre de loisirs où j’ai déposé les enfants ce matin. Elle était installée bien tranquillement dans son canapé quand elle a reçu un texto de sa collègue… Elle a été voir tout le reportage en replay du coup.

« C’est vraiment intéressant » m’a-t-elle dit, « je n’avais pas réalisé du tout qu’elle ne portait jamais de bouton ». Elle regardait Ririe, les yeux brillants, amusée d’avoir reconnu quelqu’un dans le poste.

Ma puce m’a tiré par la manche, un peu gênée : « Je peux aller jouer Maman ? ». Je m’agenouille. «Bien sûr ma puce ! ». Un bisou sur sa joue, un petit câlin, elle est partie pour sa journée pique-nique au centre de loisirs.

 

*Le prénom n’est pas celui d’origine

** Une phobie n’est pas une ‘simple’ peur. Certes c’est la peur qui parait, mais c’est plus profond. La plupart des phobies sont à la base un dégout irrationnel pour quelque chose (les clowns ou les boutons). La personne sait très bien que l’objet de son émoi ne va pas lui faire du mal (quoi que, pour les arachnophobes j’ai des doutes), mais le simple fait de le voir la met mal à l’aise. Pour ma part, si un personnage déguisé type mascotte de camping essaie de me toucher, il est probable que je le frappe violemment en criant avant de partir en courant. Du reste les clowns et autres personnages grimés savent parfaitement repérer les gens comme moi, je n’en ai donc abimé aucun (à ce jour).

Articles connexe : Fibulanophobie

Pour découvrir ce que peut produire une couturière qui n’utilise pas de bouton, c’est par là : Un matin sur la lune

Crédits Photos : 3enfantsen3ans.com, un matin sur la lune et Pixabay.com

3 enfants en 3 ans annie

 

10 commentaires sur “Mon enfant est passé à la télé !

  1. C’est vraiment cool 🙂
    Et c’est vraiment bien d’avoir fait ça, je trouve aussi que les gens doivent prendre conscience que ce ne sont pas des simples peurs…
    Il y a encore moyen de le voir en replay ? Etant arachnophobe depuis toute petite ça m’intéresse vraiment

    Aimé par 1 personne

    1. Quand j’en ai parlé à mon médecin, elle m’a répondu que plus rien ne la surprendrait, les phobies c’est totalement irrationnel. Celle ci est bien plus courante que je ne pensais quand j’ai écris l’article il y a deux ans

      J'aime

    1. Si je parle de ma phobie des clowns dans l’article, j’en ai une bien plus violente et originale…. je déteste (le mot est faible) un personnage de film… Celui de Spielberg (film de 1981 ou 1982) qui veut téléphoner chez lui…
      J’ai pu revoir le film adulte, je ne l’aime pas mais il ne me fait pas peur (j’ai longtemps cru que c’était un film d’horreur)… le personnage par contre, je ne peux pas, c’est vicéral !
      L’avantage de cette phobie, c’est qu’il y a peu de risque que je me trouve face à ce personnage !

      J'aime

    1. Merci pour elle. Hier elle a fait son gala de danse sans broncher dans un costume muni de 2 gros boutons d’ornement.
      Prévenue en amont, sa prof avait fait les essayage sans rien dire… l’émulation avec les copines (elle est à la danse avec 4 camarades de classe) a fait le reste.
      Cerise sur le gâteau, elle a même porté 2 barrettes pour maintenir ses cheveux ! (elle n’aime pas les barrettes)

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Ton article est intéressant, je ne connaissais pas la phobie des boutons qui pourrait prêter à rire s’il n’y en avait pas partout des boutons. Je souhaite à Ririe de pouvoir un jour être débarrassée de sa phobie
    Je te rejoins sur la coulrophobie, pour moi en photo ça va mais, je me sens mal à l’aise face à vrai clown. J’ai même pleuré lors d’un colloque où deux personnes sont arrivées avec un nez rouge. J’étais paniquée et pourtant loin de la scène.
    Merci pour cet article qui pourra expliquer des choses aux gens qui pensent qu’une phobie est du chiqué.
    A bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Oui, une phobie ne se controle pas… sans un vrai travail dessus Ririe a bien progressé, par exemple ce we elle a fait son gala de danse avec deux gros boutons de décoration sur son costume. Elle portait même des barrettes en métal : être comme ses amies l’a bien aidée, mais clairement elle avance pas à pas 🙂
      Les nez rouges, BEURK !

      J'aime

Un commentaire et ma journée s'éclaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s